5. A. Gasconismes

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En gascon, il existe, comme en français, diverses locutions verbales composées d'un verbe et d'un pronom personnel. En outre, le verbe HAR s'emploie davantage que son correspondant français "faire", comme le rappelait Palay dans son dictionnaire.


avec ANAR

ANAR seul

  • Anar suivi de l'infinitif sert, comme en français, à former le futur proche:

— Vos, Madelèna, que vse’n prègui, datz-me l’explic de tot açò. — Que t’ac vau díser, mes hem tot doç per’mor deus chins qui dromen... (Casebonne)

  • Anar suivi de l'infinitif sert aussi, dans certains parlers, à former un équivalent du prétérit:

Atau donc, estadit que me vau véder, de l’auta part d’un tuc, ua lutz longa qui banhava la nueit. (Manciet)

A cent passis de la cabana, te va avisar un tropèth d’òmes vestits en senhors. (Bladé)

Cf. la fiche 3. W. Les périphrases verbales.

  • Anar a également le sens de "perdre", "fuir", "déborder", en parlant d'un liquide ou d'un gaz:

Se dèishas la lèit suu huec que se'n va anar. (Darrigrand)

  • Anar a également le sens de "marcher", "fonctionner"; dans ce cas, aux temps composés, il prend l'auxiliaire aver:

Qu'averé anat tan plan si aqueth sauvatjumi de dròlla s'èra sabuda tiéner. (Bouzet)

Que'us n'averé anat bèth si n'èra estat eth lion. (Sègues)

  • On emploie har anar dans divers sens: "bouger, remuer", "diriger, gérer", "exploiter", et hà's anar avec le sens de "se bouger, se remuer, se donner de la peine"

Jan que hè anar los dits, qu’òrp e que barra los punhs. (Al-Cartéro)

Que volè sajar de har anar lo lòc e de miar las tèrras dinc a l’auta Sent Martin. (Manciet)

Per Auloron, que’s hè anar, e com cau, tà demiar de man de mèste l’ahoalh musicaire e cantaire nomentat Lo Felibre d’Auloron. (Laborde)

Que ns’èm avuts de har anar, aqueste estiu. (Casebonne)


ANÀ'N

Anà'n signifie "aller" (sans précision de lieu), "marcher", "avancer"

Que n’anava davant. (Sabalot)

Que’n va suus vint e sheis. (Palay)

Lo temps que'n va. (Lapassade)


ANAR-SE'N

Anar-se'n correspond au fr. "s'en aller", mais a aussi d'autres sens:

  • s'emploie pour anà'n dans certains parlers:

Que me n’anavi per on volè. (Casebonne)

Lo chivau se n’anava mèi doçament. (Manciet)

  • "se fier":

Ne se’n cau pas anar ad aquò. (L1)

Ne se'n cau pas anar aus dehòras. (L1): "Il ne faut pas se fier aux apparences."

  • "passer" (à un autre sujet, à une autre langue):

... e a plaser, non sèi pas perqué, que se n’anè taus malastres de la soa familha... (Javaloyès)

Que me'n vau tau francés. (L2): "Je passe au français." (alors que jusqu'ici j'ai parlé gascon)

  • "se défaire", "se décomposer", "se désagréger":

anar-se'n a tròç (Lapassade)

  • anar-se'n temps: "être temps", "être grand temps", "être trop tard"

Amiga, que se’n va temps, lo blat qu’ei madur; anem segar. (Casebonne)


avec ARRÍDER-SE'N

Cette locution a le sens de "sourire":

Au som de l'arrosèr florit, / la tendra mair que se n'arrid. (Bataille)

A còps, l’estelòta que se me n’arridè. (lapassade)


avec AVER

AVER au lieu d'ESTAR

Aver peut s'employer au lieu d'estar, en faisant du sujet d'estar un COD d'aver, notamment avec les locutions ací qu'ei, aquiu qu'ei:

Que l'as a la crampa. (Palay)

Petita causa que t’arregòla. Aquiu que l’as. (Lalanne)

On avetz aqueth malaut? (Camélat)


AVER-S'AC (DAB/TÀ)

Aver-s'ac dab, parfois aver-s'ac tà, veut dire "avoir affaire à", "s'en prendre à", mais aussi "penser à", "parler de, traiter de"

Jo ne m’èi pas jamei avut arren dab eths. (Javaloyès)

Que s'ac avón dab de mei hòrts. (Bouzet)

A qui pensas, gojat? Vòs te pariar que t’ac as dab la toa amiga? (Camélat)


AVER-SE-N'AC (DE)

Aver-se-n'ac de signifie "vaincre, triompher de", dans certains parlers.

