3. Q. Les pronoms personnels

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

On peut distinguer deux catégories de pronoms personnels: les pronoms personnels forts (ou toniques) et les pronoms personnels faibles (ou atones).


Les pronoms personnels forts (ou toniques)

Formes

Les pronoms personnels forts
1ère personne singulier jo 1ère personne pluriel nosautes, -as
2ème personne singulier tu 2ème personne pluriel vosautes, -as
3ème personne singulier eth, era 3ème personne pluriel eths, eras
3ème personne réfléchi si

On trouve également les formes simples nos, vos, au lieu de nosautes, -as, vosautes, -as.


Emploi: pronoms personnels sujets

  • À l'exception de si, les pronoms personnels forts s'emploient comme pronoms sujets. La personne étant déjà marquée par la désinence, on les emploie pour insister, préciser ou opposer. Le pronom personnel n'est ni séparé du verbe par une pause à l'oral, ni séparé de lui par une virgule à l'écrit:

Jo que'us coneishi a tots, o quasi! (Javaloyès)

Era que'u hreguè en passant. "Si ns’an vists arrés aqueste matin, çò qui ne van pas díser!" Eth que haucè las espatlas. "Tu que te’n fotes, n'ès pas d'ací." (Peyroutet)

Tu que saps çò qui saps e jo que sèi çò qui sèi. (Hustach)

Los aujòls que son mòrts, e jo qu'èi los peus blancs! (Césérac)

Que demandaràs aus vesins çò qui'us a costat. Lhèu un milion, sinon mei. — Non, pas tant; era que m’a dit cinc cents milas. (Palay): il est question des voisins (un couple, homme et femme); la réponse précise era parce qu'il est question de la femme, de la voisine.

  • Il arrive néanmoins, assez rarement, qu'une pause, à l'oral (une virgule à l'écrit), sépare le pronom personnel sujet du verbe; dans ce cas, l'insistance est beaucoup plus forte:

Eth, qu'a la cara d’òste. (Camélat): "Lui, il fait bonne figure" [≠ Eth qu'a la cara d'òste: "Lui fait bonne figure"]

  • Après un nom auquel il renvoie, le pronom sujet est souvent encadré par des virgules:

Lo pair, eth, que's hicava en dever d'alugar lo huec. (Camélat)

Que s'ac avèn tà Margoton qui mei que mei, era, coava lo tison e s'estujava. (Camélat)

  • Les pronoms personnels forts peuvent aussi s'employer, toujours pour insister, préciser ou opposer, avec l'infinitif, le participe et l'impératif:

Tà non pas aver a me'n pentir mei tard que't demandi de tuar tu aqueste poret. (Isabèu de la Valea)

En i vienent vos, tà las seguir?... (Casebonne)

Digatz vos çò qui avetz vist. (Bouzet)

  • Les pronoms personnels forts employés comme sujets peuvent se placer avant ou après le verbe, sauf avec l'infinitif, le participe et l'impératif où ils se placent toujours après:

E vòs qu'ac hasqui jo? (Bouzet)

Quin èi jo hèit tà non pas vede't tau com ès? (Sabalot)

E qu'estoc eth lo bon haur !... (Saint-Bézard)

  • À la différence du fr., le pronom jo, accompagné d'autres pronoms sujets ou de noms, peut se placer en tête sans que cela soit senti comme impoli:

A part jo e tu, i a pas mès que canalha sus tèrra. (Bladé)

Jo e Arnauda (Isabèu de la Valea)

  • L'idée d'insistance peut être renforcée par medish:

Arantxa, aprovar atemptats, com las toas amigas..., e com tu medisha as tostemps hèit davant jo... (Arantxa)

Nosauts medishs nos trufam d'era. (Garros)

  • Nos et vos s'emploient rarement, mais vos s'emploie pour le vouvoiement, au singulier:

Que carrejatz lo dòu, vos qui 'stetz la gaujor! (Palay)

Lorsqu'on vouvoie plusieurs personnes, on emploie vosautes, -as.

Nos s'emploie pour le pluriel de majesté.

  • Au lieu de nosautes, vosautes, on trouve souvent, en Béarn et en Lavedan, nosauts, vosauts pour les deux genres. Plus localement, on trouve aussi nosautis, nosauti, nosaus, nosais, et de même vosautis, etc.

