Accueil

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


La fiche du mois

2. A. Les verbes transitifs directs

− Les verbes gascons peuvent être transitifs directs, transitifs indirects ou intransitifs.

Les verbes transitifs admettent un complément d'objet, généralement placé après le verbe, sauf dans le cas des pronoms personnels atones, alors que les verbes intransitifs n'en admettent pas.


Généralités

Les verbes transitifs directs prennent l'auxiliaire aver aux temps composés:

Qu'as hèit çò qui calè.

Leur complément d'objet est un complément d'objet direct (COD), c'est-à-dire, construit sans préposition:

Ne coneish pas los sons vesins.


Pronominalisation du COD

Le complément d'objet direct peut être remplacé par un pronom personnel indiquant l'objet direct: me, te, lo, la, ac, nse, vse, los, las, se.

Ne coneish pas los sons vesins. --> Ne'us coneish pas.

Ne sap pas tot aquò. --> N'ac sap pas.


Cas où le complément d'object direct se construit avec la préposition a

On parle de complément d'objet direct parce que, généralement, il suit directement le verbe, sans être introduit par une préposition. Toutefois, le complément d'objet direct des verbes transitifs directs est parfois construit avec la préposition a. On trouvera cette construction dans les cas suivants:


Le COD est un nom propre, ou un surnom, de personne ou d'animal

Ací, per companha, qu’as a Pirena. (Sarrieu)

lo helerèr qui avè gahat a Maria (Casebonne)

E vosauts, qui de longtemps ençà legívatz a Lacasa... (Camélat)

Ne crei pas a Anna. (Javaloyès)

Jo qu’espièi a Memé... (Javaloyès)

Per’mor d’aquò que volè véder a Mossur. (Palay)

Que’vs voi amuishar quin èm contents la hemna e jo de liurà’vs a Moreta. (Camélat): "Je veux vous montrer combien nous sommes contents ma femme et moi de vous remettre Mourette" (il s'agit d'une jument)

Qu’èri viengut uei tà demandà’vs a Victorina com hemna. (Camélat): "J'étais venu aujourd'hui vous demander Victorine comme femme."

Cependant, cette construction n'est pas obligatoire et on pourrait construire les même phrases sans a. Il semble que a n'est jamais employé lorsque le nom propre est précéde de l'article lo, la:

Qu'èi vist lo Pièrra. (L2)

On as l’Ambròsi ? (Camélat)

Ara, que cau saber si’t prenes la Finon! (Palay)

en har entrar la Margòt (Palay)

Toutefois, même dans ce cas, a peut s'employer lorsque le nom propre est accompagné d'un adjectif qualificatif:

Setina e Margalida crotzèn a la vielha Janeton. (Yan dou Sabalot)


Le COD est une personne (non désignée par son nom propre ou son surnom)

Dans de rares cas, on emploie a devant tout COD au singulier désignant une personne:

Lo chivalièr lavetz espiè a la beròja. (Palay)

De’s pèrder, joenòt, a pair e mair, que l’a cambiat... (Javaloyès)

Bien que cet usage ne soit pas fréquent, on le trouve généralement avec pair e mair, ces derniers étant traités comme des noms propres. Cf. ci-dessus: Jo qu'espièi a Memé.


Le COD est un pronom indéfini ou interrogatif, ou est introduit par un déterminant possessif ou démonstratif

Non voi veir ad arrés. (Sarrieu)

Si non m’engani, que cercatz a quauqu’un. (Palay)

Que suspectatz a quauquarrés especiaument ? (Peyroutet)

...qui’s trufan plan beròi de saber a qui van tuar. (Javaloyès)

Qu'èi trobat a ton pair qui dalhava. (Bouzet)

si au mens aimas ad aqueth gojat (Yan dou Sabalot)

Ici non plus, l'emploi de a n'est pas systématique, bien que fréquent:

N'èi pas vist arrés. (L2)

Mair, qui espiavi, que m’ataquè autanlèu. (Camélat)


Le COD est un nom ou pronom qui forme le second terme d'une comparaison

Qu'e l'aimi mei qu'a l'auta gojata.

