4. C. Les degrés de signification des adjectifs

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les degrés de signification des adjectifs sont le comparatif (comparatif d'égalité, comparatif de supériorité, comparatif d'infériorité) et le superlatif (superlatif absolu, superlatif relatif). Les adverbes connaissent également ces degrés de signification.


Le comparatif

Comparatif d'égalité

  • Le comparatif d'égalité se forme avec autant (souvent réduit à tant). Le complément se construit à l'aide du morphème com:

lo dehens autan negrós com la figura (Sabalot)

Com èra tornat autan pelat de sòus com quan èra partit... (Sabalot)

autan doç coma hòrt (Camélat)

La langue populaire emploie généralement que au lieu de com; il s'agit d'un francisme à rejeter.

  • On emploie également com pour introduire le second terme d'un rapport introduit par tau, tant de, autant de (et de même leurs variantes tandes, autandes):

Que compdavan autant de victòrias coma de batalhas. (Daubian)

Jamei no'n trobaràs un tau com jo. (Despourrins)

Que n'i avè autant com de quartièrs. (Tucat)

  • On emploie également com après parièr, mais c'est que qu'on doit employer après medish:

Dens las carrèiras lo vent es pas parièr com a nòste. (Manciet)

... per'mor que *lo sang qui as barrejat tà la patria qu'ei lo medish que lo qui batana hens lo men còr. (Casebonne)


Comparatif de supériorité

  • Le comparatif de supériorité se forme avec mei (qui peut prendre diverses formes dans les parlers: mes, mèi...) et son complément est introduit par que, plus rarement que non pas:

Mes qu'èra beròi dròlle e mei escarrabelhat que los autes. (Peyroutet)

en ua situacion mei pròcha de la de l'America latina que non pas de la rèsta de l'Euròpa (Arantxa)

  • Il existe des comparatifs synthétiques, dont l'emploi est d'ailleurs concurrencé par les formes analytiques: miélher (mei bon), sordeish (mei maishant), màger (mei gran), mendre, (mei petit), et géncer (mei bèth, et aussi mei gran). Dans l'ouest de la Gascogne, on emploie péger plutôt que sordeish, mais un peu partout on emploie piri, qui est un francisme à rejeter.
  • Ces comparatifs synthétiques employés comme épithètes se place généralement avant le nom, et sans article indéfini:

Lo curè, pertot on n’i a, n’a pas miélher ajuda que lo regent. (Lalanne)

Ne'ns hasè pas màger gai quan lo vedèm los talons que las puntas. (Lalanne)

On trouve aussi géncer et màger après le nom, mais avec un sens superlatif:

Que's pòt aperar ua òbra màger. (Camélat)

  • Ces comparatifs synthétiques sont invariables; néanmoins, on rencontre les formes maja, mendra en Gascogne orientale.
  • La place des formes analytiques correspondantes est libre:

Los òmis n'an pas nat plaser mei gran que de s'ensenhar los uns aus auts que son e quin son parents. (Hustach)

  • Lorsque le complément est une proposition, le verbe est précédé d'un non explétif:

Qu'ei mei adret que non pensavi. (Bouzet)

  • Le comparatif de supériorité de près est mei ençà et celui de luenh est mei enlà ou mei endavant:

Los pets de tonèrra que's hasèn cada còp mei ençà. (Casebonne)

Que pujaram mei enlà de cap aus sègles miejancèrs on servivan tèrmis qui *esvitarén aus escrivans d’ara mantun gallicisme. (Pic)

Lo regent de Tucòu que devè estar d'aqueth avís, per'mor ne possava pas mei endavant las soas leçons. (Palay)

On trouve parfois, néanmoins, mei près, mei luenh, notamment lorsqu'il y a un complément:

Estosse estat mei près de l’estiu, de quan lo monde e parteishen en vacanças... (L'òrra istoèra deu hilh de Gelòs)

Mei luenh qu'èran tèrras torradissas d'ua part i tèrras estaridas der aute (Yan de Sègues)

  • "De plus en plus" se dit de mei en mei, ou, plus fréquemment, a mei anar mei, de mei anar mei ou simplement mei anar mei:

— Non, non, sonque dètz e ueit, ce he lo mèste de mei en mei sec. (Camélat)

Que volè arremirar enqüèra la meravilha blanca qui continua de càder a mei anar mei densa. (Javaloyès)

Que's hasè de mei anar mei reale. (Casebonne)

Qu'èra mei anar mei mauaisit d’avançar. (Peyroutet)

  • Lorsque l'on établit une comparaison avec le mot còp ("fois"), la construction de la phrase est différente de ce qui se passe en français:

Èra un òme haut sèt còps coma lo cloquèr de Sent Gervasi. (Bladé): "sept fois plus grand"


Le comparatif d'infériorité

  • Le comparatif d'infériorité se forme avec mens (la forme mensh est fréquente) et son complément est introduit par que, parfois que non pas:

Que'ns sembla en repeishant que la garbura de casa qu'ei mei shucosa, e lo lard mensh rançut. (Larroque)

  • Toutefois, le gascon emploie, plutôt que le comparatif d'infériorité, une tournure négative du comparatif d'égalité:

Ne seratz pas tan sol. (Peyroutet): "Vous serez moins seul."

