3. D. L'article indéfini

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le singulier

Formes

On ne peut véritablement parler d'article indéfini qu'au singulier.

singulier
masculin UN
féminin UA


Note de prononciation

La prononciation de ua varie selon les parlers; on prononce [yɔ], [yə] en Béarn et dans la plus grande partie de la Bigorre et du Gers ([ya] dans les parlers qui maintiennent la prononciation du a post-tonique latin), mais aussi [yjɔ] dans le nord et l'est du Gers et la plus grande partie du Comminges. Dans certains parlers commingeois, la prononciation est [ju] avec passage de [ɔ] atone à [u], l'article étant un élément atone de la phrase. Dans les Landes, ua se prononce [y] à l'intérieur des terres, [yw] sur le littoral et dans le centre du département. Enfin, dans la région de Bayonne existe la réalisation [iβə], notée iva.


Emploi et omission

  • L'article indéfini s'emploie avec le même sens qu'en français. Il peut être omis dans les mêmes cas aussi, notamment en poésie ou dans les vérités d'ordre général:

Qu'aví guardat de Tu, Salias, doç soviéner. (Al-Cartéro)

Bocin avalat n'a pas mei gost. (Lalanne)

  • L'article indéfini a aussi un sens exclamatif:

Que trepa, e las narits que'u hèn ua clamor! (Camélat) "un de ces bruits!"

  • Il peut aussi être omis lorsqu'un adjectif qualifie un nom qui, sans lui, se construirait sans article indéfini:

Que's liguè d'amistat grana dab lo hilh d’un riche colon. (Casebonne) (cf. ligà's d'amistat)

balhar navèra lusida a la nosta literatura (Camélat) (cf. balhar lusida)

  • Il est omis devant miei, mieja (demi(e), mi-), sauf lorsque le sens de ce mot est modifié par un adjectif et, dans certains cas, lorsqu'on a affaire à l'équivalent d'une unité de compte:

miei mot (Hustach)

au cap de mieja òra (Palay)

Carà'm? Quan n'avem pas per dehens miei ardit?

Ena companhia, qu'èran mieja dotzena de gasalhans. (Escoula)

L'aiga qu’ei mieja vita. (Al-Cartéro)

Mais: ua bona mieja òra (Palay)

N'i avè pas enqüèra un miei tistèth de hèit. (Hustach) (il s'agit de remplir des paniers de maïs)

— Quandes tistèths n'avetz? — Ua mieja dotzena. (Nouts) (il s'agit de paniers de cerises)

Le même usage existe en catalan et en castillan.

  • L'article indéfini est également omis devant aute, second terme d'une alternative:

Un dia o aute que va har ua peguessa de las granas! (Javaloyès)

Que soi segur que un còp o aute qu'avetz desirat ua auta vita. (L'estranh)

Òh! que m'ei arribat de'n vueitar un o aute... (Sègues)

  • L'article indéfini singulier est généralement remplacé par le déterminant indéfini nat, nada, dans les phrases négatives (français de):

Mès n'an pas nada hemna de la medisha traca qu'eths. (Bladé)

Non i averà pas nat legume. (Palay)

  • De même, après shens:

shens nat dòu (Yan Palay)

  • Cette substitution est possible même dans les cas où le français maintient l'article indéfini; elle renforce alors le sens négatif:

Be nse prometón de non véner-la jamei a nat bohèmi. (Camélat) (ou: a un bohèmi)

Pr'aquò, n’ètz pas nat francimand. (Bladé) (ou: N'ètz pas un francimand)

Lo qui l'a hèit [aqueth libe] n'ei pas nat bèstia. (L2) (ou: N'ei pas un bèstia)

Aqueras manetas ne son pas de nat trucatarròc. (Casebonne) (ou: Ne son pas d'un trucatarròc)


Emploi pronominal

Un / ua existe aussi comme pronom, devant la préposition de ou un pronom relatif, et ce dans un éventail d'emplois plus large qu'en français., lorsqu'un nom déjà cité est sous-entendu:

[La soa òbra poetica] qu'ei ua de las miélhers de la literatura d'Òc. (Camélat)

Totun, en bèth pensà'i, e'm semblava que la hemna, ua de trenta ans o per 'quí capvath, devè estar la Marià Doloriska. (Manciet)

Se's lèishan anar quauque còp a har holias, que serà dab un galant conegut e aimat, mes pas dab un de rencontre. (Casebonne)


Le pluriel

Au pluriel, on emploie, dans certains cas seulement, DE ou les formes UNS, UAS. La plupart du temps, on n'emploie rien.


