3. J. Les équivalents de MÊME

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

"Même" en fr. est un mot polyvalent qui peut être tantôt déterminant-pronom, tantôt adjectif, tantôt être adverbe. Cette fiche concerne tous les équivalents gascons du "même" fr.


"Même" indique l'identité

Sens

Placé avant le nom, "même" indique l'identité ou la ressemblance.


Équivalent gascon

L'équivalent gascon est medish (madeish en gascon pyrénéen), placé avant le nom:

Aqueste camin, jamei ne's mauta, que l'èi tostemps vist a la medisha plaça. (Lalanne)

Eth molièr qu'èra dera madeisha talha qu'eth monge. (Soulé)


"Même" indique l'ipséité

Sens

Le fr. "même" peut indiquer l'ipséité, c'est-à-dire l'insistance mise sur l'objet ou la personne dont il est question (lui, ou elle, et pas un autre).


Équivalents gascons

  • L'équivalent gascon le plus courant est medish (madeish en gascon pyrénéen), placé après le nom. On rencontre cet usage dès le Moyen Âge:

Jo pausare suus ta case medixe... (Récits d'Histoire sainte)

lo son frair medish (Camélat)

cadut au lòc medish on viscó sa misèria (Lapassade)

lo bon Diu medish (Palay)

Los noms medishes qu'an subit tot just ua leugèra metamorfòsi. (Bec)

  • C'est notamment le cas avec les pronoms personnels toniques:

Dejà Bertomiu, eth medish, que cor de vilatge en vilatge ahuegar la blocardalha. (Badiolle)

No'm sòi gausat atrevir a hicar-la-i de jo madeish. (Escoula)

Dans ce cas, on peut employer medish seul (sans le pronom personnel) lorsqu'un nom propre précède:

Cohet medish no'n tiraré drin de lutz. (Camélat)

Los catalans medishs n'an pas ua dotzena de Guimeras. (Palay)

Tot prosei d'explics qui vòu har valer ua òbra de vèrs non vau pas, de bèra pausa, la poesia medisha. (Camélat)

On peut employer aussi medish seul lorsque la personne à laquelle on se réfère est évidente:

Vèn, qu'ac compreni pro, çò qu'a hèit, ath segur, / e çò qu'as hèit madeisha... (Sarrieu)

  • C'est aussi le cas avec les adverbes et toutes les locutions de temps et de lieu:

Que'm sòi dejà pro estenut sus aqueth ahar en tres o quate articles parescuts ací medish. (Palay)

uei medish (Labaig-Langlade)

Tè, adara medish, que'vs comptatz en republica, e los deputats, qui's disen vòstes vailets, que son vòstes mèstes. (Larroque)

lo ser medish (Sabalot)

lo dia medish (Javaloyès)

ua beròja bruna de Lavia medish (Casebonne)

Qu'èra arribat adaise a har un comís de perceptor a Beuste medish. (Canton)

  • Dans une large part du domaine gascon (Gironde, Landes et Gers en partie), on emploie plutôt quite (var. quiti), qui se place devant le nom:

La quita ombra d'aqueth òme non trobaràs. (Garros)

La quita pluja me tirava pas mèi deu piadar. (Manciet)

Los gascons vertadèrs que comprengón e en 1900 se venoc 500 armanacs dens la quiti comuna de Vic. (Saint-Bézard)

Los quites mercats... ne me pòden pas mèi suportar. (Blanc)

On n'emploie pas quite avec les adverbes.


"Même" adverbe

Sens

En fr., "même" est un adverbe qui "souligne la réalité du fait le plus improbable et conséquemment le plus significatif pour ce que l'on veut faire admettre" (Trésor de la Langue française). Ce sens est proche de l'ipséité, mais "même" adverbe, en fr., ne concerne pas seulement les groupes nominaux. Examinons les divers équivalents gascons, en commençant par signaler des usages fautifs.


Medish adverbe?

On peut considérer que medish est un adverbe lorsqu'il est employé avec les adverbes et les locutions de lieu et de temps (cf. ci-dessus, 2. 2.). Hors de cet emploi, le gascon n'utlise pas medish comme adverbe. Les exemples que l'on en trouve dans nombre d'oeuvres littéraires sont une regasconisation du francisme "mèma", largement employé dans la langue parlée. Il n'y a pas lieu d'imiter ces exemples. V. cependant ci-dessous, tot medish.


Quitament?