Eth, vençut, parièr que la potoè, mes com a ua sòr o ua mair. (Javaloyès)

Dans ce cas, on trouve parfois a même devant un nom ou un pronom qui ne désigne pas une personne:

Com a las pèiras preciosas, lo temps non la tocarà pas. (Palay)

L'emploi de a n'est pas davantage systématique ici.


Le COD est COD d'un verbe sous-entendu

Lo vedó passar, com la bèstia au caçaire. (Manciet) (pour: Lo vedó passar, com la bèstia ved lo caçaire)

Que't castigarí a tu permèr qu'aus de dehòra. (Bouzet): "Je te punirai, toi, plutôt que les étrangers.

Dans ce cas, l'emploi de a permet d'éviter l'ambigüité que présenteraient les phrases sans a. L'emploi de a n'est pas systématique dans ce cas:

Dens la nueit, que se me n’empòrta com un esparvèr lo poric. (Lapassade) (pour: com un esparvèr se s'empòrta lo poric)


Cas où l'emploi de a est pratiquement de règle

Même si on en trouve parfois des contre-exemples, l'emploi de a devant le COD est pratiquement de règle, selon André Hourcade, dans les cas suivants:


  • devant un pronom personnel accentué, c'est-à-dire jo, tu, vos, eth, era, nosautes, vosautes, eths, eras employés commme COD:

Non avèm qu’ad eth com hilh... (Camélat)

N’atendè pas qu’ad eth. (Yan Palay)

Se n'a pas qu'a jo (Camélat)

Se n’an qu’a vos, los marchands de bajaulas que’s pòden barrar las botigas. (Camélat)

Qu’alebèn l’aute gojat e a jo non ! (Javaloyès)


  • devant les noms ou les pronoms, désignant des personnes, qui répètent ou annoncent un pronom personnel conjoint au verbe; dans ce cas, ce COD introduit par a peut être précédé d'une virgule, qui marque une pause dans la prononciation :

Dèisha’m har a jo. (Peyroutet)

Que’us aví susprés, aus dus ! (Javaloyès)

Que t'aimi mes a tu. (Abadie)

adara que la vei a Tantina ! (Javaloyès)

Que’us as vists a tots dus ? (Palay)

Ad aquera Isabèu, que la vedoi l’aute dijaus matin au ras de la bòrda de Barnabèu. (Javaloyès)

Que trobava qu’avè lo còr pro gran e pro generós tà las poder aimar a totas. (Yan dou Sabalot)

Lo tenguèm, a la fin, a nòste volur de bolhon. (Bladé)

A Visenç Labaisha que l’aurén devut deishar au gave. (L'òrra istoèra d'un hilh de Gelòs)

Que’ns saludà a tot lo monde. (Larroque)

Que nes espiè a tots l’un après l’aut, com mèste. (Manciet)

Pren-te'm a jo !!! (Camélat)

Mais le COD qui ne désigne pas une personne n'est pas introduit par a:

Que l’aiman la nueit. (Javaloyès)

abans que non ns’avosse vists, lo can e jo. (Camélat)

On n'emploie pas non plus a lorsque le pronom personnel est repris, ou annoncé, par un nom propre précédé de l'article lo, la:

Que l’avè calut hòrt pregar, lo Bernat. (Camélat)


  • Devant l'aute, los autes dans l'expression l'un l'aute, los uns los autes:

Atau, ns’èram abituats a se sauvar l’un a l’aut. (Manciet)

Que ns’acusàvam los uns aus auts dens nòsts silencis. (Manciet)


  • Dans des constructions comme les suivantes, one trouve pas a parce que l'on n'a pas affaire à une reprise de COD, mais à une apposition au sujet:

Qu'enten de governà's eth medish (Camélat): "(le peuple de Catalogne) entend se gouverner lui-même.


