3. W. Les périphrases verbales

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

AVER A / DE

Aver a / de suivi d'un infinitif est un équivalent de dever exprimant l'obligation:

Qu'èra partida lèu tà la crampa d’essajatge dab lo manto qui avè a har tà Na Bèthvéder. (Javaloyès)

Il n'exprime pas l'hypothèse; pour celle-ci, on emploiera dever ou le futur hypothétique:

Que deu estar au milhocar, ce digó Casimir. (Peyroutet)

ou: Que serà au milhocar.

Cette locution verbale AVER A / DE fonctionne comme un verbe semi-auxiliaire; voir la fiche 4. H. Les verbes qui peuvent être suivis d'un infinitif.


ESTAR A

Estar a suivi d'un infinitif expriment la possibilité ou l'obligation:

Que los pairs e mairs son a plànher! (Fablas causidas)

Se'us aimatz, que son a dar. (Camélat)

Certains parlers emploient per au lieu de a:

las plaishèras deus vòstes hears que son per abracar. (Badiolle)

Cependant, on emploie de dans les tournures de bon, de maishant, de mau, suivies de l'infinitif.


L'aspect duratif

  • La tournure a + infinitif exprime un événement qui se prolonge:

Que trobèi a l'oncle Eugène ajaçat suu divan-lheit a saumucar au mei har. (Javaloyès)

Qu’aví velhat a l'aténder. (Camélat)

Sovent, que l’èi suspresa a plorar. (Palay)

D'ordenari que i èra a demorà'm. (Camélat)

La préposition a peut être omise si l'infinitif ne suit pas directement le verbe conjugué:

Au casau, qu'èri, au rebat deu sorelh, palaherrar com un espanhòl! (Palay)

  • Cette tournure employée avec le verbe estar (estar a + infinitif ou està'n a + infinitif) indique la durée de l'événement exprimée par le verbe:

Que'n soi a’m demandar si s’ac valè de préner un vailet. (Peyroutet)

Laròsa que n'èra a’s demandar quin... (Sabalot)

Lo mètge qu'ei a's demandar si va demorà's avugle. (Camélat)

Ua ora après sorelh cochat, la hemna èra a sopar dambe sons parents. (Bladé)

Que n'èran a entrar dens lo vilatge d'Eisús quan trobèn un molièr. (Sabalot)

  • On emploie parfois de cap a au lieu de a:

Casimir de Carrèra... qu'èra de cap tà vóler bàter. (Peyroutet)

  • Par contre, il faut rejeter la locution estar en trin de qui est un calque du français.
  • Enfin, le français contemporain fait un large usage de l'aspect duratif ("en train de"), semble-t-il sous l'influence de l'anglais; il convient de ne pas en abuser en occitan: l'emploi de l'aspect duratif y est relativement rare.


Le futur imminent

Le futur imminent (fr. "être sur le point de") se forme avec la locution ESTAR (EN)TÀ suivie de l'infinitif:

S’ei entà's morir... (Lapassade)

Tà qué auré discutit puishqu'èra tà partir? (L'estranh)

On emploie aussi diverses locutions comme aprestà's a; on pourra aussi employer la locution estar suu punt de, qui existe dans diverses langues romanes.


Le futur proche

  • Le futur proche se forme comme en français avec le verbe ANAR

Que va estar plan forçat, lo mié pair, de compréner... (Lavit)

À l'imparfait, on aura donc un futur du passé proche:

Que'm disó que Pepé èra fotut, qu'anava passar eth tanben com la soa hemna. (Javaloyès)

  • Ce futur proche peut avoir une valeur hypothétique:

Que vau aver gahat un còp de sorelh au casau. (Palay)

  • On emploie, plus rarement, le verbe VOLER:

S'èi briga de neu per dessús, / espia-la dab tons uelhs blus /e que vòu hóner! (Palay)

Que la voi reglar. (Abadie)

Que vòu plàver: "Il va pleuvoir."


L'itération

  • L'itération (fait qu'un événement se répète) est exprimée en gascon par tornar, suivi de a ou de dans certains parlers pyrénéens, et l'infinitif:

Que torni sortir. (Palay)

Que tornàvam a partir d'ua cama valenta. (Camélat)

Lavetz, que'm he díser que's volè tornar d'amassar. (Camélat)

Cette locution tornar + infinitif ne s'emploie pas au passif. On ne peut pas dire: *Aqueth libe qu'ei estat tornat editar (per las edicions deu Roergue); on dira: Aqueste libe, que l'an tornat editar (las edicions deu Roergue).

On ne peut pas employer non plus le participe passé seul: *lo punt de gramatica tornat véder; on dira: lo punt de gramatica qui avem tornat véder.

  • On peut employer aussi le préfixe re- (parfois arre-), comme en français:

Que nse retrobaram, Zehrà, que t'ac prometi. (Palay)

Los cintadors qu’avèn cantat, e puish enqüèra arrecantat... (Labaig-Langlade)

Les objections à l'emploi de tornar + infinitif ne se retrouvent pas ici: on peut dire Aqueth libe qu'ei estat reeditat, ou lo punt de gramatica revist.

On emploiera plutôt ce suffixe (ar)re- lorsqu'il n'est pas question d'itération, comme ici:

E los còishes s'arreviravan entà jo. (Manciet)

  • On évitera de cumuler les deux façons de traduire l'itération; une phrase comme Lagisquet e lo padre... que tornèn arrehar lo medish camin. n'est pas un modèle à suivre.
  • On emploie encore la locution de nau, o de navèth:

... sus los sèt ans on los Reclams, dab la presidéncia de J. V. Lalana, puish de S. Palai, se son apotjats de nau... (Camélat)

Que puja de navèth a la presicadera. (Yan Palay)

Alavetz, de navèth que s’ei deishat càder endarrèr. (L'estranh)


Le passé proche

Le passé proche s'exprime comme en français avec viéner de + infinitif:

mos de O... que vienè d’estar nomat deputat. (Larroque)

Çò qui vieni de díser, be'vs pensatz plan que non m'ac èi pas tirat deu men sicap. (Palay)

On peut aussi employer une des locutions tot dòi, tot escàs, tant per tant, parfois pour renforcer viéner de:

Qu'avem recebut tot escàs la revista Ar C'Hevre Breizek. (Rédaction de Reclams)

Ad aqueth temps, on la Republica navèra e vienè tot dòi de seguir la desastrosa fin de l’Empire segond... (Sabalot)


Un équivalent du prétérit

Le verbe ANAR, en plus de servir à exprimer le futur proche, sert aussi, dans certains parlers gascons, à former un équivalent du prétérit, comme en catalan:

Atau donc, estadit que me vau véder, de l'auta part d’un tuc, ua lutz longa qui banhava la nueit. (Manciet)

Cf. la fiche 5. A. Gasconismes

ANAR suivi de l'indicatif exprime très rarement l'irréel du passé:

Se non va pas èster era guèrra, era nòsta Felibrejada qu'aurié avut lòc a Saliés deth Salat dejà en 1914. (Escolo deras Pireneos)