Quitament n'a pas le sens de "même" en gascon ni d'ailleurs en occitan de manière générale, sauf dans les phrases négatives (cf. ci-dessous). L'emploi de quitament dans ce sens ne correspond à aucun usage gascon authentique. La lecture de l'article <quitamen> du Trésor du Félibrige est révélatrice à cet égard, celle du dictionnaire d'Alibert également. Hors phrases négatives, on ne trouve jamais quitament avec le sens de "même" avant les années 1990.


Medish / quite

  • On peut employer medish avec un groupe nominal pour rendre l'adverbe fr. "même"; il se place derrière le nom et s'accorde avec lui; on rejoint certains des cas vus ci-dessus:

Los catalans medishs n'an pas ua dotzena de Guimeras. (Palay): "Les Catalans eux-mêmes..." ou "Même les Catalans"

Un mainat medish que la poderé miar! (Camélat): "Un enfant lui-même", "Même un enfant"

los sons uelhs, la soa votz, las soas mans medishas (Arantxa): "ses yeux, sa voix, ses mains mêmes", "... même ses mains"

  • On peut également employer quite, dans les régions où ce mot est en usage:

los quites marcats, ne me pòden pas mèi suportar. (Blanc): "Les marchés mêmes", "Même les marchés"

Ua quita vesita, quan se tròban estremiats, lonh de pertot, que còsta astant que l'abonament d'un an de d'autes còps. (Sanson): "Une visite même", "même une visite"


Dinc a

On employer dinc a avec un groupe nominal ou un verbe:

Gojats, òmis e dinc aus vielhs, tots que's hiquèn en *rond l'un darrèr l'aute. (Casebonne)

Que's desbromban dinc a la lenga de Mairbona. (Badiolle)

E que comandarèi, dinc en non i estar pas! (Palay): "même en n'y étant pas"


Autanplan

Autanplan s'emploie devant (parfois derrière) un groupe nominal, un complément circonstanciel ou une proposition:

Minjava carn en tot temps, autanplan lo Divés sant. (Bladé)

Be poderà trobar un emplegat, cantonièr o vailet de vila, autanplan un factur o un jandarma, dilhèu un regent! (Casebonne)

Au contrari que l'a tostemps dab eth, autanplan quan ei dab la soa hemna. (L'òrra istoèra d'un hilh de Gelòs)

un gave assasin hasent-s’ac tot seguir, los òmis autanplan. (Javaloyès)

Atau que't poderàs esbàter peu garatge, ci'm disen, i shens dangèr, autanplan quan plau. (Sègues)


E tot

E tot s'emploie, postposé à un groupe nominal, avec le sens de "même" adverbial du fr.:

tiéner poras, guits, lapins, un pòrc e tot, lhèu (Peyroutet)

Quauquarren que rogejava. Que s'i vedè eslamas e tot. (Peyroutet)

quan lo diable / e tot s'i hicaré (Palay)

Se cau, qu'i serà enqüèra, uei qu'am vendut lo Barralh, mubles e tot. (Manciet)

Dans les phrases négatives, on emploie ni arren à la place de e tot:

Non i a ni mandòrras, ni milhòc, ni hroment, ni milh moro ni arren. (Escoula)


Mei qu'aquò

Mei qu'aquò s'emploie avec des propositions, des phrases entières:

Per Nosta Dama, non la coneishí pas enqüèra, e adara ne'm pots [poish] pas har a l'idea de víver shens era; mei qu'aquò, l'aute vrèspe... que l'èi prometut de la miar tau pè de l'autar de Saliguèr tà de uei en un an. (Casebonne)

Qu'ei, ci disen, lo Teocrite pirenenc, mei qu'aquò, Jansemin que'u clama lo diu deus pastors. (Camélat)

Qu'èra simplament triste. Mei qu'aquò, tristàs a vomir. (Javaloyès)


Qui mei

Qui mei (litt. "qui plus est") s'emploie dans les mêmes cas:

Aqueste dròlle qu'ei trabatent, flaunhèc, trufandèc, cascant, pauruc, e qui mei, plen d’aurugas. (Lapassade)

Totas las lengas qu'an la frasa parlada e la frasa literari, sovent hèra diferentas l'ua de l'auta. Qui mei: non i a pas dus òmis qui s'*exprimen parièr. (Palay)


Quan serà, quan seré

Quan serà, quan seré ("même si c'est", "même si c'était") s'emploient avec le sens de "même", avec une proposition, un nom, un adjectif, un adverbe, ou seul. Il y a une nuance entre les deux: quan serà suppose que ce qui suit est réalisé, quan seré signifie que ce n'est pas le cas (irréel du présent). Pour l'irréel du passé, on emploie quan seré estat.

