3. H. Les indéfinis

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les indéfinis peuvent être soit déterminants, soit pronoms, soit les deux. Ils peuvent consister en un seul mot, ou être centrés sur un mot - indéfinis simples - ou en plusieurs mots formant ensemble un indéfini - indéfinis complexes.


Indéfinis simples

ARREN

  • Arren (rien) est un pronom exprimant la négation ou l'absence d'êtres inanimés, dans une phrase négative:

Vos non trobatz gost en arren. (Dastros)

  • Avec arren, l'adjectif qualificatif est toujours précédé de de:

Tot es burlat, las vacas e lo can son mòrts. Autament i a pas arren de nau. (Bladé)

  • Arren de s'emploie aussi avec un sens adverbial, pour exprimer le haut degré de la qualité exprimée par l'adjectif qui suit:

Figuratz-vse qu'aví un hasan qui anonciava lo dia arren de mei beròi. (Palay)


ARRÉS

  • Arrés (personne) est un pronom exprimant la négation ou l'absence d'êtres humain, dans une phrase négative:

Arrés ne's bromba d’ac aver jamei vist. (Sègues)

Certains parlers du Sud béarnais emploient arrens; on évitera cette forme à l'écrit.

  • L'adjectif qualificatif employé avec arrés est toujours précédé de de:

dab los auts gojats arrés de mei charmants qu’eth (Hustach)


AUTE, -A

  • Aute, -a est un déterminant servant à distinguer une personne ou un élément de la phrase d'un autre déjà mentionné, ou sous-entendu. Il s'emploie avec un autre déterminant, généralement l'article:

Èi causit un aute mestièr. (Bladé)

Que calè ua auta flor au partèrra. (Lalanne)

... de 'queras plaças tan peniblas e tan hòrt pagadas, qui dèishan lo laser [leser] de córrer entà’n cercar ua auta. (Larroque)

quauque aute desèrt (Dastros)

  • On l'emploie seul dans la locution exprimant une alternative un o aute; cette locution peut avoir le sens de uns quants:

un o aute vesin (Palay)

Un dia o aute que va har ua peguessa de las granas! (Javaloyès)

Que soi segur que un còp o aute qu’avetz desirat ua auta vita. (L'estranh): ici, un o aute équivaut à quauques.

De même dans la locution un e aute:

Que las deishavan córrer totas d'un costat e d'aute. (Arrieumajou)

Mais hors de cettte locution, on emploie un devant aute:

d'un mèste tà un aute (Casebonne)

d'un mot a un aute (Camélat)

  • Au pluriel, on l'emploie avec un autre déterminant ou seul; il est alors précédé de d':

Perqué non gausan pas / parlà't com d’autes còps, ma lenga berogina... (Palay)

Cet usage remonte au Moyen Âge et n'est donc pas un francisme:

Un die fo que l'enfant se anabe deportar ab d'autes infantz... (Récits d'Histoire sainte)

On trouve pourtant parfois autes au pluriel sans d'; cet usage est très minoritaire:

Autes trebucs que'u tesiquejavan. (Camélat)

Cependant, lorsqu'il est suivi d'un numéral, autes s'emploie toujours sans d':

Que balhèi autes dus veires a Arantxa e Idoia, e que shabraquèi, genat... (Arantxa)

eleccion deu Burèu entad autes quate ans. (Simin Palay)

On peut dire autes còps ou d'autes còps.

  • Aute, -a a aussi un emploi pronominal, toujours précédé d'un autre déterminant, au pluriel précédé de d' s'il est seul:

Qu'arridè quan los autes se devertivan. (Lalanne)

pensadas esgarissadas qui's tumavan las uas dab las autas (Casebonne)

Palay, Bouzet, Daugé, Labòrda e quauques autes (Bastard)

  • Dans une phrase négative, aute est précédé de nat, et beaucoup plus rarement de d':

N'as pas tu nada auta paraula en boca? (Lalanne)

N'ajatz pas d'auta cuenta. (Yan Palay)

  • La préposition de peut s'ajouter au d' de d'autes, notamment dans la locution d'autes còps:

... entertant qui cercavi çò qu'aqueth ausèth devinador de d'auts còps... e volè har enténer en chavecant lo son "jamés mes". (Poe, traduit par Darclanne)

Qu'es çò que n’an hèit deu petit vilatge de d'autes còps? (Sarran)

l'Al-Cartero, lo poèta deus Picatalòs e de d'autas cantas suberbèras (Camélat)

Mès la nueit que cad, la nueit de d'auts còps... (Manciet)

Ena madeisha Lei der occitan de 2008 que se parle de difóner ena Val d'Aran emissions en occitan de d'auti territòris. (Carrera)

  • Dans certains parlers béarnais, on emploie la forme aut pour les deux genres.


BÈTH, BÈRA

  • L'adjectif qualificatif bèth, au fém. bèra s'emploie comme déterminant, surtout dans la zone pyrénéenne, avec le même sens que quauque; on le trouve surtout au singulier:

bèth còp de uelh lèste (Casebonne)

  • Dans certains parlers, on l'emploie à la place de l'article indéfini après com:

Que seguiva l'ahoalh com bèth pèc. (Casebonne)

  • On le trouve aussi devant aute, -a:

Que voi anar tà Marieta, véder se i tròbi a Jan de Casanava e bèr aute amic. (Casebonne)

  • Le pronom correspondant est bèth un, bèra ua (ou, avec le passage de -th à -r entre deux voyelles, bèr un, bèra ua), qui est synonyme de quauqu'un, quauqu'ua, v. plus bas); ces formes sont rarement employées; plus fréquent est le pluriel bèths uns, qui est synonyme de daubuns:

Bèth un que's troçava ua cigarreta. (Peyroutet)

Quan bèra ua petava, que'm dava ua estrèita. (Palay)

Lo nom de bèths uns a pena trobaratz. (abbé Puyoô)

Bèths uns se n'arridèn. (Cérez)

  • Bèths, déterminant au pluriel, est rare aussi:

'Nà'm sèter coma bèths diés a ath cap deth vièr.... (Noguès)

S'espian de travèrs com bèths lops. (Daugé)

Que n'i a bèra tropa. (L2)

On le trouve toutefois normalement dans les locutions temporelles a bèths còps (plus courante que a còps) et bèths dias a.