Emploi: pronoms personnels compléments

  • Les pronoms personnels forts, si compris, s'emploient aussi en fonction de complément, après une préposition:

Que vas disnar dab jo. (Yan Palay)

  • Ils s'emploient, avec la préposition qui convient, plutôt que le pronom faible correspondant, lorsqu'il s'agit de marquer une insistance, une précision ou une opposition:

Princessa, a tu tostemps posque eth bonur escair! (Sarrieu)

C'est notamment le cas de ceux de la troisième personne, qui permettent de clarifier de qui il est question, de deux personnes:

Eth que's prenó lo pòrtahuelha dehens la pòcha de devath la vèsta; que'n tirè un portrèit qui balhè ad era en díser un simple mot: "Espiatz." (Casebonne)

  • Si, pronom réfléchi, renvoie au sujet de la proposition lorsque celui-ci est indéfini, ou pour exprimer une généralisation; il est souvent renforcé par medish:

cadun per si e Diu per tots (Larroque)

Qu'ei enqüèra har bona politica que de préner consciença de si medish. (Badiolle)

Qu'èm sovent avugles tà çò de si. (Camélat)

E de saunejar shens paus au bèth parçan pergut e de non pas aver davant si sonque los teits negres, las cheminèjas ahumadas... (Lafore)

  • Contrairement à ce qui se passe en français, il peut aussi renvoyer au sujet de la proposition quel qu'il soit, sans distinction de genre ou de nombre, concuremment avec eth, era, eths, eras:

Libre ad eth de créder que lo cèu e la tèrra, lo sorelh e las estelas que's son hèits si medishs. (Badiolle)

Lo cledon que's barrè de si medish au darrèr de jo. (Lapassade)

Laròsa, lo mei mèste de si medish, que disó a la dauna çò qui èra arribat au Clòt Esmalit. (Sabalot)

  • En ancien gascon, il y avait à certaines personnes des formes spéciales de pronoms forts compléments, distinctes des pronoms forts sujets; on disait ainsi a mi, a tu, a lui, ad era, a nos, a vos, a lor, et a si pour le pronom réfléchi; ces formes se sont maintenues jusqu'au XVIe siècle, voire plus tard dans certains parlers:

Tres temps en l'an, aparescan totz los baroos dabant mi. (Récits d'Histoire Sainte)

l'enfant qui ere ab luy (ibid.)

Lo poble me dixo que, en totes guises, volen rey dabant lor. (ibid.)

Et quant jo aure birades las gentz soberdites dabant tu... (ibid.)

Talha Moysen dues taules a forma de las prumeres, et lheba-s de noeytz, et puya en lo mont de Sinay, segont lo mandament de Diu et porta ab si las taules. (ibid.)

Praubeta de mi! (Sarrieu)


Les pronoms personnels faibles (ou atones)

Formes

Les pronoms personnels faibles
FORMES PLEINES FORMES ÉLIDÉES FORMES ENCLITIQUES
1ère personne singulier me m' 'm
2ème personne singulier te t' 't
3ème personne singulier, masculin, COD lo l' 'u
3ème personne singuler, féminin, COD la l'
3ème personne singulier, neutre, COD ac
3ème personne singulier COS lo l' 'u
1ère personne pluriel nse ns' 'ns
2ème personne pluriel vse vs' 'vs
3ème personne pluriel, masculin, COD los 'us
3ème personne pluriel, féminin, COD las
3ème personne pluriel, COS los 'us
3ème personne , réfléchi se s' 's
pronom adverbial ne n' 'n
pronom adverbial i

V. aussi ci-dessous, 2.4.


Place des pronoms faibles

  • Les pronoms personnels faibles ne s'emploient que conjointement à un verbe, soit qu'ils le précèdent (cas général), soit qu'ils le suivent (cas de l'impératif et du participe présent, parfois du gérondif et de l'infinitif):

Quan lo mandan paraulas d'admiracion suu son còrps, que'us respon, que'us hè rampèu. (Javaloyès)

Puish... que deu tornar-se'n tà Castèthnau d'Arri on, sentint-se miaçat per la negra segaira, publica los Grilhs (1889) o los Cants del Sorelh (1891). (Camélat)

Espia'u, que l’as aquiu... (Al-Cartéro)

  • Lorsqu'ils sont employés avec un gérondif, les pronoms personnels faibles peuvent suivre en ou la forme verbale:

En se virant, qu'avè devant era lo bòsc shens fin, 'cò [dinc a] Labastida. (Hustach)