Qu’è donc hèit arribar Ercula en çò de Bebrix quan ja se n’ac avié 'vut de Gerion. (Sarrieu)


avec DAR

DÀ'S (A/DE)

Dà's signifie "se donner", "s'adonner", "prendre"...

dà's au vin: "s'adonner à la boisson" (Palay)

Las lengas que se'n dan de batalar. (Palay): "Les langues se livrent à la conversation."

Tostemps hòrt de tribalh e chic de reviengut, jamei un moment tà aletar, ni eth parat de dà’s un dia... (Sègues): "prendre un jour de congé"

dà's ua segotida: "tirer un coup"


DAR-SE'N

Dar-se'n a plusieurs sens:

  • dar-se'n (a / tà): "se rendre à"

Bèth dia, sense har nat adiussiatz au parion qui vivè dens la cabana, que me’n davi a Ayacucho. (Camélat)

  • dar-se'n (de / per): "s'en faire, se faire du souci, se faire du mauvais sang"

Eths, praubòts, que se’n davan de la mea "santat mentau". (Javaloyès)

Que vse'n datz per tan chic de causa? (Bouzet)

  • dar-se-n'i (a / de): "arriver à, "réussir à"

La Reviscolada (...) non se n'i dava a pèhremar qu’a malaisa. (Camélat)


avec le verbe DEMORAR

V. estar 2.


avec EMPORTAR

EMPORTAR-SE'N

Emportar-se'n: "emmener avec soi, emporter avec soi". En fait, le verbe emportar s'emploie exclusivement ou presque sur ce schéma.

Que la se n’emportè. (Casebonne)

Que se te’n poderé emportar tà casa soa. (Javaloyès)


avec le verbe ESCAPÀ'S

Escapà's (de) signifie "s'échapper (de)", mais aussi "échapper (à)", et demande toujours l'auxiliaire estar, sauf éventuellement dans les constructions ergatives:

Qu’ei ua causòta qui non se m’ei jamei escapada. (Camélat)


avec le verbe ESTAR 1

QU'AC EI

Qu'ac ei signifie "C'est vrai, c'est exact."


ESTÀ'N A

Està'n a: suivi d'un nom au pluriel, remplace le verbe "avoir" ou le verbe correspondant au nom:

Que soi a las intencions de non pas acceptar lo testament. (Palay)

La parròpia sancera que n’èran a las admiracions! (Camélat)

Tot aqueth "petit monde de uei lo dia"... que n'ei davant nos aus sons tribalhs ordenaris. (Camélat)

Està'n peut d'ailleurs être sous-entendu:

Be’s brombava, vergonhós ara, e aus arrepentits, quin, dab lo hilh, avèn passejadas las aubèrjas. (Camélat): "Il se rappelait, honteux maintenant, et en le regrettant..."


avec HAR

HAR seul

Har seul a un large emploi:

  • à la place de tout autre verbe pour éviter la répétition du verbe précédent (parfois, du verbe suivant):

Qu’ei hontós lo pòc de tribalh qui hèn ! Hontós qu’ei ! E pagar-las com las cau har ! (Palay)

Atau ni per lutz ni per brut non cantaré com hè, a tot pip-pap. (Palay)

Com hè lo lop au miei d’un tropèth d’anesquetas joenetas, atau l’arribada de l’avesque que portà tau seminari la paur e la desolacion. (Lalanne)

en non pas dromir mei que non hètz (Palay)

  • D'autre part, aver hèit peut signifier "avoir fini", "avoir terminé":

D’ara enlà d'arróder qu’an hèit. (Al-Cartéro)

  • Har a le sens du fr. "faire", "agir" dans diverses locutions comme har plan, har mau, har com un pèc, har tà's fóter.

non pas har en esbrancant: "ne pas y aller de main morte"

Ua resèrva d’aiga? Que hètz tà’vs fóter? On voletz que l’ani cercar, l’aiga?: "Une réserve d'eau? Vous vous foutez de moi..."