  • Parfois, il est difficile de savoir si on a affaire à bèth indéfini ou à bèth adjectif qualificatif; celui-ci semble employé parfois sans article:

Bèth disnar que'us atendè: qu'i hen aunor. (Lalanne)


CADA

  • Employé uniquement comme déterminant, cada exprime la totalité des éléments d'un ensemble, chacun étant envisagé séparément; on emploie la même forme au masculin et au féminin:

en cada maison (Sabalot)

en cada cap de taula (Palay)

Que i avè au prumèr reng ua gojata dab lo peu negre estirat de cada part d'ua randa suu miei deu front. (Lapassade)

  • Lorsqu'il y a plus de deux éléments, on emploie plus fréquemment tot, voire tots:

Que se rendèn atau tot an a la mar. (Manciet)

Que'ns cambiarà de las cuentas de tot dia (Lapassade)

tots ans (Yan Palay): "chaque année"

  • Cada a un sens distributif lorsqu'il est suivi d'un numéral cardinal:

cada duas minutas: "toutes les deux minutes"

Cada tres frasas que m'incitava en me demandant... (L'estranh)

  • Il existe d'autres tournures, peut-être plus employées:

De duas en duas minutas, qu'espiava lo quadrant qui batanava a gran galòp las escorrudas deu temps. (Casebonne)

On emploie notamment le participe passé passat, -ada pour signifier "un sur deux":

a setmana passada: "une semaine sur deux"


CADUN

  • Cadun s'emploie comme pronom à la place de cada lorsque le nom n'est pas explicité:

Cadun d'eths que’s vienè cuélher lo son prètz. (Camélat)

Que seré un arrenjament enter comunas vesias dont cadua daré los miélhers gojats o gojatas entà har la tropa qui poderé, un còp apresa, seguir lo canton. (Palay)

  • "tout un chacun" se dit tot cadun:

Tot cadun que crompa e que lei. (Camélat)

  • N. B.: les locuteurs natifs emploient souvent chaque et chacun au lieu de cada et cadun. Ces francismes récents sont évidemment à rejeter.


CAP

Cap s'emploie, tant devant un nom masculin que féminin, au lieu de nat, nada, dans les parlers pyrénéens. Dans les parlers orientaux, il s'emploie avec de:

N'avèvi pas cap experiéncia dera vita. (Isabèu de la Valea)

Cap de Felibrejada encara: tròp de malurs de tot costat e manca de leser. (Escolo deras Pireneos)

Cap a aussi un emploi pronominal.


DABAUTES, -AS

V. le suivant.


DAUBUNS, -UAS

  • Daubuns, -uas s'emploie à la fois comme déterminant et comme pronom, avec le même sens que le français "certains":

Qué hèn alavetz daubuns arren-que-valhas? (Bladé)

Daubuns vilatges qu'avèn lo renom d’aver la joenessa patacassèra. (Palay)

Daubuns, pres de holia o de rauja, autanplan qu’avèn getat tot çò qui no’s podèn pas har seguir. (Javaloyès)

  • Cet indéfini avait en ancien gascon la forme auguns (cf. cat. algun, cast. algún):

Auguus dixon: "Si." Autes : "Que no eg." [eth] (Récits d'Histoire sainte)

Le g intervocalique est passé à b (évolution rare, mais constatée dans quelques autres mots: agòr / abòr); pour le d- initial, cf. d'autes, de qui n'i a.

On ne devrait donc pas trouver le masculin daubun, -ua; cette forme très rare existe pourtant:

Que n'i a, bessè, daubua. (Lavit)

Elle est sans doute analogique de quauqu'un, -ua.

  • Il existe un déterminant-pronom qui s'emploie en corrélation avec daubuns: dabautes, -as (< *daubautes):

Daubuns que disen qu'ei grèu, dabautes qu'asseguran que non.: "Certains disent que c'est grave, d'autres (certains autres) assurent que non."

Dabautes est rarement employé.

  • Daubuns, -uas est peu employé dans la langue parlée; on emploie plutôt qui i a, de qui n'i a. V. plus bas.


DEGUN, DIGUN

Ces pronoms s'emploient surtout dans une partie du Gers et des Landes avec le même sens qu'arrés; la fome digun est plus fréquente que l'autre:

Calè pas digun que i botèssi lo nas sonque quan estossi emprimat. (Daugé)

Au segur n'a pas jamès volut empachar digun de parlar francés. (Saint-Bézard)

Degun non n'avè jamei sabut arren. (Palay)


DIFERENTS, -AS

L'adjectif qualificatif diferents, -as s'emploie comme déterminant, avec le même sens qu'en fr., seul ou précédé de l'article défini:

No's sap quin se son formadas las diferentas lengas qui's parlan per tota la tèrra. (Palay)

À vrai dire, cet emploi a été rarissime jusqu'à aujourd'hui, mais tend à se répandre à cause de la pression du français. Comme le même usage existe aussi dans d'autres langues romanes, nous pensons qu'il est acceptable.