Que's sarrà e en plegant-se lo còrps, que'u dishó... (Hustach)

  • Lorsqu'ils sont employés avec un infinitif, les pronoms personnels faibles ne peuvent précéder celui-ci que s'ils peuvent se rattacher à une préposition ou un mot interrogatif, plus rarement la conjonction de coordination e, et d'autre part un verbe à l'impératif:

Qu'ei lo dia de'ns divertir. (Sabalot)

sense's bàter (Camélat)

Perqué'vs tant plànher de la causa? (Fablas causidas)

Qu'avetz amics de la hauta societat a non saber mei qué'n har. (Sarrailh)

Apuish aver parlat de hèra d'autas causas e s'estar drin ashualats... (Larroque)

Lèisha'm te díser que chic de temps a, que'm trebuquèi dab un abè. (Uei en Bearn) [Lèchem te dise que chic de tems-a, que’m trébuquèy dab û abè]

Ça-vietz vse cuélher lo carbon. (Badiolle)

N. B.: 1) C'est ainsi sans doute que s'explique une forme comme Vòs te carar!, sentie comme un impératif.

2) Per prend la forme pe' devant un pronom personnel enclitique:

Que comencè pe'us embarrar. (Bouzet)

On peut aussi employé per inchangé avec la forme pleine:

Que comencen per lo gahar ad aqueth! (Bouzet)

  • Lorsqu'ils sont employés avec un infinitif négatif, les pronoms faibles se placent après celui-ci ou, le plus souvent, s'intercalent sous leur forme pleine entre non pas et la forme verbale:

de non pas ne trobar lo perqué (Palay)

Que l'a plantat, shens lo benedíser, entà non pas lo portar malur. (Larroque)

Jo qu'aimarí miélher de non pas ac véder. (Palay)

tà non pas trompà's (Lalanne)

  • * Il existe dans certains parlers, pour les verbes qui peuvent être suivis d'un infinitif, un emploi pléonastique qui consiste à placer le pronom faible devant le verbe conjugué, puis à le répéter après l'infinitif. Bien qu'on en trouve des exemples chez les plus grands écrivains, nous déconseillons cet usage:

Que'u volerí dà'u ua estrea. (Camélat)


Emploi des diverses formes (règle commune)

  • Les pronoms faibles sont généralement employées sous leur forme élidée ou enclitique, lorsqu'il en existe.
  • Quelle forme employer? Si le verbe auquel se rapporte le pronom faible commence par une voyelle, on emploie la forme élidée:

Bertran qu'admet que vs’a hèit avanças. (Peyroutet)

Vè t'empalar. (Tousis)

Cependant, los, las, ac et i n'ont pas de forme élidée.

  • Si le verbe commence par une consonne et que le mot précédent -généralement un énonciatif ou la négation ne ou non, parfois un mot interrogatif ou une conjonction, voire, dans le cas d'un infinitif, une préposition, ou encore un impératif- se termine par une voyelle, on emploie la forme enclitique:

Que't vas anar hicar au miei d'aquera batsarra? (Arantxa)

pusque's passejava (Camélat)

Qu'arribi deu peís on l'Ocean d'argent / brama o's jumpa aimador, lecant la riba rossa. (Palay)

Qu'anàvam amassa, mainadas e mainats, escotar dauna Labarta a'ns parlar de Diu. ('L'òrra istoèra d'un hilh de Gelòs)

Vè'ns tornar plenhar la charra! (Al-Cartéro)

Avec un autre mot, on est obligé de placer le pronom faible après l'infinitif:

Jo, anà'i, jo apotjar-m'i, jamei! (Camélat)

Cependant, la, las, ac et i n'ont pas de forme enclitique:

Que la coneishi de longtemps a! (Courriades)

  • Si le mot qui suit le pronom faible commence par une consonne et que le mot qui précède finit aussi par une consonne, on emploie la forme pleine:

Lo mèste quan lo parlèi que'm responó dab trufanderias e maishantas rasons. (Bouzet)

Lo boès recaptat e lo torn hèit a la cosina, on nse suenhèn bèth drin plan... (Pucheu)

Vèn lo véder.


