3. L. Les équivalents de ON

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le sujet indéfini, exprimé par le pronom "on" en fr., a plusieurs équivalents possibles en gascon.


ÒM

Emploi

  • Le pronom indéfini òm est très employé dans certains parlers et inconnu dans d'autres; on peut néanmoins l'employer dans la langue écrite, car il convient dans tous les cas où le fr. a "on":

Tanben tostemps, quan òm l'acusa, / d'aqueths escapatòris usa. (Garros)

Dera baishada òm apercep a Ercula. (Sarrieu)

Que cau sajar de tot quan òm vòu guarir. (Palay)

  • En gascon pyrénéen, òm peut suivre l'énonciatif, voire le verbe:

... mès carar qu'òm les hec dab es trèits des barestes. (Sarrieu)

... e sense fe, n'òm s'i hè pas. (Philadelphe)

Non sap òm james, non sap òm james. (Lavit)

Qué'n poiri' òm puish aver? (Sarrieu)

L'ensemble verbe + òm peut subir des modifications phonétiques qui constituent une véritable 7ème personne verbale (personne indéfinie) en Barousse et à Luchon; v. 3. B. Le présent de l'indicatif, 1. 1.


Variantes

  • On trouve parfois l'òm, variante avec l'article défini:

E pusqu'eths alemands se pretenden eths envoiats de Diu, l'òm se pòt demandar de quina manièra enterprètan lor fe a son egard. (Bardou)

Èra en aqueth pas on l'òm crei que tot acitau es de durada *eternèla. (Sabaté)

E si l'òm a creancièrs pacients, qu'ei com si l'òm ne n'avè pas. (Palay)

  • Dans certains parlers, òm prend la forme on:

Alavetz, on que cred de víver un saunei encantat. (Casebonne)

On que’s hè costuma de tot. (Camélat)


Accord avec òm

Lorsque òm est le sujet de la proposition, le verbe est au singulier; mais l'attribut du sujet, s'il y en a un, peut être au pluriel:

Un còp luenh de casa, òm que's cred mèstes de tot har. (Bouzet)

De tota faiçon, òm qu'ei tostemps chic o hèra fautius. (L'estranh)


La troisième personne du pluriel

La troisième personne du pluriel des verbes, sans sujet exprimé, est un autre équivalent du fr. "on".


Exemples

Que disen qu'adara la Crampa de París que va estar drin cernuda e mesclada de deputats de tot peu e de tota traca. (Larroque)

Que l'as deishat bruslar, malestruc! Doman, qu'anaràs véder alhurs si minjan estèras rostidas. (Palay)

Que'n condan tandas dens las velhadas, tandas de hèitas de broishas o de lops... o de mainats minjats. (Caillavère)


Emploi

La 3e pp. peut s'employer dans tous les cas correspondant à l'emploi du fr. "on".


La forme réfléchie

Construction

Ici, on rend "on" en mettant le verbe à la forme réfléchie (se à la 3e ps et pp.). Le pronom réfléchi est souvent accompagné du pronom adverbial i, qui est explétif (dénué de sens). On peut considérer que se est le sujet; le verbe admet des compléments. En fait, on a donc affaire à un cas particulier de construction ergative; v. 4. F. Les constructions ergatives, 3.


Exemples

Dab aqueth silenci, se seré mercada la mendra paraula de la mia mair. (Manciet)

Dab las dètz pistòlas qui pòrti, non s'i pòt totun har arren. (Palay)

Quan se sabó de qu'èri dens los tres capulats qui regentavan las allocacions... (Camélat)

Que s'i cantava, que s'i plorava. (Pucheu)


Accord

  • Le verbe peut s'accorder avec le nom COD ou rester à la 3e ps., mais on ne fait pas l'accord lorsqu'on emploie le pronom i:

Un còp, lo Pèir se n’èra anat en ua bòrda on se hasèvan trabalhs navèths. (Sabathé)

Que 's son vistas las aronglas permèr qu'augan passat. (Bouzet)

Sus aquera taula, que s'i passejà causas de las bonas. (Sabalot)

  • Aux temps composés, l'auxiliaire est estar si on n'emploie pas i explétif, aver si on l'emploie:

... mes n'èi pas jamei sabut çò qui se n'èra dit. (Sabalot)

E s'ei jamei vista ua causa com aquera? (Palay)

Jamei non s'i a vist un indret mei charmant que Lahontan. (Lalanne)

Qu'a trucat a la pòrta e ne s'i a pas mei entenut arren. (L'estranh)

  • Toutefois, si i n'est pas explétif, mais renvoie à un lieu, on emploie estar:

(La Santa Estela) que s'ei hèita a Montpelhièr e qu'ei estada "espectaclosa", com disen acerà. Lo majorau C. Dauger qu'i representava l'Escòla Gaston Febus e que nse diserà, tà l'aute numerò deus Reclams, çò qui s'i ei hèit de bèth e de suberbèth. (Rédaction de Reclams)

Lo valent deus valents qu'auherí a la nòvia ua jòia d'aur dab un brilhanton au miei e tot a l'entorn que s'i legèn aquestas beròjas paraulas. (Lalanne)


Restrictions d'emploi

  • On n'emploie pas cet équivalent de "on" avec les verbes pronominaux; on a alors recours à un autre équivalent de "on". "On se lève de bonne heure dans cette maison" ne peut se dire que Que's lhèvan de d'òra en aquera maison ou Òm que's lhèva de d'òra en aquera maison".
  • Par ailleurs, le verbe n'admet pas de pronom personnel complément joint à se: "On le voit" ne peut pas se dire *Que'u se ved. On dit Òm que'u ved ou Que'u veden.


Cas particulier

La forme réfléchie avec un sens de sujet indéfini s'emploie parfois aux 1ère et 2e personnes:

Que t'entenes sus la rua. (Palay): "On t'entend dans la rue."

Cet emploi est rare; on dit plus couramment Que t'entenen ou Òm que t'enten.


La deuxième personne

L'idée de sujet indéfini peut se rendre aussi par la 2ème personne du singulier ou du pluriel:

N'ei pas defendut d'escotar quan ètz en causa. (Palay)

Cet emploi est rare en gascon, contrairement à ce qui se passe en languedocien et en provençal.


Faute à éviter

En fr. parlé, "on" s'emploie au lieu de "nous"; dans ce cas, le sens n'est pas celui d'un sujet indéfini et il faut bien sûr employer la 1ère pp.:

"On s'est bien amusés hier soir à la fête.": Que ns'amusèm plan ger ser a la hèsta.