Cas général

L'article défini au pluriel n'existe pas dans la plupart des cas, ou, plus exactement, on a un article indéfini pluriel ø (article zéro) pour les deux genres:

Qu'èi crompat libes

cants gascons per gojatòtes dera Escòla primària (rédaction de l'Armanac de la Montanha)

Arrats revinen. (Fablas causidas)

Arribava qu'aubres dejà esbrancats e que n'avèn pro de víver, se deishassin darrocar e tombassin dens la Ribèra. (Belloc)

responsas au senhor sus drets qui avè (Tucat)

Un còp, dalhèrs que vin un renard entrar dens ua parguia. (Lespy)

Aquò no's demanda pas a maquinhons! (Bouzet)

Ne i averà pas gelosias ni rencuras. (Palay)

Pr'aquò, los Òmes cornuts son bèstias. (Bladé)


Emploi de DE

DE s'emploie comme article indéfini au pluriel, pour les deux genres, dans les cas suivants:

  • Habituellement, sans que cela soit obligatoire, devant les noms précédés d'un adjectif:

d’espessas solivas (Sabalot)

de bonas leçons (Badiolle)

Lo gojat se causiscoc de bèths abilhaments. (Bladé)

de petits uelhs umides (Javaloyès)

de beròis versets (Lalanne)

Mais, inversement: Hasèva, a la sortida, granas aumòinas. (Bladé)

DE n'est pas employé lorsque l'adjectif suit le nom:

Mos de Labatut que hasè uelhs tots grans. (Palay)

  • Obligatoirement, devant l'adjectif lorsqu'il n'est pas accompagné d'un nom, lorsque celui-ci a été cité précédemment; c'est donc un emploi pronominal:

d'autas gojatas, de praubas e de mei richas (Casebonne)

Urosament, que s'atalà apuish a las cantas de mairbona e que'n sap de beròjas, l'ausèth! (Lalanne)

Au marcat de Navarrencs que s'i hè hèra d'ahars. Que se n'i hè de tots, de beròis e de bons e tanben de pigalhats. (Lalanne)

Purmèr que s'aperèn Les Aînés, puish qu'estón Los Esvagats, adara que son Hardits tostemps. Tostemps hardits, qu'ei hèra díser de tots, quan los vedes i quan los entenes. Segur que n'i a d’engüèra lèstes, de quilhats, d’engambes i de plan conservats... (Sègues)

E si'n podí trobar de miélhers, enqüèra! (Palay)

  • Obligatoirement, dans le cas d'adjectifs employés comme noms:

Las cantas que son de pègas. (Hustach)

... mès que son de pècs s'ac creden, de poder arrecular lo Mau de tres mes. (Manciet)

Qu'ètz tots de trufandèrs e de gormands. (Hustach)

Los qui tròban que pinti tròp ne son que d’avares. (Palay)

  • Fréquemment, dans le cas de noms ayant un sens péjoratif, d'insultes:

Qu'ètz de canalhas e arren mei! (Palay)

Mès mas gents son d'arren-que-valhas. (Bladé)

Tots los òmis non son pas que d’animalàs. (Palay)

  • Enfin, on emploie de devant un nom propre employé avec le sens d'un nom commun:

... mes be seré drin afrontà'us / de'us díser que son de Mistraus? (Camélat)

Aqueths estudiants de l’escòla de las Bèras Arts ne seràn pas tots de Rembrandts o d’Andys Warhols.


Emploi de UNS, UAS

  • On emploie uns, uas dans des expressions à sens exclamatif (fr. de ces), admiratif dépréciatif:

Que i avè uns otèls! (L2): "Il y avait de ces hôtels!"

Que s'estangava e que semblava que's plasosse davant noste mei qu’enlòc. E d'alongar los sons gorgueis, e de conhar la votz per capsús, tan capsús qui podè. E dab uas viroladas! (Camélat)

lo mèstre vesoc lo brau maishant se lançar endemoniat de cap a eth en hèr uns bramets qu’espaurissèvan. (Sabathé)

E dab aquò, uns uelhs vius e arderós qui hiquèran lo huec a un tròç de pèiramorta. (Camélat)

un cap de mainada qui podè aver los tres sheis, uas maisherinas hèitas au pintre, uns pòts engalins, uns uelhs langorós e *los peus copats e artorclats a la mòda. (Camélat)

Que possà uns udlets qui s’audín de luenh enlà. (Lalanne)

Mais, inversement:

Au bèc de la tor, ua fernèsta t'on ne pujan pas qu'un còp los qu'an uelhs tà non pas véder. (Lalanne)

Mainadas ab uelhs clars, lo sen arreganhat... (Al-Cartéro)

la Crampa complasenta de l'*Ampire qui orbiva de grans uelhs taus uns e qui'us barrava entaus autes (Larroque)

  • On emploie également uns, uas devant fotuts, fotudas précédant le nom:

Hicà'us a la misèra per'mor d'uns fotuts cents escuts! (Al-Catéro)

  • En dehors de ces cas, uns, uas est rarement employé comme article indéfini pluriel:

Que m'aví hèit au tronc d'un arbolet deu vergèr uas mercas dab lo men cotèth deu manjo blanc. (Camélat)

Pairin que s'a gardat uas culheras d’estanh qui tròba mei doças sus la lenga. (Palay)

los peus que trempavan hens l'aiga e que'n seguivan lo briu com uas èrbas blondas qui se'n vorrén anar en dab l’arriu. (Hustach)

Cet emploi est plus fréquent en gascon pyrénéen oriental:

Qu'è en arretard, ò eròs, uns ahèrs. (Sarrieu)

dessús tu ués furiés eternales ! (Sarrieu): "Sur toi d'éternelles furies!"

Au val d'Aran, il est activé par le catalan et le castillan.