Autres formes et règles

  • Dans une zone à cheval sur une frange est du Béarn et l'ouest de la Bigorre, nse n'a pas de forme enclitique:

E dejà qu'èm a la poesia, sèt pèças que nse son auheridas. (Camélat)

  • On trouve dans certains parlers (gascon noir, gascon pyrénéen oriental aranais compris) des formes dites renforcées: em, et, es, en, et, exclusivement en gascon noir, ens, evs.
  • Dans le sud et le centre du Gers, les pronoms me, te, lo, los, se, prennent les formes élidées ou enclitiques dans les mêmes conditions qu'en Béarn, mais les pronoms de 1ère et 2ème pp., mos et vos, gardent leur forme pleine dans tous les cas.
  • Plus au nord et plus à l'est, c'est nos qu'on emploie et non mos.
  • Dans l'est des Landes, 'vs et vs' se prononcent [ts] ou [dz], mais vse se prononce [be]. En outre, en Tursan, où mos est employé, il prend les formes élidée et enclitique ms' et 'ms.
  • Le nord des Landes et une frange sud de la Gironde emploient les formes nes, ves:

Nes arribava per l'autobús. (Manciet)

Ves asseguri que ns'èm enganats. (Manciet)

  • À l'est de la Gascogne (Gascogne toulousaine, partie du Comminges, partie du Couserans), on trouve les formes le et les au lieu de los et los.
  • Dans le nord de la Gascogne (Gironde, nord des Landes, Lot-et-Garonne), les pronoms COS sont li au singulier et lesi ou lisi au pluriel.
  • En Aspe et en Barétous, les pronoms COS sont i au singulier et is au pluriel.
  • Dans l'ouest des Landes, le pronom COS singulier a deux formes: lo pour le masc. et la pour le fém.
  • Dans certains parlers, un pronom faible employé avec un verbe modal, anar, viéner ou tornar, suivi d'un infinitif, peut s'intercaler entre le verbe modal conjugué et l'infinitif:

Atau, los autes devèn se preparar, tanlèu son arribada, a la taula enqüèra un còp tròp grana e a las velhadas tròp longas. (Manciet)

Fau las deishar dromir. (Belloc)

Que tremblavi tant que voloi me n'i anar cauhar. (Manciet)

Cet usage dû à l'influence du fr. est à bannir; on trouve d'ailleurs aussi la construction classique dans Manciet:

Car la vergonha, l'amarum, sèrv pas en arren de'us voler oblidar.


Emploi des pronoms faibles: gasconismes

  • Les pronoms faibles remplacent souvent les pronoms forts avec une préposition (ou une locution prépositionnelle):

Dus gojats que'u s'assedón au ras. (Hustach) [= Que s'assedón au ras d'eth.]

Que la me botèn au ras. (Bouzet) [= Que la botèn au ras d'eth.]

Qu'an un òmi ath darrèr. (L3) [= Un òmi qu'ei ath darrèr d'eras, pour aver au lieu d'estar, v. la fiche 5. A. Gasconismes, 3. 1.]

Tanben, quan sortissèva, los praubes lo venguèvan a l'endavant. (Bladé) = [Venguèvan a l'endavant d'eth.]

Paulà que'u se tornè sarrar tà contra. (Peyroutet) [= Que'u tornè sarrar tà contra era.]

  • Les pronoms faibles peuvent remplacer le posssessif:

Bò, bò! tuà's la hilha per'mor d'amoretas? Mes ne'u vas pas escotar? (Camélat)

E duas lagremas que m'an passat sus las maishèras. (Javaloyès)


Emploi de AC

  • Ac est un pronom neutre et ne peut s'employer que pour remplacer un antécédent neutre: démonstratif neutre (açò, aquò, acerò, çò), indéfini neutre (tot), verbe ou proposition complète:

Aquò, ac cresi. (Seube)

Que partirèi si ac permetes. (Bouzet) [ac renvoie à partir]

Ac vòs saber, se perqué non se'n va? (Sarrieu) [ac renvoie à se perqué non se'n va?]

  • Ac s'emploient avec tot, neutre, lorsque celui-ci est COD:

A dus ans, que parli e qu'ac sèi díser tot. (Palay)

V. aussi la fiche 3. H. Les indéfinis, 3. 1. 1.

  • Bien que le pronom remplaçant l'attribut du sujet soit d'ordinaire ne, ac remplace le mot vertat employé dans cette fonction:

Òh, Jan, se vertat èra! — Qu'ac serà! (Al-Cartéro)


Emploi de I

  • Le pronom i remplace un complément de lieu et tout complément introduit par a ou en:

Paulà que miè los gendarmas tau milhocar. Que i trobèn a Bertran... (Peyroutet)

de bèths libis plenhs de beròjas imatges, e que l'amuishava a i léger istoèras mei beròjas que los imatges. (Lafore)

Qu'aimam lo patac per natura, / sovent, arren que peu plaser, / que i hèm tant qui la let e'ns dura. (Casassus) [hà'i = har au patac]

Que i saunejava. (Casebonne) [= Que saunejava ad aquò.]