DIVÈRS, -AS

Au contraire du précédent, le déterminant divèrs, -as existe depuis l'ancien gascon:

A laquoau poblation bienco homes de diverses partides. (For d'Oloron)

Son emploi n'a cessé depuis lors:

N'es qu’un aire a divèrs estatges. (Dastros)

A trevèrs divèrs noms, shens hèra de richessa, Arious que sap de luenh amiar sa noblessa. (abbé Puyoô)

era formacion des divèrses espèces de nebuloses en bòla, en espirala, en chapelet, ò traucades coma eth nòste camin de Sent Jaques (Sarrieu)

On peut donc employer sans crainte ce déterminant, qui peut être précédé de l'article défini:

Que son los divèrs punts de l’alternativa KAS. (Arantxa)


DUS, DUAS

Le numéral dus, duas peut prendre le même sens que quauques; on a alors affaire à un indéfini, déterminant ou pronom:

Que'vs pòrti dus crespèths. (Bouzet)


GRAN CAUSA

Cette locution employé dans les phrases négatives, avec une valeur de pronom indéfini, est un calque du fr. ("grand-chose"):

Non crei pas que sabossin gran causa de la literatura de lenga d'Òc ad aqueth moment. (Palay)

Il vaut mieux employer quasi arren, batlèu arren, ou encore guaire arren.


LA-UN

La-un est une forme aberrante de l'un employée dans certains parlers de Bigorre et du Gers; v. le suivant.


L'UN

L'un, pris globalement, est une forme de déterminant devant un nom lorsqu'existe une alternative ou une succession (l'un... l'aute). V. plus bas un.


MANT, -A

Mant, -a est un déterminant désignant un grand nombre (fr. "maint"):

mant aufici (Dastros)

Il n'est plus employé dans la langue actuelle.


MANTUN, -UA

  • Mantun, -ua est un déterminant et un pronom désignant un grand nombre:

Mantun deus de la taulada, còrclavats, non destecavan paraula. (Camélat)

  • Il n'est guère plus employé que dans la locution mantun còp:

Mantun còp qu'avè contat lo son devegèr a las comisas e a las costurèras. (Casabonne)

Papà que m'a dit mantun còp que Diu, estosse vertadèrament Diu, averé estangat la guèrra. (Javaloyès)

  • Il est davantage employé au pluriel (mantuns, -uas):

los navèths confrairs – mantuns hèra esberits... (Eyt)

mantuns cabiròus e mantuas crabas (Camélat)

  • En gascon occidental, on a les formes manterun, -ua, mantrun, -ua, qui ne semblent pas beaucoup plus employées:

Com manteruns, que l'èi aidat tad aquerò. (Lalanne)

Un còp, sus miejanueit escuranhós com los bòscs sacrats, entertant qui carculavi, flac e fatigat, sus manterun preciós e curiós libi d'un sapient sendèr desbrombat.... (Edgar Poe traduit par Darclanne)

  • Son emploi comme équivalent du fr. "plusieurs" ne correspond guère au sens de ce mot et c'est un vrai problème dans la langue écrite et parlée des néolocuteurs; v. la fiche 3. N. Les équivalents de plusieurs.


MEDISH, -A

Medish, -a a deux sens.

  • Placé avant le nom, c'est un déterminant qui exprime l'identité (fr. "même"); il suit généralement un autre déterminant, le plus souvent l'article défini:

Qu'ei la medisha canta com l'aute Casalet, acerà! (Javaloyès)

a la medisha rapiditat (Manciet)

ua auta taula de medisha pagèra sus un tròç de tronc (Lalanne)

  • Medish, -a exprimant l'identité peut aussi être pronom:

los medishs! (Javaloyès)

  • Placé après le nom, il exprime l'ipséité (fr. "lui-même", "en personne"); il peut suivre aussi un pronom personnel:

Lo diable medish ne i ved pas nada gota! (Larroque)

Aquesta cort medisha, mèstes, que va jutjar doman lo mei òrre deus crimis: lo murtre d'un pair. (L'estranh)

Qu'èri jo medish estonat de çò qui hasí. (Arantxa)

Mes eth medish que semblava estrementit... (L'estranh)

  • Il doit être suivi de que et non de com, faute fréquente:

En medish temps que la Finon? (Palay)

  • Dans le Gers et les Landes, on emploie plutôt, pour exprimer l'ipséité, quite, -a.
  • Ua quita vesita, quan se tròban estremiats, lonh de pertot, que còsta astant que l'abonament d'un an de d'autes còps. (Sanson)
  • En gascon pyénéen, cet indéfini prend la forme madeish, -a:

Eth molièr qu'èra dera madeisha talha qu’eth monge. (Soulé)

De camin, ja's convengueren de panar-les-se eth ser madeish. (Lux)

Mes eth madeish gòi qu'a de cantar eth gascon, / bigordan que sia o deth bocau der Ador. (Lavit)

  • Medish a un sens adverbial après un adverbe:

Adès, tè, adès medish que la cercava, la mia clau. (Camélat)

Ací medish Marcèl Sent Besard que'ns devisava de l’artilheria d'en Gaston Febus. (Pic)

Òc, si vadès craba uei medish? (Palay)

  • Mais medish ne peut pas être adverbe dans n'importe quel cas; il ne peut s'utiliser, notamment, pour renchérir sur ce qui vient d'être dit. V. la fiche 3. J. Les équivalents de MÊME.