  • Précédé de a, il sert à demander la raison:

Qué cantas donc a hèr meslèu que tribalhar? (Lavit): "Qu'est-ce que tu as donc à chanter plutôt qu'à travailler ?"

  • Har sert à former une grande quantité de locutions: har abonde, har aurelha, har (deu) ben, har besonh, har cas, har daun, har dias, har dòu, har empach, har escur, har gai, har hasti, har hrèita, har novèlas, har nueits, har pena, har puisheu, har puntetas, har tatèrs, har (deu) tòrt, har un marcat, etc. Quelques locutions souvent peu connues des apprenants:

har compte (de): "tenir compte (de)"

har la vita: "vivre une vie agitée", "vivre dans le dévergondage"

har a trucamelic: "forniquer", "coucher ensemble"

hà's seguir: "emmener avec soi" ou "emporter avec soi"

  • dans certains parlers, har a le sens d'"appeler", "donner le nom de":

Que’u hadèm lo gojat de noveme. (Manciet)

  • har a suivi d'un nom ou d'un verbe à l'infinitif signifie "jouer à":

Que hèn a las cartas. (Al-Cartéro)

Que hasèn au mei batalar. (Oéy en Bearn): "Ils bavardaient à qui mieux mieux / tant qu'ils pouvaient" (litt. "Ils jouaient à celui qui bavarderait le plus")

  • har bon, har lèd, har maishant, har mau signifient "il est facile (ou difficile) de":

Que hè mau saber çò qui pensa aquera beròja capborruda. (Casebonne)

... pas en camin de hèr; non s’i hè pas bon hidar en temps de grèva. (Larroque)

Que hè mau har.: "la vie est dure", "la situation est difficile"

Ja hè mau díser. (Lavit): "C'est difficile à dire"

  • har suivi d'un nom précédé de l'article a le sens d'"exercer le métier de":

har lo regent: "exercer le métier d'instituteur", "être instituteur"

  • har de suivi d'un nom ou d'un adjectif précédé de l'article a le sens de "faire le", "jouer à":

har deus borgés (Camélat): "faire les bourgeois", "jouer aux bourgeois"

Ne hàcias pas deu pèc. (Palay)

Que he deu shord. (Hustach)

Que me demandavi se hadè pas deu beriac. (Manciet)

Tant n’a hèit de la hòla... (Sarran)

On trouve parfois simplement har sans de (har l'estifanhosa, Camélat), mais il semble bien que cette construction soit un francisme.

Toutefois, nous n'avons relevé que har, sans de devant lo, la, suivi d'une relative; ici, le sens exact est "faire semblant de":

Que hasè la qui non enten. (Palay)

Hadoi lo qui enten pas. (Manciet)

  • har, suivi ou non d'estar, signifie "rendre", "faire devenir":

Pusque podí hà'u estar mei tranquille... (Palay)

  • har de mensh signifie "s'empêcher", "se retenir":

Non podè pas har de mensh que de pensar a l'aviéner. (Casebonne)

  • Suivi d'un participe présent, har remplace le verbe correspondant:

Urosament, lo camin que hasè en baishant. (Peyroutet)

Ne hèi pas en vàdent joena. (L1)

  • La construction de + nom (ou adjectif) + har sert à former une locution adjectivale: de bon har ("facile à faire"), de mau har (difficile à faire"), de dòu har ("regrettable"), de gai har (qui fait plaisir")
  • har a le sens de "servir de":

Tutons e claus, tot que hè candelèrs. (Al-Cartéro)


HÀ'I

Hà'i signifie "tenir tête", "lutter", "se battre":

E vòs hà'i dab jo? (Bouzet): "Veux-tu te mesurer à moi ?"