  • "De moins en moins" se dit de mens en mens, ou, plus rarement, a mei anar mei pòc (ou mei chic, selon les parlers), avec les mêmes variantes que pour l'expression correspondante du comparatif de supériorité (mei anar mei pòc (chic), de mei anar mei pòc (chic):

Dab lo Front Populari e la guèrra, nse vedom de mens en mens. (Manciet)

L'aiga qu'arribava de mensh en mensh abondosa au molin. (Hustach)

Jo a mei anar mei pòc que sabí qué pensar. (Arantxa)


Comparatifs de corrélation

Les comparatifs en corrélation ("plus... plus...") s'expriment comme en français par mei... mei..., ou par tan mei... mei.... Le premier verbe est précédé de l'énonciatif e et le second de l'énonciatif que:

Mei e durarèi e mei que n’averèi estauviat. (Palay)

Tan mei e pensavi, mei que m'esnerviavi. (Arantxa)


Le superlatif

Le superlatif absolu

  • Le superlatif absolu se forme à l'aide de l'adverbe hèra, qui peut être remplacé par plan, hòrt ou, en Gascogne orientale, fòrça:

un òmi hèra content d'eth medish (Larroque)

Qu'ètz plan charmant, mes drin traidor. (Eyt)

Que sòi un gojat hòrt aimable. (Palay)

Tot aquerò que semble fòrça dificil. (Carrera, in Jornalet)

  • Il existe des constructions à sens de superlatif absolu:

- la répétition de l'adjectif (ou de l'adverbe):

Non sòi pas tà díser pressat, pressat. (Palay)

dab los sons braç longs longs (Camélat)

- divers adverbes et locutions, telles que terriblament ("extrêmement"), mei que mei ("tout à fait"), çò qui s'apèra ("vraiment"), en plen ("complètement"), se n'i a ("vraiment", "extrêmement"; postposé), tot çò qui i a de mei ("complètement"), mei que:

Que l'espiavan, mei que mei estonats d'aquera vesita. (Lalanne)

Lo qui ei estat çò qui s'apèra urós... (Hustach)

Eh donc es alemands, en sentir que non pòden d'ara athlà mès èster en plen victoriosi, que vòn aprofitar eth lor succès en Arromaniá tà proposar era patz. (Sarrieu)

Qu'èra l'auseròt envescat en plen. (Camélat)

Un arbe utile se n'i a, ja n'ei era mata. (Solé-Venture)

Qu'ei un òmi dret, deus drets se n'i a avut. (L'òrra istoèra d'un hilh de Gelòs)

Qu'èra tot çò qui i a de mei clar, fin finala. (L'estranh)

Díser qu'en çò de Lacabana que podoran èster mei qu'urós! (Camélat)

- la construction partitive du superlatif relatif deus mei, de las mei:

Que s'anè emplegar a la fabrica de Gestars com menusèr. Qu'èra deus miélhers. (Sabalot)

Que disè qu'avè besonh de jo, que son pair que l'avè jogat ua troça de las mei terriblas (L'òrra istoèra d'un hilh de Gelòs)

- plus rarement, le préfixe suber- qui forme un seul mot avec l'adjectif:

Lo caçador ne's seré pas credut mei urós en un ostau suberbèth. (Casebonne)

... que seràn tostemps pro tà mantiéner sus la cadièra suberhauta lo divinau cantador? (Camélat)

dab la soa cara palla deus trèits suberfins pigalhada de léndias (L'òrra istoèra d'un hilh de Gelòs)

  • Ce qui a été dit des comparatifs de près et de luenh vaut aussi pour leur superlatif absolu:

Deu permèr balanç que la’n mandà terriblament enlà. (Palay)


Le superlatif relatif

  • Le superlatif relatif se forme comme le comparatif, mais le groupe nominal est précédé d'un déterminant défini:

Que hasè mustra de la mei grana passion. (Casebonne)

Jan de Casanava... qu’èra un son purmèr cosin e sustot lo son mei gran amic. (Casebonne)

  • Lorsque l'adjectif est placé après le nom, on n'emploie pas l'article:

La prima qu'avè hèit esclatar los uelhs hredolics deus perèrs, qu'en·hlava los brots mei tardius deus pomèrs... (Lapassade)

La construction avec répétition de l'article, que l'on rencontre parfois, comme dans la phrase ci-dessous, est un francisme à rejeter:

l'aubrèra *la mei cocarra de tot Pau (Casebonne)

  • Ce qui a été dit ci-dessus vaut aussi lorsque le superlatif relatif marque l'infériorité:

Nòsta carrèira qu’es plan la mèi mala e la mens passada de tot lo Haut Lana. (Manciet)

Comme dans le cas du comparatif, on peut employer mei chic ou mei pòc plutôt que mens:

Qu'ei era la mei chic urosa de la familha. (Peyroutet)

  • Lorsque le superlatif relatif porte sur un verbe, il se place devant celui-ci, et sans article:

... ça digoc lo qui melhor parlava de la tropa. (Bladé)

  • Le nom auquel l'adjectif se rapporte peut se présenter sous la forme d'un complément introduit par de:

Que gaham un sendèr arrabent dinc a Monte Cristo, la mei beròja de las peladas. (Javaloyès)