MEI D'UN, MEI D'UA

Mei d'un, mei d'ua, déterminant et pronom ("plus d'un") est un équivalent du fr. "plusieurs":

Que s'i torna mei d'un còp. (Javaloyès)

Qu'averà cuentas dab mei d'un alemand. (Camélat)

Mèi d'un meitadèr s'èra hèit renviar. (Manciet)

Que voleré díser que i a mei d’ua organizacion politica occitana importanta. (Arantxa)

Ua lengua cau qu'age mès d'un registre de lengua, mès d'un nivèu de lengua. (Carrera)

Le verbe dont le sujet est mei d'un ou nom déterminé par cet indéfini est parfois au pluriel.


NAT, NADA

  • Nat, fém. nada dénote l'absence d'un élément cité ou connu dans le contexte. Il peut être déterminant ou pronom; son équivalent français est "aucun", mais aussi "de":

Amics ne n'èi pas nat. (Casebonne)

La mar qu'ei lo país deus qui n'an pas nat país. (Nadau)

Ne volem pas nat MacDo (slogan)

  • Lorsqu'il détermine un nom qui n'existe qu'au pluriel, ou qui a un sens particulier au pluriel, nat, nada se met au pluriel:

Eth n’a nadas tornas dab jo. (Garros)

Lorsque, pronom, il se réfère à un nom au pluriel, on peut le trouver employé au pluriel:

Huelhas, bèthlèu n'aurà pas nadas! (Ricau)

Las letras qu'an avut gran renom dens los parçans vesins. B'èran atendudas mei que nadas, las qui èran signadas per Horncadut. (Camélat)

  • On peut l'omettre lorsque deux ou plusieurs noms se succèdent:

Non i averà pas marit ni maridatge. (Palay)

  • Il s'emploie dans les phrases négatives à la place de un, y compris dans des cas où le français maintient "un"; v. la fiche 3. D. L'article indéfini.
  • Comme pronom, il peut aussi être synonyme d'arrés; dans ce cas, on le trouve parfois au pluriel.

Nat non l'a vist. (Palay)

Mes nat non responó sonque Bertà. (Peyroutet)

Deus quate qui èm de familha, nats mei que non nse parlam. (Palay)

Coma se n'avossen vergonha, tots que's caran, e nats non gausarén cridar, coma cridàvam nosauts d’autes còps, la politic de qui serveishen e la color deu lor drapèu. (Camélat)

Dans ce cas, il renvoie souvent à l'absence de personnes d'un groupe déterminé plutôt qu'à l'absence d'être humain en général, comme le fait arrés.


NULH, -A

Nulh, -a (fr. "nul") est un indéfini de l'ancien gascon, à la fois déterminant et pronom, de même sens que nat.

Are no an nulhe escuze. (Récits d'histoire sainte)

Jo no trobi nulhe razoo en aquest homi per que deye morir. (Récits d'Histoire sainte)

On pourrait le réintroduire dans la langue moderne au moins dans le langage juridique, à l'instar du "nul" français.


ÒM

  • Òm (fr. "on") est un pronom qui exprime un sujet indéterminé; il n'existe pas dans tous les parlers gascons; v. la fiche 3. K. Les équivalents de ON.

Que's calerà contentar de çò qui òm a. (Palay)

Qu'i avó dus morts a çò qu'òm ditz. (Lavit)

  • En gascon pyrénéen, il peut suivre l'énonciatif que, et même suivre le verbe:

En agüeità'u d'estant eth escalèr, qu'òm a, a dreta, era carrèra... (Sarrieu)

Que i enten òm tres pos. (Philadelphe)

En un didau que't har'òm càber de tant que plegas eths currons. (Philadelphe)

V. 3. B. Le présent de l'indicatif, 1. 1.


PARIÈR, -A

Parièr, -a s'emploie comme déterminant avec un sens proche de celui de tau:

Cercatz-me d’auts pedaç de tèrra / e parièra tèrra planèra... (Camélat)

Despuish las eglògas de Pèir de Garròs, nosta literatura n'avè balhat parièra descripcion. (Camélat)

Il peut toutefois suivre le nom, qui est alors généralement précédé de l'article indéfini; on a alors affaire à un adjectif qualificatif:

un desmentit parièr (Camélat)

ua loteria parièra (Casebonne)

en cas parièr (Sabalot)


PAS UN

La locution pas un, pas ua, s'emploie comme déterminant et pronom avec le même sens que nat, quoique moins fréquemment:

Qu'avetz argent de plaçat, vam, ci disè lo mossur. — Pas un sòu! ci hasè era. (Palay)

Pas un sol còp au cors de l’instruccion aceth òmi n'a semblat susmavut peu son òrre crimi. (L'estranh)

Non trobarés tà't hèr dançar pas un gojat. (Abadie)


QUAUQUARREN

  • Quauquarren est un pronom utilisé pour exprimer la présence ou l'existence d'une chose, d'un être inanimé, que l'on ne spécifie pas autrement:

Que tròbe en era madeisha quauquarren que correspon ara diversitat des dialèctes emplegats per aquera tragediá. (Sarrieu)

  • L'adjectif qui le suit est toujours précédé de de:

Qu'èi donc hèit quauquarren de bon / pusque'm tractatz com un trobaire?