HAR-LA

Har-la a plusieurs sens:

  • Généralement et avec un complément de lieu, "se diriger vers", "aller à":

Ent'on la hèm ? (Palay)

  • Plus rarement et sans complément, "réussir son coup", "faire un beau coup":

Be l’èi donc hèita quan m'èi pres aqueth croston ! (Palay)


HÀ'S

Hà's a plusieurs sens:

  • "avoir lieu": La nòça se hascoc lo lendoman. (Bladé)
  • "faire un mouvement", "se mouvoir", "aller", "s'approcher", avec un complément de lieu: hà's endavant ("avancer", "entrer"), hà's endarrèr ("reculer"), hà's ençà ("approcher", "s'approcher"), hà's enlà ("s'éloigner"), hà's tà despart ("s'écarter")...

Que's hasèn viste luenh. (Peyroutet): "Ils s'éloignaient rapidement."

  • "sembler":

Que se'm hè car! (Darrigrand)

Diu volha que non se’t hàcia avegiu! (Camélat)

Que se'm hè de hida, autanplan, de véder a lhevar lo sorelh. (Palay)

  • hà's a a le même sens qu'en fr. "se faire à" ("s'habituer à"):

Los mainats que’s hen a l’endret. (Camélat)

  • hà's en suivi d'un nom indique l'idée de quelque chose qui se fait ou se défait, se désagrège: hà's en brolh ("se grouper"), hà's en mondolhs ("s'amonceler"), hà's en tròç (a aussi le sens de "se mettre en quatre"), hà's en penalhs...

Lo pairan que’s hè com a borlets. (Camélat)


HAR-SE'N

Har-se'n a deux sens:

  • "obtenir":

Voletz vse pariar que me’n hèi tres cents liuras? (Camélat)

Que te'n hès de bèths ahars! (Bouzet)

Que non se'n hasè arren de'u trucar. (Bouzet)

  • "mettre, donner, payer pour sa part, dépenser":

Jamei non me n’aví hèit sheis sòus, mau a perpaus, tà ua botelha de vin! (Camélat)


HAR-S'I

Har-s'i veut dire "prendre de la peine, s'efforcer":

Hètz-vs'i drin mei. (Bouzet): "Faites un effort de plus."

Los venedors de jornaus que s’i hasèn a cridar viahòra. (Casebonne)


avec HORNIR

Horní'n a le sens de "en rajouter", "exagérer":

Que n’i horneishes. (Javaloyès)


avec MIAR

Miar-se'n veut dire "amener avec soi, emporter avec soi"

Que’u se’n miava. (Lespy)

Los sordats d’Abderam qui traucan Abí-Nessà e se’n mian a Lampegia... (Camélat)

Que te me'n mias? (Camélat)


avec PODER

  • Poder-se'n équivaut au fr. "y pouvoir":

Qué te'n pòden los ausèths? (Camélat): "Qu'y peuvent les oiseaux ?"

Ne se’n pòt pas arren, praube d’eth... (Casebonne)

  • Non pas se'n poder mei signifie "n'en plus pouvoir", mais aussi, dans certains parlers, "ne pas pouvoir s'empêcher":

Lo praube se’n podè pas mèi. (Manciet): "Le pauvre n'en pouvait plus."

Caumàs de seteme! Quate dias qui Memé ne se’n pòt pas mei. (Javaloyès)

Que non se'n pòt mei de plorar. (Bouzet): "Il ne peut s'empêcher de pleurer" (dans un autre contexte, pourrait signifier aussi: "Il n'en peut plus de pleurer")


avec TÀNHER

Tànher (on emploie aussi tanhe's) signifie "concerner", et aussi "appartenir", "revenir", "incomber":

Mos de Bourciez, l’òmi de tots lo mei entenut en çò qui tanh a la lenga romana... (rédaction de Reclams)

Que’vs tanh de i anar. (Camélat): "C'est à vous d'y aller."

Au cucuruquet qu’èra apitat lo hasan. Qu’espiava huéger los camps e las maisons, mes shens tremblar com se tanh au capulat qui pòrta la valentia hens la soa cleca roja. (Lalanne)

... quan los de París e’s volhan viéner ocupar de çò qui ne’us tanh pas arren.: "... de ce qui ne les regarde pas."


avec TORNAR

Expression de l'itération

Tornar, "revenir", "retourner", est employé pour exprimer l'itération, la répétition du procès exprimé par l'infinitif qui suit:

Vam, vam, torna-m’ac díser? (Al-Cartéro)

Dans certains cas, on emploie aussi le préfixe -re, -arre, comme en français:

— Aqueste salòp de tobac, despuish qui l’an aumentat non vau pas arren. (Que’s rehè la cigarreta.) (Palay)


TORNAR-S'I

Tornar-s'i veut dire "recommencer":

Vam se t’i tornas! (Casebonne): "Recommence pour voir !"

