4. H. Les verbes qui peuvent être suivis d'un infinitif

De Wikigram
Révision datée du 4 juin 2020 à 16:00 par Eric G (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Remarque préliminaire

Parmi les verbes qui peuvent être suivis de l'infinitif d'un autre verbe, on doit distinguer deux catégories:

- celle des verbes semi-auxiliaires;

- celle des autres verbes pouvant être suivis d'un infinitif.


Les verbes semi-auxiliaires: cas général

Dans cette catégorie on trouvera des verbes comme deishar ou har, començar de, fenir de, acabar de...

Ces verbes sont toujours suivis directement de l'infinitif sans préposition devant, excepté évidemment lorsque la préposition fait partie de la locution verbale (acabar de, començar de, fenir de, viéner de, hicà's a, gahà's a):

Que haràs sortir la poralha. (Bouzet)

Que deishè partir los amics. (Bouzet)

L'abelha de prestir feniva. (Labaig-Langlade)


Place du pronom personnel complément

  • Lorsque les verbes deishar et har, conjugués sont suivis d'un infinitif, le pronom personnel complément d'objet se relie au premier verbe, le verbe conjugué:

que’vs hèn díser lo contra de çò qui voletz. (Peyroutet)

e despuish los gojats a maridar que la dèishan córrer. (Casebonne)

  • Lorsque deishar et har se trouvent eux aussi à l'infinitif, le pronom personnel complément d'objet peut se relier à la préposition qui précède, quand il y en a une, ou (mais c'est moins fréquent) suivre le premier infinitif:

Que l’èi maishantament gahat tà’u har morir. (Palay)

Mairia, e voletz deishà’m sajar si’m va ? (Palay)


  • Avec les locutions acabar de, començar de fenir de, viéner de, etc., le pronom personnel complément d'objet peut précéder le premier verbe, suivre la préposition, ou le verbe à l'infinitif:

quan ne seré sonque de çò qui’u vienè d’arribar ad eth (Sabalot)

en parlar com ac vienè de har au notari (Palay)

Qu’ac començan de compréner per Aspa. (Badiolle)

Que vien de’m léger sus la gaseta de Pau ua letra de mossur A... (Larroque)

Que comencèi de l’aimar drin. (Javaloyès)

Que vienè de dise'm lo contra.

On peut ranger dans cette catégorie de verbes estar suu punt de et estar a, peu attestés en gascon.


Aux temps composés

  • Aux temps composés, avec deishar et har, qui sont des verbes transitifs, l'auxiliaire est toujours aver:

Jamés n'a deishat patir de hame ne de contentèr lo qui s’i aidà dab gost. (Sanson)

Sus las tombas deus nostes morts, qu'èi hèit quilhar ua grana crotz de hòrta pèira. (Daries)

Avec acabar de, començar de, fenir de, il en va de même:

La mair qu'a fenit de plorar. (Tallez)

Qu’a començat d'ariçà’s la Hueguda. (Camélat)

On n'emploie pas viéner de aux temps composés.


  • Contrairement à ce qui se passe en français, le participe passé de deishar et de har s'accorde, selon les règles d'accord étudiées ailleurs (voir 3. C. L'accord du participe passé):

Que pagaratz drin mei per ns’aver hèits córrer. (Casebonne)

Las an deishadas trempar per que la tèrra tombi au hons deu banís. (Belloc)

Que’ns meritarem aquò, nosautas, per çò qui ns’a hèitas enmalir... (Palay)


  • Lorsque le verbe à l'infinitif est un verbe pronominal, le pronom réfléchi disparaît après har et deishar:

Se adès las vantaròlas deu pair los avèn hèits esclacassar d’arríder... (Camélat)

Que cadó dab un arrueit qui auré hèit lhevar un mort de la hòssa. (Lalanne)

E aquò que’u hasè esmalir ! (Lapassade)


Les verbes semi-auxiliaires: les modaux; anar, viéner et tornar

Les verbes modaux, semi-auxiliaires exprimant la modalité (c'est à dire la manière dont on envisage l'énoncé; ce sont aver a / de, caler, dever, gausar, poder, pensar (au sens de "faillir"), saber (au sens de "être capable") et voler) sont toujours directement suivis de l'infinitif; il en va de même de anar (qui peut exprimer le mouvement ou le futur immédiat), viéner et tornar, semi-auxiliaire qui indique l'itération (1):

Qu'ac podè har. (Badiolle)

Que voló pujar dinc a la montanha. (Camélat)

Capdeton que s’ei pensat còthpodar. (Badiolle)

Si los defunts purmèrs reis de França... tornavan reviscolar sus tèrra... (Larroque)


Place du pronom personnel complément

Le pronom personnel complément se place soit devant le premier verbe, le verbe conjugué, soit, moins fréquemment, après l'infinitif:

Nat sorcièr jamei ne las a podudas botar en nat lenguatge d’òmi. (Lafore)

Aquesta non voló assède’s a taula dab la companhia. (Camélat)

Puish que l’avem tornat pèrder. (L'estranh)

Ne m’èi pas a plànher. (Javaloyès)

Ne vs’i ètz pas sabut préner. (Palay)

Mes non s’i averén pas a hidar tròp. (Palay)

Que se n’ei avut a tornar dab las mans a las pòchas. (Palay)


Aux temps composés

Aux temps composés, dans la plupart des parlers, l'auxiliaire est celui du verbe à l'infinitif, et que ce soit avec aver ou estar, le participe passé du semi-auxiliaire s'accorde selon les règles habituelles:

Ua broisha (que n’i avè peu país) qu’èra poduda entrar sens de’s har enténer. (Palay)

Qu’ei beròi de vs’estar sabut escapar. (Casebonne)

Que’m soi pensada trobar mau. (Laffargue)

Que las m’èi sabudas guardar per enqüèra. (Camélat)

Mainada, que t'an gausada tocar ? (Bouzet)

Quin de nosaus las a pas tornadas víver... aqueras oras... (Sabathé)

Que la m’a caluda garnir. (Camélat)

Que l’a anada véder dab lo veire de tisana. (Javaloyès)

Ne’us an pas vienuts hicar aquiu entà har a la manilha. (Casebonne)

Lo paisan - au mens, lo qui ei sabut demorà's a soa... (Sanson)

Que'vs demandi excusa, mossur, de ne vs'aver pas anat har vesita. (Larroque)


soler

Soler est dans le même cas que les verbes que nous venons de voir:

Totun, non nse pòrtes vinassa coma ac solèvas hèr. (Lavit)

E d’aqueras serors, d’aqueras jumeletas / qui’s solèn escapar de dehens tas raubetas.... (Bordeu)

Toutefois, dans certains parlers, l'infinitif qui le suit peut être précédé de de:

Que solè de dise'm... (Camélat)

Soler ne s'emploie pas aux temps composés.


(1) dans certains parlers, toutefois, l'infinitif qui suit tornar se construit avec une proposition (a, de ou ) entre tornar et l'infinitif qui suit; il y a aussi des parlers où l'infinitif qui suit anar se construit avec , du moins lorsqu'il exprime le mouvement et pas le futur immédiat.


Autres verbes pouvant être suivis d'un infinitif

Parmi les autres verbes qui peuvent être suivis d'un infinitif, certains construisent celui-ci obligatoirement avec une préposition, tandis qu'avec d'autres, elle est facultative:


Verbes qui se construisent avec une proposition

Ce sont les mêmes qu'en français, mais avec, pour certains d'entre eux, en gascon, une hésitation entre a et de, ou entre a et :

Lo drollòt que’s hicava a plorar. (L'esbagat)

... e de’us obligar a s’anar har esglachar per la nosta mitralha au hons de la vath. (Casebonne)

Non n’i a pas avut un sol qui m’aja envitat a béver un veire d’aiga ! (Palay)

Eh donc jo tanpòc n’ac sabí pas, maugrat que m’estessi esmerat tot un dia t’ac endevinar. (Badiolle)

Tot aqueth monde ne son pas de noste, per tant qui m’i sii esmerat a’us ne voler har. (Palay)

Qu’èra estat tot un combat entà l’i miar, resignat qui èra a demorà’s sedut. (Lapassade)

Lo renard un jorn a disnar / qu’avè convidat la cigonha. (Fablas causidas)

S'èi pensat de't har viéner tà Tolosa... (Casebonne)

Que manca de càder de patèrnas. (Palay)

Que calè demandà'm, puishque aimatz lo vestici de l'aulhèra, de devarar d’Aussau... (Casebonne)

Atau que m’avè tostemps dit de har la mia mair quan èri chin. (Cantet) (díser au sens de "demander", "ordonner")


Verbes de perception

Les verbes de perception (audir, enténer, espiar, mirar, sentir, trobar (dans le sens de "sentir"), véder) peuvent construire l'infinitif qui les suit avec a:

Bèra Joaneton, sentís a carn batiada, ací. (Bladé)

Suu prumèr truc de mièjanuèit, vescoc tots los mòrts qu’èran enterrats aquiu a sòrter de tèrra. (Bladé)

S’avetz trobat lo vent de la mort a’vs passar sus la pèth ariçada... (Palay)

Mira-la't a caminar, e se ara non t'agrada, jamès non t'agradarà. (chanson traditionnelle du Couserans, Rosina de Pèira)

Que’us èi entenuts a parlar de Tantina. (Javaloyès)

Que’us espiam a portar-la tà dehens. (Javaloyès)


anar-se'n, enviar, mandar et partir

Ces quatre verbes peuvent construire l'infinitif qui les suit avec a ou de:

Que se n'ei anat tà cercar l'ussièr. (Palay)

Lo maire qu'envià un òmi tà cercar lo can Pastor. (Sabalot)

Un temps qui s'i passà, un caperan que partiva tot matin enter sèt e ueit òras tà díser la missa. (Lalanne)

Òh ! lavetz, manda'm a passejar lo shenitre ! (Palay)


Autres verbes

Avec les autres verbes, l'infinitif peut suivre directement le verbe conjugué ou se construire avec de, parfois a; le gascon préfère souvent pour la seconde construction:

Qu'èra un còp (qu'ei atau qui començan un conde), / a Seron, près deu Bearn, un brave caperan, / qui, malgrè que devòt, aimava a badinar. (Yan Palay)

Qu’aimi de víver tot solet a la lana. (Manciet)

E n'ei que longtemps despuish (…) qui escadoi, abans deu Pont Nau, un cap de vielh qui'm semblè de conéisher... (Manciet)

Que credoi de'm morir. (Yan Palay) (inversement: qui credè n'aver arren a crénher. (Fablas causidas))

... pr'amòr que lo mèste s'estimèc meilèu de paisantejar, d'amassar çò que sabèvan las vielhas mametas paisanas... (Saint-Bézard) (inversement: Pr'aquò, m'estimi mès tornar a l'ostau. (Bladé)

Lavetz, qu’assegurà aver dit aquò suu còp de la malícia (Sabalot)

Que comptàvam de'ns maridar tà la fin deus tribalhs. (Camélat)