  • Quauquarren de s'emploie aussi avec un sens adverbial, pour exprimer le haut degré de la qualité exprimée par l'adjectif qui suit:

Que n'èi avut uns quants, mes quauquarren de fresc. (Yan Palay)

  • Dans le Gers, on n'emploie pas quauquarren, mais quaucom:

N'amassa tres o quate, ressega, shascla, truca, adoba, e a tròcis e a bocins hè quaucom que semblava meslèu ua cremèra qu'ua caisha. (Pérès)


QUAUQUARRÉS

Quauquarrés, pronom, sert, dans certains parlers béarnais, à exprimer la présence ou l'existence d'une ou plusieurs personnes, sans que leur identité soit spécifiée autrement; comme avec arrés, le verbe peut être au pluriel:

Qu'auré volut que quauquarrés que las vedossin en dab eth. (Hustach)

Lo son aperet que'u getava la mòta deu nas dens lo vent, segur que quauquarrés l'entenora. (Lapassade)

On emploie plus souvent, avec le même sens, quauqu'un; v. plus bas.


QUAUQUE

  • Quauque, invariable en genre, est un déterminant qui marque l'indétermination (fr. "quelque"):

en quauque trauc de bomba (Casebonne)

  • Devant un nom abstrait, il peut, comme "quelque" en fr., avoir le sens de "un peu":

S'avès quauque bon sens, n'assegurarés pas la causa. (Casebonne)

  • Il est plus fréquent au pluriel:

Jo que hèi quauques pas vergonhós e qu'entri. (Javaloyès)

  • Dans le Gers, l'est de la Bigorre, le Comminges et le val d'Aran, le féminin est quauqua:

quauque drollòt, quauqua drollòta (Philadelphe)

En quauqua manèra, que se pòt díder encara qu'era Gramatica ei eth resultat dera fatiga. (Carrera)

  • On peut employer ensemble quauque avec aute:

Mes aqueths bravòs que devèn prúder a las aurelhas e au nas de quauque aute candidat. (palay)

Qu'ètz tròp luenh, quauque aute que'n profieitarà. (Larroque)


QUAUQU'UN

  • Quauqu'un est un pronom exprimant la présence ou l'existence d'une ou de plusieurs personnes dont on ne spécifie pas autrement l'identité:

Que s'arrèsten o non, quauqu'un que i a a estar. (Bouzet)

Si quauqu'un entra, lo portau que crida pro tà nse n'avertir. (Bouzet)

  • L'adjectif qui le suit est toujours précédé de de:

Qu'ei quauqu'un d'estranh. (Javaloyès)

  • Dans les Landes, on emploie quauque d'un:

Qu'entenom vailets, dahòra, e quauque d'un dens la part de darrèr, qui galopavan. (Manciet)

Au mensh, que n'i augi quauque d'un d’urós! (Daugé)


QUAUQU'UN, QUAUQU'UA

  • Distinct du précédent, le pronoms quauqu'un, quauqu'ua remplace quauque lorsque le nom qui suivrait n'est pas exprimé; il peut se référer à une personne ou à un inanimé:

... shens lo mendre quehar taus corbashs, qui guinhava per devath, prèst s'ac avè calut a n'arrapar quauqu'un per la polacra. (Lapassade)

Mei sovent que sòus, de la tireta enlà que me n'aparivan pomas d'aqueras... Un pomèr de haut brangatge que las madurava, e defendut qu'èra de'n har càder capvath l’estiu. Arrés n'i toquèra, d'aulhors, dinca pair Francés e s'i pugèsse tà las s'amassar, ua per ua, dens un tistalh de còstas. Que'm trobavi aquiu, be vse'n mensh·hidatz, entà la cuelhuda, e a bèths còps en me'n causint quauqu'ua de géncer. (Camélat)

  • On le trouve aussi exprimant un élément d'un ensemble exprimé par un complément de nom introduit par de:

E son au pè d'Aqueras montanhas dens las vaths gasconas o catalanas, o dens quauqu'ua d’aqueras maisoetas... (Casebonne)

  • Quauqu'un o quauque aute peut servir à exprimer une alternative.
  • Cet indéfini est plus employé au pluriel:

N'i a quauques uns que sagèn de l'escotelar coma un praube innocent. (Saint-Bézard)

Nostes legidors qu'auràn podut saborejar quauques uas d'aqueras poesias autan leugèras que delicadas. (Camélat)


QUI I A, DE QUI N'I A

  • La locution qui i a (parfois que i a), postposée au nom, joue le rôle d'un déterminant avec le même sens que daubuns, mais un emploi beaucoup plus large dans la langue parlée:

Lengassuts que i a que's botavan a díser que m'i deví maridar. (Camélat)

  • Le pronom de même sens est de qui n'i a (parfois de que n'i a):

De qui n'i a que diserén que't pagui de ua auta mòda. (Peyroutet)

  • Lorsque la préposition de précède de qui n'i a, on maintient les deux de:

Espiatz lo maganhèr de de qui n'i a. (Lo defunt mèste)


TAU

Tau, invariable en genre, est un déterminant correspond au français "tel, telle" dans ses divers emplois. Il peut aussi avoir un emploi adverbial.