Los qui s’èran avisats de’n devisar au curè qu’estón mau recebuts e n’avón pas enveja de s’i tornar. (Sabalot)

Tanlèu l’Antoèna partit, s’i tornan a’s pelejar. (Oéy en Bearn)

On emploie parfois tornar seul en ce sens:

Que torna plàver. (L1)


TORNAR-SE'N

Tornar-se'n veut dire "revenir (à son point de départ)", "rentrer"; on ne peut pas toujours employer indifféremment tornar et tornar-se'n:

Que se’n tornan de França. (Javaloyès)

Jo que me'n vau entau marcat quan los autes e se'n tornan. (comptine)


avec VAGAR

Construction

Vagar est un verbe impersonnel qui se construit généralement avec un pronom personnel complément d'objet direct:

que'm vaga

que't vaga

que'u vaga

que la vaga

que'ns vaga

que'vs vaga

que'us vaga

que las vaga

Dans certains parlers, le complément est un COI et on dit que'u vaga, que'us vaga, pour les deux genres.

Vagar a deus sens différents.


avoir le temps

Le plus souvent, VAGAR a le sens d'"avoir le temps de faire quelque chose":

Que nse vagava de har missa baisha, n’anavan trucar que tres òras. (Camélat)

Que’u disí: "No’m vaga d’anueit e a noste non ac vòlen." (Camélat)


pouvoir

Vagar signifie pus rarement "pouvoir toujours", souvent en vain:

Que't vaga. (Palay): "Tu as peux toujours parler."

Que't vaga de denegar (Palay): "Tu peux nier (on ne te croit pas)."

Arroganhar que nse vagava...: (Camélat): "Nous pouvions ronchonner tant que nous voulions", "Nous pouvions toujours ronchonner"

Eths vielhs país non son pas naus; / eth Progrès no’us embeleish brica, / e de peguessas e de maus, / a lòc de tirà’n que n’i hica; / non amassa pas e qu’esparrica... Urós eths beròis estremaus / on i a horcèras e penaus!... E bèth la vaga er’America! (Filadelfe): "Et l'Amérique peut toujours (faire ce qu'elle veut, ou essayer de nous imposer son modèle)"


avec VALER

Valer-s'ac, ou valer-se-n'ac, signifie "en valoir la peine":

Non s’ac vau pas de sauvar un malurós com jo. (Lalanne)

Que se m’ac a valut de non pas aver desbrombat lo conselh. (Palay)


avec VÉDER

VÉDER-SE'N

Véder-se'n est l'équivalent du français "avoir du mal, avoir de la peine"; aux temps composés, on emploie l'auxiliaire aver:

La carga qu’ei tan grana, que se’n ved tà passar au portau de la bòrda. (Lasserre-Capdeville)

Que’m semblèn messatgèrs enviats per un rei d’autes còps, simples messatgèrs qui se’n vedèn tà compréner la situacion. (Javaloyès)

Mes la vielha cloca qui se n’avè vist de grisas dab l’esparvèr... que responó... (Lalanne)


VÉDER-S'I

Véder-s'i correspond au français "y voir":

Dans les expressions véder-s'i la craba arroja, véder-s'i las estelas, véder-s'i a le sens de véder-se'n, cf. ci-dessus.

D’autas que s’i veden las estelas. (Javaloyès)


avec VIÉNER

Correspondant à anar-se'n, viéner-se'n a le sens de "venir", mais avec la nuance de "venir pour y rester, venir s'installer":

Que’m pensi que te’n vienes tà noste? (Casebonne)

Vengatz-vse’n nòra ací. (Abadie)


avec VOLER

Voler s'emploie, assez rarement, suivi de l'infinitif pour indiquer le futur proche ou imminent:

Lo Sauvi qu’entra a l’embarra, per’mor qu’ei eth qui vòu passar la còrda d’estirar darrèr los caishaus deu condamnat a mort. (Palay)

Non vòu plàver de uei mes se plau, entra çò qui poscas. (Camélat)