Cas où on n'emploie jamais a devant le COD

On n'emploie pas a devant le COD dans les cas suivants:

  • le COD est un non-animé ou un animé non désigné par son nom propre:

Lo qui aja crompat lo libe non harà pas nat arcast au marchand. (Laborde)

  • le COD désigne désigne une personne indéfinie ou plusieurs personnes, ou un collectif:

Qu’avem tostemps vist un avocat. (Bouzet)

Que volè recéber los joens meilèu que los vielhs. (Bouzet)

Que i avem vist òmis e hemnas. (Bouzet)

tots los grans mots dont mossur A... embriaga lo monde dab la soa batalèra (Larroque)

  • le verbe auquel correspond le COD est suivi d'un infinitif précédé de a ou de:

Qu'ajudi Jaques a har lo tribalh.


Localismes

Certains parlers gascons (parlers pyrénéens centraux et orientaux, parler de Salies), plus conservateurs que la moyenne, font un plus large emploi de a:

Se non vòs creir ara neuriça vielha... (Sarrieu)

Un chèf as sòs soldats que non deu cap deishar. (Sarrieu)

en possar dera sòla ara glèuba mairala (Sarrieu)

Aus hielats leugèrs de l’aranha / que’us carqui de prova d’argent. (Al-Cartéro)


Remplacement du COD introduit par a par un pronom personnel

Contrairement à ce qui se passe en castillan, le COD introduit par a se remplace par un pronom personnel indiquant l'objet direct: me, te, lo, la, nse, vse, los, las, se.

Qu'aimas a tu medish. ---> Que t'aimas.

En particulier, le COD féminin est remplacé par la et las:

Ne crei pas a Anna. (Javaloyès) ---> Ne la crei pas.


Ancienneté de cette construction

On trouve souvent cette construction consistant à faire précéder le COD de a dans les Récits d'histoire sainte, texte béarnais de la seconde moitié du XVe siècle. Elle semble alors avoir été d'un usage plus étendu que dans la plupart des parlers actuels:

Et vos dau nabeg mandament : que vos ametz, lo un a l’aute.

Aquest es mon mandament : Que bs ametz los uns aus autes, aixi cum jo vos ami.

lo too poble no escarnexs a tu, que antz a fen a mi.

Tote la gent estaba cascun en la porta de son estage, gardant a Moysen.

Tu lhebaras en la terra aus filhs d'Israel, que jo los prometo.

Pregua a Diu per los toos sirbentz.

Are me bedin, et encorrotexin a mi et a mon Pay.

Cependant, on trouve aussi dans ce texte des exemples de non-emploi de a dans des cas où il est possible aujourd'hui:

Jagme jura que no mynyare ni begore entro que agos vist Jhesu-Xrist viu.

Et lo mon encorrotetxs [vos], ja sabetz que prumer ha encorrotit mi.

gran companha de angels, que cantaben e laudaben Diu.


Le complément d'objet second

  • Certains verbes admettent en plus du COD un complément indirect introduit par a, que l'on appelle complément d'objet second et qui indique le bénéficiaire ou le destinataire de l'action:

Qu'èi hèit un present a la mia amistòia "J'ai fait un présent à ma copine"

un present: COD

a la mia amistòia: COS


  • Le COS peut être un pronom personnel, me, te, lo (pour les deux genres), nse, vse, los (pour les deux genres).

Que m'an tirat lo colís deu mère (L2) "On m'a supprimé le colis du maire"

lo colís deu mère: COD

m': COS


  • Lorsque le COS est un des pronoms personnels lo ou los, le COD, s'il est lui aussi pronominalisé, prend la forme ac, quelque soit le genre et le nombre du nom auquel il se réfère:

Lo mèste que s’èra avisat que la goja n’avè pas paur a la ploja ni… aus chivaus e que l’ac avè confiats. (Palay): "Le patron s'était rendu compte que la bonne n'avait pas froid aux yeux ni... peur des chevaux et il les lui avait confiés."

l': COS, pour la goja

ac: COD, pour los chivaus


  • Dans certains parlers, a peut prendre la forme en devant un, ua, aqueste, aqueth, aceth:

Be sabetz çò qui pòt díser un amorós en ua beròja amorosa... (Lalanne)