  • Employé seul, il indique que le locuteur ne peut pas ou ne veut pas spécifier l'identité de l'être ou de l'objet désigné:

Qu'ac an lejut en tau endret e qu'ac trobavan beròi. (Lalanne)

Tau dia, que guardavi las òulhas au bruishon de Codalonguet. (Eyt)

  • Tau employé seul peut aussi avoir le sens de com (emploi adverbial):

Mes Jò qu'ei adara tau un herumi. (Lavit)

... uá bèra escudariá a on, eishús un tenís de palha hresca, arrequenquilhat, tau un prince, un polit asenhòt gris s'agüardèc era societat damb un uelh negat d'esuegèra. (Horosinach)

  • Précédé de l'article indéfini, il indique la similitude et a un sens proche de parièr, semblable:

Qu'avèn lo còr premut de's trobar en tau endret ad aquera òra. (Sabalot)

Qu'èra bon qu'ua tau tradicion no's perdosse pas. (Palay)

Jamèi lo nòst Arnaut s'èra vist ua tau bugada a con·hessar, un jorn dont èra pas vigília. (Manciet)

  • Dans ce sens, il est précédé de de au pluriel:

de taus còps de punhs (Lavit)

Perqué hès donc de taus bramets? (Palay)

  • On le trouve parfois dans ce sens sans déterminant, du moins au singulier; son sens peut alors être proche de celui d'un déterminant démonstratif:

Lo maire qu'arremercià tot lo monde deu vilatge per l'ajuda portada en tau escadença. (Sabalot)

Tau poesia non podè èster pensada aulhors que capvath Bearn ne èster escrivuda en ua auta lenga que la lenga mairana. (Ronjat cité par Camélat)

Jamei non s'èra sentit com a tau moment on èra cap a cap dab aquera mainada innocenta e dolorosa qui relhevava tot escàs de malaudia. (Palay)

Taus son los vòts que nosauts tots / e vs'auherim... (Labaig-Langlade)

  • On l'emploie devant com (tau com: "tel que") pour exprimer une comparaison; dans ce cas, tau reste généralement invariable et équivaut à atau:

De la parladura, tau com la devisavan adarron, no'n sobran que chic de tèxtes. (Camélat)

Que se'n van tau com èran vienuts. (Yan Palay)

Se son tau com son, qu'ei pr'amor de nosautes. (Lapassade)

Quan vs'ac disi, taus com los vedetz, qu'an abladat òmis cinglants com vencilhs o pregons com toneths. (Casebonne)

  • Avec un valeur intensive, tau précède une subordonnée de conséquence:

Aquera hemna, qui avè ua volentat de hèr, qui hasè regnar per casa un ordi tau que tota causa, per mendre qui semblèsse, qu'èra reglada a l’avança. (Palay)

  • Un tau, avec une valeur pronominale pour tau, est employé en parlant d'une personne qu'on ne veut pas ou qu'on ne peut pas nommer:

... parlant d'un tau e d'un tau, deus parents apercebuts la vèlha, deus amics drin desleishats despuish un an, de totas aqueras perpincalhas de la vita... (Palay)

Cadun que pòt saber, o que cred saber, punt per punt, quin se'n devira en çò d'un tau o d'un tau: amors, pelejas, rencuras e dòus, tot que's vié a condar. (Camélat)

  • Avec le même sens, on trouve parfois la locution tau un, tau ua:

Tau un qui volè har burèu que's deu acontentar d'escobar per Bordèu los trotoèrs. (Palay)


TOT, TOTA

Tot, tota, déterminant et pronom, s'emploie comme le français "tout"; comme lui, il exprime la totalité et l'intégralité; comme lui, il peut avoir un emploi adverbial:

  • Seul, déterminant employé sans autre déterminant, généralement au singulier, mais parfois au pluriel, il équivaut à cada:

Per lo sopar, que causiva tota setmana las napas vienudas de la lana mèi eslunhada, teishudas a Liglon. (Manciet)

Que calè crompar tots ans au buraliste ua bilheta. (Sègues)

  • Employé avec un autre ou d'autres déterminants:

La plana atau tot l'an que serà mei grasida. (Al-Cartero) (tot l'antot an)

... dab l'idea de non pas aver hèit tot lo son dever. (Lapassade)

Fernand se sovingut d'un còp totas las rimonèras passadas. (Belloc)

  • Tot suit le nom s'il est déterminé par un complément:

après ua vita tota de tribalh e d'estauvi (Rédcation de Reclams)

  • Dans la langue ancienne, le sens de tots peut être renforcé par sengles; peut-être faudrait-il récupérer cet usage:

totes e sengles las causes sober diites (For d'Oloron)

  • Comme pronom:

E tot que se'n va a la vanvòla! (Palay)

E tots que s’esplasmèn. (Lavit)

  • Tots s'emploie sans article devant un numéral cardinal:

Quauques segondas, tots dus que s'estén en silenci. (Peyroutet)

  • Tot s'emploie devant n'importe quel nom, avec lequel il ne s'accorde pas, avec un sens particulier:

Lo país qu'ei tot pujas e baishas. (d'après Sègues): "Le pays n'est que montées et descentes."

B'ac vedetz: qu’ei tota torns e virolets. (Palay): "Elle est toute en tournants et en virages."

Calèva passar per ua maishanta camiòla tota hanga, tota traucs. (Pérès): "un mauvais chemin tout en boue et en trous"

Las hemnas ne son pas que minganas. (d'après Alibert): "Les femmes sont toutes en simagrées."

  • Tots se place devant un pronom personnel tonique:

Que’m pèsa adara mei la cadena qui'm liga a tots vosauts, a tot. (Palay)

Aquò qu'ei çò de miélher tà tots nosauti. (Bouzet)

Tots eths de sas mans onèstas / me setón sus un taparròt. (Dastros)

  • Tot pronom a un sens neutre; c'est ce qui explique que lorsqu'il est COD, il est généralement employé avec ac, qui précède le verbe:

comandat / que m'a d'aparià'c tot, que's tròbe tot en plaça / tà aunorar ‘th estrangèr. (Sarrieu)

Eth qu'ac sabè tot suu quartièr. (Javaloyès)

Qu'ac hasó passar tot sus lo cap de la dauna. (Yan Palay)

En arribant davant la pòrta qu'ac tròbi tot barrat. (Badiolle)

L'ordre des mots étant plus souple, qu'en fr., tot peut précéder ac dans la phrase:

Lo huec tròp gualhard tot qu'ac crema. (Casebonne)

Toutefois, on n'emploie pas ac si tot est suivi d'une relative explicative:

Que'us cau hèr véser, ça ditz, segur, tot çò qu'avèm pr'ací de beròi. (Saint-Bézard)

  • Note pour la traduction: tot a le même sens que "sancer", mais est plus employé:

Que la se minge tota! (Palay)

On l'utilisera donc de préférence:

"Je suis restée une semaine entière.": Que soi demorada tota ua setmana.