En los har pagar comptant e quan seré d'avança, que vs'estiman e respèctan. (Palay)

Las novèlas corren viste quan seré la nueit. (Sabalot)

Lo Bearn qu'ei mei beròi au clar de lua que lo dia, quan seré au mes de mai. (Lapassade)

Tanlèu qui ved ua lutz, quan serà la lua, còcòricò! (Palay)

Ua pèça qui hè pensar, quan serà longtemps après l'aver entenuda, qu'ei ua pèça escaduda. (Palay)

Totun, en minjar regularament, quan serà pauc, tot que's passa pro plan. (Lavit)

— Tu, qu’as ua idea de darrè'u cap. — E quan seré? (Palay): "Et même?"


Tanben

On peut employer tanben, dont le sens est proche, dans nombre de cas; on l'emploie notamment avec les numéraux cardinaux:

... que la nueit deu 4 d'aost que volè díser quauquarren, e tanben entà la lenha. (Oéy en Bearn)

Que me'n preni dus còps, e tres tanben. (Palay): "et même trois"


Tot medish

On trouve, rarement, tot medish avec un verbe, un groupe nominal ou une phrase:

... puishqu'en se burlar tot medish, / eth renèish e s'arrenavish. (Garros)

Que demandà novèlas de Madama de Bòrdavielha, deus frairs e tot medish de la mustra de las recòltas. (Palay)

la modestia e la simplicitat, aliadas tot medish a la beutat, non son pas autan bona moneda de cors en daubuns parats. (Palay)

Qu'escotaràn a jolhs e capbaishs, na Urraca tot medish. (Salanoubat)


Dans les phrases négatives

  • Dans les phrases négatives, on emploie pas solament:

Ne me n'a pas solament parlat. (Hustach)

N'avè pas solament espiat çò qui i avè deguens! (Courriades)

Ne m'a pas solament responut. (L'estranh)

I passèn palomas. Èi pas solament livat lo cap. (Manciet)

Aqueth par de gojats ne tornavan pas mei, pas solament lo dimenge. (Sabalot)

Toutefois, certains parlers emploient pas quitament:

Pair e mair e dròlles ne pòden pas quitament botar lo nas dehòra. (Daugé)

  • De même après shens:

sens de saber har solament còser un ueu (Palay)

  • On trouve quite devant un groupe nominal, dans un contexte négatif:

Non sabèva pas un quite mot d’alemand. (Bec)

  • On emploie aussi, rarement, pas tot escàs:

N'èi pas tot escàs podut díser adishatz aus nostes. (Palay)


"de même"

  • De même se dit atau medish: on est dans un des cas vus en 2.2

— Santat a tots! — Ben que'vs hàcia. — Santat e dinèrs. — Dab santat que ns'i posquiam tornar. — A la vòsta. — Atau medish. (Palay)

Nosautis qu'èm atau medish. (Garros): "Il en va de même pour nous."

  • Dans les salutations, les voeux, la langue parlée déforme atau medish en tau medish et même au medish:

— Bon vrèspe, madamisèla. — Tau medish, mossur. (Casebonne)

  • Atau medish s'emploie en corrélation avec com (fr. "de même que... ainsi"):

com un can esmalit se corroça, / atau medish aquera bèstia rossa / hasè cric-crac damb sas dents d’arressèga. (Garros)

  • Atau medish est synonyme de tanben; on ne perdra pas de vue cette synonymie en vue d'enrichir la langue, du moins la langue écrite.
  • "De même que" se dit atau com ou totun com; atau com équivaut aussi simplement à "comme":

Que sòi lo qui crascalha, atau coma un ‘squilhòt. (Bégarie)

Que't presentan, bèths còps, atau com lo simbèu / de l'arresisténcia a l'Empèri. (Lavit)

Mes era que'm responè totun com Idoia... (Arantxa)

On que's pòt pagar ua passejada cossuda tà l'Egipte, totun com Rosina e jo, quauque còp, tau pont d’Asasp. (Badiolle)

  • On trouve aussi tot medish:

Entaus autors de bitara, que'n serà tot medish, e ne'm boti pas hòra de compte. (Palay)

  • On trouve encore totun, dont c'est le sens premier.


"Même si"

"Même si" est une locution conjonctive introduisant des subordonnées concessives; on se reportera à la fiche sur les subordonnées concessives.