Comparà'm a la cavala... Qu’ei polit, aquò! — Ne t'i compari pas, a la cavala... (Palay)

V. aussi la fiche 4. B. Les verbes transitifs indirects

  • Il remplace parfois un complément introduit par dab ou :

Que i èran hèra maishants. [i pour dab eth, dab era, dab eths ou dab eras]

Tà conéguer un majorau, que s'i cau aver minjat un sac de sau. (Palay) [= Que cau aver minjat un sac de sau dab eth.]

N'i cochè pas james. (L2) [= Ne cochè pas james dab era.]


Emploi de NE

  • Le pronom ne remplace un complément de lieu exprimant la provenance et tout complément, de lieu ou autre, introduit par de:

Tot lo borg son anats véder, anueit, dab las lantèrnas. Lo Doctor volè véder eth tanben. Que'n vienè. [= Que vienè deu borg.]

Deus trufandèrs, ci disí au men darrèr escriut, non se'n cau pas dar hèra. (Palay) [= Non se'n cau pas d'eths.]

  • Il remplace tout groupe nominal à déterminant ø:

Que't dau rason... quan n'as. (Palay)

Que t'asseguri que't va har ben. A jo que me'n hè tot còp. (Palay)

Les exemples suivants, avec un nom de langue, se rattachent à ce cas:

E que parlatz bearnés? — A noste, que'n parlam tostemps. (Palay)

E parlatz gascon, e coneishetz Jansemin? — Òc quiò! — Que i a vint e cinc ans que n'èi pas avut ne aqueth plaser ne aqueth leser de'n parlar a Napoli. (Daugé)

  • Ne remplace un attribut du sujet ou de l'objet indéfini:

B'ei las, lo praube òmi! Que n'ei despuish la mort de Na Abadia. E n'estó au davant tanben? (Javaloyès)

Qu'ei quauqu'un d'ací ? — Que n'ei, ja. (Palay)

Gormantòt lo de qui ètz! Non me n'aperetz mei a jo. (Camélat) [= Non m'aperetz mei gormantòt.]

N'avè pas brica la figura hroncida e roja com la n'an los nèns qui vienen de vàder. (Palay)

Que vsran pres per un orgulhós, o, si non vse n'an pres, quauques uns tostemps qu'ac an dit. (Palay)

V. aussi les fiches 4. D. L'attribut du sujet et 4. E. L'attribut du complément d'objet.

  • Ne est explétif (dénué de sémantisme) dans certaines constructions verbales: anar-se'n, tornar-se'n, viéner-se'n, emportar-se'n, envià'n, amiar-se'n, et avec mentir:

Dens la nueit, que se me n'empòrta com un esparvèr lo poric. (Lapassade)

Lo gran Ausèth blanc n'a mentit. (Bladé): "Le grand Oiseau blanc ment"


Consonnes euphoniques

On trouve des consonnes euphoniques (destinées simplement à faciliter la prononciation), dans certains cas, avec AC et I:

  • Après ça-i, consonne euphonique z:

ça-i-z-ac véder! (Lalanne)

Ça-i-z-i.

  • Après un impératif terminé par une voyelle ou un infinitif, une consonne euphonique d peut s'intercaler entre la forme verbale terminée par une voyelle et ac:

Bernat, hè-d-ac! (Javaloyès)

Hè-d-ac ath nòm dera lenca parlada / 'n eth coenh de França arrosat per Ador. (Philadelphe)

Ac peut aussi, dans ce seul cas, prendre la forme 'c:

Se n'ac vòs pas, dèisha'c. (Hustach)

shetz cridà'c de dia e de nueit (Al-Cartéro)

  • De même, après la 1ère pp. de l'impératif:

Si no'vs va pas atau, deishem-d-ac aquiu e amics com abans! (Courriades)

V. aussi la fiche 5. B. Points particuliers de prononciation: les pronoms personnels.