  • Tot s'emploie avec une valeur adverbiale devant un adjectif qualificatif, avec lequel il s'accorde toujours en genre, et souvent en nombre:

la man tota plapada (Javaloyès)

tots contents e regaudits (Larroque)

qui bota tot eishordits los qui suenhan lo mainatge (Daugé)

  • On dit tot de devant un adverbe ou une locution de temps:

Qu’ei la pensada / qui'm segueish tot de uei.

Toutefois, dans certains parlers gascons, on emploie tot seul:

La mair qu'a plorat tot anueit. (Tallez)


TOTÒM

Totòm ("tout le monde", "tous") est un ancien pronom indéfini rarement employé dans la langue actuelle (cf. catalan tothom):

Qu'i son au segur las rasons qui a totòm de voler resistir tà poder víver dret. (Lavit)

Qu'ei un explic qui estauvia a totòm de cercar ua responsa vertadèra. (L'òrra istoèra d'un hilh de Gelòs)


TRÒPADUN, -UA

Tròpadun, -ua s'emploie avec le sens de mantun, -ua dans certains parlers béarnais:

Tròpadun que pinta acen shens aver set! (Al-Cartero)

On trouve aussi tròpun, -ua:

Qu'ac podè har, per amor que'u n’èi pagat tròpun pinton. (Badiolle)


UN

  • Un peut être un article indéfini, un numéral, mais aussi un indéfini (déterminant ou pronom). Il n'est pas toujours facile de savoir si on affaire à un article ou à un autre déterminant indéfini; cependant, un ne semble pas être un article dans des cas comme celui-ci:

ua hemna d'un atge (Palay): "une femme d'un certain âge"

De même, lorsque un a le sens de quauqu'un:

Que'u reconegom com un de la familha. (Palay)

Qu'èra flaca, flaca, e qu'alentava de quan en quan, com un qui ei a l’agonia. (Hustach)

Se n'ac hèi pas que van díser que soi un de qui non gausa, un *desgonflat, qué! (Lapassade)

En aqueth demiei m'arriba un de la polícia. (Daugé)

Qu'ei de tròp qu'entà la maison de Labatut un de Bòrdavielha qu'aja mancat au dever. (Palay)

  • Un est un indéfini dans la locution un... o aute exprimant une alternative. V. plus haut, 1.3

Avec l'article défini, on a l'un... e l'aute (la-un... e l'aute dans certains parlers du Gers et de la Bigorre, v. ci-dessus):

Gojats, òmis e dinc aus vielhs, tots que's hiquèn en *rond l'un darrèr l’aute. (Casebonne)

Dans la locution l'un de l'aute, aute reste au masculin quel que soit le genre du second élément:

Ni mamà ni jo n’esperàvam mei arren l'un de l'aute. (L'estranh)

  • On emploie l'un y compris lorsqu'un nom suit:

Que cor de l’un estrem tà l’aute. (L2)

de l'un cap d'an a l'aute (Casebonne)

C'était déjà le cas en ancien gascon:

lo bel deu Temple, qui ere trop fort, se feno de l’un cap a l'autre. (Récits d'Histoire sainte)

N. B.: On dira donc d'un mot tà un aute (cf. ci-dessus), mais de l'un mot tà l'aute.

  • Par contre, on emploie un seul devant la préposition de, là où le français emploie "l'un de...":

un deus prumèrs per l'endabans e la gràcia deus escriuts (Camélat)

"L'un d'eux" se dit un d'aqueths ou d'aquestes, selon le démonstratif qui convient:

... quate mossurs qu'èren a chivau. Un d'aquesti, tà trufà's des curès, que's met a dider-les: — E quin van aqueri ases? (Sarrieu)

Jo ne me sentivi pas a l'aise, que me sovinèvi de las hrobidas que los pus grans nos balhavan a l'escòla. Caminàvam de cap a l'autar e un d'aqueths me bohava suu còth. (Belloc)

  • a l'un còp veut dire "à la fois", "en même temps":

Sautem tots a l’un còp. (Bladé)

Par mauvaise interprétation, cette locution est devenue a l'encòp dans le nord du domaine. En Béarn, on dit au còp.