Le datif éthique

On appelle datif éthique un complément, se rapportant à celui qui parle ou à son groupe de personnes (première personne) ou à son / ses interlocuteurs (deuxième personne), qui marque "l'intérêt qu'ils peuvent prendre à l'action exprimée par le verbe" (Alibert) ou qui les invite à s'y impliquer émotionnellement; il se présente toujours sous la forme d'un pronom personnel (me, te, nse, vse):

ua paraula amiga, qui'us te ditz: Plan ! Hèra plan ! (Camélat)

te: datif éthique

Joan, en fèit de cançons, non vs’aima que lo peish. (Camélat)

vs': datif éthique

E sens aténder, que’u te debani la hèita deus escolièrs plaçats los bons a dreta e los auts a gaucha. (Palay)

te: datif éthique

Que'u me vas servir de temoènh. (Palay)

me: datif éthique

Dans la langue parlée du moins, l'usage du datif éthique est plus étendu qu'en français:

Las poras, que las te m'an panadas! (phrase transmise par J.-B. Brana)

te: datif éthique


Le cas de PARLAR

Alors que, lorsqu'il a un complément indiquant le destinataire de l'action, le verbe français "parler" est transitif indirect ("Il a parlé à son chef"), dans les mêmes cas son correspondant gascon parlar est tantôt transitif direct, tantôt transitif indirect. Il en va de même pour ses synonymes: devisar, prosejar...


Emploi transitif direct

Parlar est transitif direct lorsque, au complément indiquant le nom de la personne à qui l'on parle, ne s'ajoute pas un autre complément, introduit par de, indiquant ce dont on parle:

Alavetz, qu’avoi enveja de parlar Mamà. (Javaloyès)

Laròsa que devisà Calineta. (Yan dou Sabalot)

Mamà que la careça, que la proseja. (Caillabère)

L'absence de a devant le complément Mamà, alors même qu'il serait possible, montre bien qu'on a affaire un COD.

Autre exemple:

Ací qu’as lo haure qui voleré parlar Mossur. (Palay) (1)

À la troisième personne, ce COD se pronominalise, comme tous les COD, par lo ou la, los ou las, selon le genre et le nombre:

Que las calè parlar tot doç, de longa man ençà... (Camélat): "Il fallait leur parler doucement, longtemps à l'avance..."

Le cas échéant, on fait l'accord du participe passé avec le pronom personnel placé avant:

Non l’as jamei vista, non l’as jamei parlada la neboda de madamisèla d’Antrahòssas ! (Camélat)

On èra donc qui l’avè vista e parlada ? (Casebonne)

T'a parlada ? (Sarrieu)

(1) Bien sûr, on peut avoir un COD introduit par a si on est dans un des cas où c'est possible ou de règle:

Qu’ei com si parlavas a Mossur. (Palay)


Emploi transitif indirect

Parlar est transitif indirect lorsque, au complément indiquant le nom de la personne à qui l'on parle, s'ajoute un autre complément, introduit par de, indiquant ce dont on parle:

L’abat Laclavèra aimava de contar qu’un còp, en classa de segonda, avèva parlat a sons eslèvas de la Mirèlha de Mistrau. (Saint-Bézard)

Dans ce cas, le complément introduit par a se pronominalise, naturellement, par lo ou los tant au masculin qu'au féminin:

Qu'èi parlat d'aqueth problèma au maire. --> Que l'èi parlat d'aqueth problèma.

Que parlava a la gojata de's maridar. ---> Que'u parlava de's maridar.

Le complément introduit par de peut être pronominalisé par ne:

La nòra que’u se n’arridó quan lo ne parlè. (Lapassade): La belle-fille lui rit au nez quand elle lui en parla.


Emploi intransitif

Enfin, parlar peut bien sûr être employé intransitivement, comme en français:

per d'aquò non parlar guaire (d'Astros)

Que podetz parlar francament. (Fables causides)

Tot lo temps qui lo mau durà, / atau medish tustemps parlà. (Fables causides)

Lire la suite