3. T. L'infinitif

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Terminaisons

Les terminaisons propres à l'infinitif ont été vues dans la fiche 3. A. Les groupes de verbes.


Emploi

Place de la négation et des pronoms compléments

Les deux membres de la négation (généralement non... pas, l'usage étant de privilégier non sur ne avec l'infinitif) se place devant l'infinitif; le plus souvent, les pronoms personnels compléments la suivent directement; plus rarement, ils se placent après l'infinitif:

Qu’èi sajat de non pas tròp estremvià’m deu camin qui m’amuishavan. (Palay)

Que m'esté un gran crèbacòr de non pas lo poder anar véder quan esté malaud. (Palay)

Be cau donc créder qu'ei monèga la vòsta dauna Temis tà non pas podé'm espiar. (Eyt)


Sujet de l'infinitif

À la différence du français et à l'instar de l'imparatif, l'infiniif admet parfois un sujet exprimé:

Lo temps de har la denonça a Nai e d'arribar los gendarmas, que serèi dejà luenh. (Bouzet)


Infinitif sujet ou attribut du sujet du verbe estar

L'infinitif peut être employé en tant que sujet ou attribut du sujet du verbe estar ou d'un verbe équivalent (semblar, paréisher, etc).

  • Infinitif sujet du verbe estar:

— Il peut alors être précédé de la préposition de, sans que cela soit obligatoire:

Ne trobèn jamei tanpòc que d'escríver qu'èra temps perdut. (Palay)

De plorar qu'ei a còps ua bèra gràcia. (Camélat)

De morir que'm seré estat parièr. (Lapassade)

— Toutefois, lorsqu'il est placé après le verbe, l'emploi de de est obligatoire:

Que seré mauaisit de díser miélher. (Sabalot)

  • Infinitif attribut du sujet; il n'est pas précédé de de:

Abandonar adara que seré renonciar au noste prètzhèit.

On pourrait dire aussi bien: D'abandonar adara que seré renonciar au noste prètzhèit.


Infinitif sujet d'un verbe impersonnel

Cet infinitif-là est toujours postposé au verbe et précédé de de, sauf avec caler:

Que se'm tarda de véser drin quina figura / los dus anciens galants e van hà's en passar! (Abadie, Palay)

Que cau díser que hasè ua pausa a esvarjar tota amna viva e ariçar un còrps d'òmi. (Casebonne)

Il n'est pas non plus précédé de de dans les expressions estar de bon, estar de mau, estar de maishant, ou dans les expressions avec le verbe har: Que hè mau, Que hè maishant:

Qu'ei de bon saber.

Qu'ei de mau / maishant compréner.

Que hè mau / maishant saber quauquarren dab eth.


Infinitif de narration

L'infinitif de narration s'emploie à la place d'un temps du passé, voire à la place d'un présent, dans un texte narratif, dans un souci de donner plus de vivacité au récit. Il est plus souvent employé seul que précédé de de, surtout lorsqu'on a affaire à une énumération d'actions:

E jo tota sola ací, escanà'm de tribalhar! (Palay)

Quan se cau explicar, viste parlar d’auta causa o enmalí's. (Palay)

Qu'èra un bocin de nèna coma non n'i a guaire, e plasenta, e gahada a tot, e saber beròi tribalhar. (Camélat)

Na Pèirauba qu’a dit "causas hòlas" (...) qu'a arridut a bèths còps, e sospirar com las gojatas qui anavan taus comuns de Chez Liline. (Javaloyès)

Qu'èra mieidia passat quan èm arribats tà Solòrt. Alavetz, estangà'ns drin, espiar drin, béver un còp. (Sègues)

Que paupava la malauta, e de har... (Camélat)

La mar que va, la mar que vien, jamei pausar, combat tostemps. (Nadau)

Aquiu, Pirena vénguer amorosa de eth, con·hessà'c a sa pair, e ensajar de hèr demorar Ercula sense podé'c. (Sarrieu)

La phrase suivante combine l'infinitif de narration et le présent de narration:

Eth Renart non véder arren, e segur d'èster eth prumèr, que s'arrapa a cridar tan hòrt que pòth endà hè's enténer dentiá Murèth. (cité par Ensergueix)


Infinitif à sens d'impératif

l'infinitif a, rarement, le sens d'un impératif, d'un ordre sec:

Har lèu! (Lavit): "Vite!", "Dépêche-toi!"


L'infinitif employé comme nom

Lorsqu'il est précédé d'un déterminant, l'infinitif devient un nom:

lo tocar

lo béver e lo minjar

L'infinitif nominalisé est plus employé qu'en français. Il peut désigner la manière d'accomplir l'action:

Qu'a un lèd cantar. ("Il a une vilaine façon de chanter", "Il chante mal")

Il peut désigner le moment où a lieu l'action désignée par le verbe:

La bresca ei bona au shucar. (Camélat)

Quin se hè no'ns siam pas trobats au devarar? (Palay)

hà'ns la lei tau hòder o tau sarclatge (Al-Cartéro)

Néanmoins, lorsqu'un nom existe, il n'y a pas lieu d'employer systématiquement l'infinitif nominalisé et il n'y a aucune raison de dire, par exemple, lo foncionar plutôt que lo foncionament.


V. aussi: 4. H. Les verbes qui peuvent être suivis d'un infinitif