4. A. Les différents types d'adjectifs

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les types d'adjectifs selon leur fonctionnement

Du point de vue de leur fonctionnement, on peut distinguer deux types d'adjectifs: les adjectifs qualifiants et les adjectifs relationnels.

Les adjectifs qualifiants

Les adjectifs qualifiants expriment une qualité, une caractéristique du nom auquel ils se rapportent: un mainatge pèc, un libe interessant.

Entre autres particularités, ce type d'adjectifs admet le comparatif et le superlatif: un libe mei interessant, ua vila hèra bèra.

Ils peuvent fonctionner comme attributs du sujet:

Lo mainatge qu'ei pèc, aquera vila qu'èra bèra.

Lorsqu'ils sont employés comme épithètes, les adjectifs qualifiants peuvent se placer avant ou après le nom auquel ils se rapportent:

un pòt leugèr (Tousis)

un libe espés (Sègues)

Qu'avè gran talent. (L'òrra istoèra d'un hilh de Gelòs)

Un grand nombre d'entre eux ont néanmoins une place préférentielle, soit avant, soit après le nom. Lorsque la place préférentielle est après le nom, placer l'adjectif avant le nom donne à celui-ci une connotation abstraite:

d'un leugèr còp d’ala (Labaig-Langlade)

Inversement, placer après le nom un adjectif qui se placent ordinairement avant renforce son sens: Ua gojata beròja, par rapport à ua beròja gojata, marque une insistance sur beròja.


Les adjectifs relationnels

Les adjectifs relationnels équivalent par leur sens à un complément du nom ou à une proposition relative:

lo viatge presidenciau (= lo viatge deu president, lo viatge qui a hèit lo president).

Ils n'admettent pas, normalement, le comparatif ni le superlatif.

Les adjectifs relationnels se placent normalement après le nom, sauf effet de style particulier.

V. la fiche 4. D. La position de l'adjectif.


Questions de dérivation impropre

Dérivation impropre à partir d'une forme verbale

Les participes présents et passés peuvent être employés comme adjectifs: il s'agit d'un cas de dérivation impropre (de changement de catégorie grammaticale du mot):

nostas glòrias passadas (Labaig-Langlade)

Que'u te'n davan a punh barrat e sense gràcia. (Camélat)

Quòra los bataires tornèren deu solèir, hòrt estarits, los braces cruishits, levèren lo cap. (Bellocq)

Deu rei d'Aragon la votz estauvianta (Camélat)

En outre, à partir de l'infinitif d'un verbe, on forme des adjectifs en -ador, -edor, -idor; ils équivalent à une proposition, voire parfois à un autre adjectif:

los dias qui s'abracan, anonciadors de la baisha sason (Camélat) (qui anóncian)

Que te'n vas donc atau, desbrombador deus segraments qui arivan e hes aciu medish. (Lalanne) (en avent desbrombat)

Qu'ès sabedor d'estar / eròi, mes non pas victima. (Javaloyès) (assabentat)

Ces adjectifs peuvent recevoir les mêmes compléments que les formes verbales correspondantes:

La mirada escapadora d'aqueths uelhs agradius qu'aborriva mei que jamei lo son poder engalinaire. (Casebonne) (qui s'escapava d'aqueths uelhs agradius)


Adjectifs employés comme adverbes

Plus souvent qu'en français, l'adjectif gascon peut être employé comme adverbe:

Vediatz de har beròi. (Sabalot)

la tèrra fresc mavuda (Casebonne): "la terre récemment remuée"

Anna que l'espia lèd. (Javaloyès): "Anne lui fait un mauvais regard"

L'erbòta doç que bancaleja. (Al-Cartéro)

Tot polit lo paisan d'abòrd que s'apressà. (Yan Palay)

las bargadoras que dançavan leugèr (Palay)

haut plaçats (Palay)

La mortadèra hauç tròp pesant qu'a trucat. (Sabalot)


Une catégorie d'adjectifs particulière au gascon

Il existe des adjectifs fait d'un adjectif initial, accolé à la suite d'un nom qui indique que la qualité exprimée se vérifie en ce qui concerne le référent exprimé par ce nom:

òmi de bèra traca, sec, cararoi (Camélat) (= roi de cara, litt. "rouge en ce qui concerne le visage")

Le nom reste invariable, seul l'adjectif prenant les marques du genre et du nombre; c'est pourquoi il importe d'écrire les deux composants soudés et sans trait d'union:

Que'm cridava que n'aví pas a sortir dab ua pènegra. (L'òrra istoèra d'un hilh de Gelòs)

N'ei pas donc peguèr lavetz de voler vestir de parièr los negres e los blancs, los pètharrois e los chinoès? (Casebonne)

ua mainada deu Bordalat, berogeta e valenta com un esquiròu — drin capleugèra totun, mes la joenessa, sabetz? (Bouzet)

V. aussi la fiche 1. H. L'orthographe des mots composés et du trait d'union.