  • Un semble aussi un indéfini lorsqu'il est employé devant un nom propre:

un Salas (L2): "un certain Salles"

un mossur Torassa de Pau (Palay): "un certain monsieur Tourasse de Pau"


UNS QUANTS, UAS QUANTAS

  • Uns quants, uas quantas ("quelques") est un indéfini à la fois déterminant et pronom qui exprime une pluralité plus réduite que quauques ou quauques uns:

Que m'a hèit signar uns quants papèrs. (L'estranh)

  • En Béarn, on emploie plutôt uas quandas au féminin, et parfois uns quandes au masculin:

En darrèr numerò deths Reclams qu'èi legut uas quandas linhas sus çò qui's passa en Alsaça. (Lahargue)

Uns quandes, ailàs! non son mei d'aquesta tèrra (Camélat)


Notes sur l'emploi des indéfinis de sens négatif

  • Lorsqu'un indéfini de sens négatif est placé en tête de phrase ou de proposition, l'usage est de ne pas employer la négation pas après le verbe:

Arren ne'u manca. (Lalanne)

Arrés non sap que Mossur qu'ei mort. (Palay)

Nat mau ne'u hè. (Palay)

  • On emploie parfois le verbe au pluriel avec arrés sujet:

Arrés ne sabèn qué pensar. (Lalanne)

  • Hors des phrases négatives, les indéfinis de sens négatif présentent un autre sens dans les phrases interrogatives et les subordonnées conditionnelles; arren s'emploie alors pour quauquarren, arrés pour quauqu'un, nat pour un:

E vs'èi jamei condat arren? (Palay)

Si ns'an vists arrés aqueste matin, çò qui ne van pas díser! (Peyroutet)

I a arrés qu'age jamès hèit mervelhas mès hautes? (Sarrieu)

Se demora nat gèsto deus mens? (Lavit): "Attend-elle un geste de ma part?"

  • Dans les réponses et les phrases sans verbe, on emploie les indéfinis de sens négatif sans la négation:

E çò que s'i estuja, dens la bòstia de Saxa? — Arren, Mossur. (Manciet)

Arrés non sap pas encòra. Arrés. (Lavit)

A qui cèrcas? — Ad arrés. (Camélat)

Aperèn. Nada responsa. (Manciet)


Note sur l'emploi de NAT après SHENS

  • Après shens, on emploi volontiers nat:

Que son partits shens nat fusilh. (Casebonne)

Que passava au truvèrs deu camin en sautiquejant, mes shens nada paur, pr'amor que's sentiva a casa. (Hustach)

Semia e 'spèra shens nat aute mot. (Camélat)

  • Cet emploi n'est toutefois pas constant:

Rosin e Daunina que s'assedón au còrn deu huec shens candela. (Hustach)

Shens prémer briga mei e shens aute mistèri, / que's bota a caminar de cap au presbitèri. (Yan Palay)


Indéfinis complexes

Ils équivalent aux indéfinis du français "quel... que soit", "n'importe quel", "lequel que ce soit", "n'importe lequel", "un... quelconque".


QUIN QUE SIA, QUAU QUE SIA

Ces indéfinis complexes sont formés à l'aide des interrogatifs qui ou quau et de que sia:

  • Lorsque ce sont des déterminants, le nom se place après quin ou quau:

... d'ua tilha mei nòbla que nat aute neurigat de quina província que sia de las Espanhas. (Camélat)

Quin subjèct que sia de vèrs e de proseis que pòt èster enviat. (Rédaction de Reclams)

en quin arrecot que sia (Camélat)

Quau gojata que sia qu'ac pòt har. (Arantxa)

  • Le nom peut aussi précéder ou suivre ces indéfinis complexes; ils sont alors employés comme pronom; le groupe nominal a sa fonction propre dans la phrase et l'indéfini y est en apposition:

Qu'ei la costuma deu país que quan un òmi envita a dançar ua hemna quina que sia, si ei deu medish reng, de nada mòda era no's deu excusar si n'a pas ua rason coneguda... (Palay)

Se'm calosse tringlar, / jo non tringlarí mei plan / (quau se volha la Grafia) / qu'entà Dauna Poesia. (Camelat)

Quina que sia, tòi, adara la musica... (Lavit)

  • Sens particulier:

Quau que sia veut aussi dire "quiconque", "n'importe qui":

Que s'i plega quau que sia.: "n'importe qui" (Camelat)

V. fiche 3. S. Les pronoms relatifs.

  • Accord du verbe:

Dans ces formes, le verbe estar s'accorde avec le sujet, s'il y a lieu:

La tèrra qu'ei tota sa vita. Quaus que sian sons sovenirs, tristes o gaujós, s'i estaca tostemps quauque bocin de tèrra (Massartic)

Quinas que sian las paraulas qui jo'vs mandi... (Palay)

L'autor qu'a ganhat la partida, quins que sian los personatges de la soa envencion: qu'a hèit teatre deu bon. (Palay)

N'èra pas d'aqueras moscas hissantas, d'aqueras hromigas rojas qui saben volar, nhacar, tirà's d’entrigas en quin parat que sian (Camelat)

  • Note:

"Tu dis n'importe quoi": dans cette phrase, n'importe quoi a une valeur dépréciative; le gascon qué que sia ne convient pas pour rendre cette idée. On dira: Que dises bestiessas mei granas que tu. De même, on pèsera le sens de "faire n'importe quoi", "réagit n'importe comment", afin de chercher à chaque fois l'équivalent le plus juste.


QUIN SE VOLHA, QUAU SE VOLHA

On emploie aussi les indéfinis complexes quin se volha, quau se volha (variante: que's volha), avec le même sens (cf. cat. qualsevol):

Que pretendèn tractar quin subjèct que's volha en lenga mairana. (Camélat)

Que passas per un òmi charmant, serviciau, comun e prèste a signar quau se volha lo certificat qui lo presentan! (Camélat)

Lo frair no's ligarà pas dab quau se volha, mes que'u ne sèi ua, e tad aquera, non crei pas que'm diga que non. (Camélat)


Concordance des temps

La concordance du verbe estar ou du verbe voler a lieu dans les cas qui l'exigent:

La nosta lenga que'n valè au mens ua auta, quan seré la francesa, e qu'avè tà nos un poder d’expression hèra miélher que quina qu’estesse. (Palay)