4. F. Le complément de l'adjectif

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le complément prépositionnel de l'adjectif

  • Comme son correspondant français, l'adjectif gascon admet un complément, généralement introduit par une préposition. Celle-ci est souvent la même qu'en français:

eishenge de poesia (Camélat): "dépourvu de poésie"

prèstas a se'n tornar (Casebonne): "prêtes à rentrer"

ric de cent mila personas (Bladé): "riche de cent mille personnes"

amorós de Calineta (Sabalot): "amoureux de"

un capuret de cassora tot blu de palomas (Casebonne): "bleu de palombes"

consenta a nòste maridatge (Bladé): "consentante à"

  • Il peut néanmoins exister des différences:

l'ostau... qui èra tòcatocant dab la maison d'un cosiòt mei joen (Camélat): "mitoyen de"

  • Après parièr, au lieu de que, on emploie com; cet adjectif accepte aussi des compléments introduits par a ou de:

Las guilhescas qui he lavetz que son parièras com las de la màger part deus escolièrs. (Lalanne)

era, l'aussalesa bruneta en rauba de bal, parièra a ua arròsa escarlata (Peyroutet)

...ua auta votz... qui ei parièra de la deu pair (Lafore)

  • Comme c'est souvent le cas, les parlers béarnais ont tendance à employer au lieu de a pour introduire le complément de l'adjectif:

tostemps prèsts tà har escarnis ath leon (Sègues)

Cet usage n'est pas recommandable.


Le complément propositionnel de l'adjectif

L'adjectif peut aussi être complété par une proposition infinitive, si le sujet du verbe est le même que celui de la proposition principale, ou par une proposition complétive introduite par que, si ce n'est pas le cas:

E lavetz, tot gaujós de véder que lo dia qu'avè avut abonde... (Sabalot)

jo som content qu'au còr d’estiu / haçan peu bèth arrajadiu... (Garros)