3. V. La concordance des temps

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dans les subordonnées au subjonctif, le verbe se met à un temps du passé (généralement l'imparfait) si le verbe de la principale, à l'indicatif, est lui-même à un temps du passé. S'il est au présent ou au futur, le verbe se met au présent du subjonctif.


Le verbe de la principale est au présent ou au futur

Si le verbe de la principale, à l'indicatif, est au présent, au futur ou au futur antérieur, lorsque le verbe de la subordonnée doit être au subjonctif, c'est le présent du subjonctif qui est employé, ou le passé si on veut marquer une antériorité:

Que calerà que la toristalha coneishi plan lo prètz deu saunei. (Nadau) (coneishi: subjonctif en -i)

Non vòu pas que vs’ac digui. (Sermon deu curè de Virdèren)

Que i aurà passat aiga devath lo pont abans qu'aja hèit çò qui cau.

Il en va de même lorsque le verbe de la principale est à l'impératif, mode qui ne peut que parler d'un événement futur:

Parla miélher quan t'adreces a jo.


Le verbe de la principale est à un temps du passé

Cas général

Si le verbe de la principale, à l'indicatif, est à un temps du passé (imparfait, prétérit prétérit indéfini, plus-que-parfait), lorsque le verbe de la subordonnée doit être au subjonctif, c'est l'imparfait du subjonctif qui est employé, ou le plus-que-parfait si on veut marquer une antériorité:

Que s'ei auherit tà har dançar la cosia, entà que nosauts que podóssem dançar tanben! (Casebonne)

Que m'a hèit gai que passèsses Rhythm of the night. (Isabèu de la Valea)

Mès las devòtas volèvan pas qu'estèsse lo dit que s'avossen a carar. (Bladé)

Qu’a calut que i anèssi. (L1)

Qu'èra com ua longa lama espurnejanta qui m'atenhosse au front. (L'estranh)

La damisèla deu castèth qu'avè volut que totas las donzèlas que prenossen lo desabilhè de las mametas. (Palay)

Ja que n'ac avosse dit au son pair, partit per acerà hòra, que'm seguiva dinc au pont deu Gave. (Camélat)

Avec le présent de l'indicatif dans la principale, on aurait: Que s'auhereish tà har dançar la cosia, entà que nosautas que poscam dançar tanben; Que'm hè gai que passes Rhythm of the night, Mès las devotas vòlen pas que sia lo dit..., Que cau que i ani, Qu'ei com ua longa lama espurnejanta qui m'aténhia lo front, La damisèla deu castèth que vòu que totas las donzèlas que prengan lo desabilhè de las mametas, Ja que n'ac aja dit au son pair... que'm segueish dinc au pont deu Gave.

  • Il en va de même lorsque le verbe de la principale est au conditionnel:

Calineta ne partiré de la maison de Mariolin sonque quan la casa deu carboèr estossi crompada e hicada a nau. (Sabalot)

Lo qui n'ac avosse pas credut qu'auré cambiat d’avís quan l'avosse vist gahar los quate. (Casebonne)

E que'u t'an esplingat sus l'esquia, entà que ne'u te desbrombèsses, eh? (Courriades)

Que's poderé que trobèsse d'aviada reclams dens lo monde protestant. (Camélat)

La dernière phrase montre que le gascon emploie l'imparfait du subjonctif, là où le français emploie le passé du subjonctif, dès que le verbe de la principale est au temps du passé; en effet, en français on dirait: "Il se peut qu'il ait eu d'emblée des échos dans le monde protestant."


Exceptions

Lorsque l'événement mentionné dans la subordonnée au subjonctif a lieu au moment présent ou dure jusqu'au moment présent, on emploie le présent du subjonctif même si le verbe de la principale est à un temps du passé:

Tà qu'arròse los prats que'u sagnèn lo glerèr. (Camélat)

S'il y a lieu de marquer une antériorité, on emploiera le passé du subjonctif:

Aus cinquanta ans qui èi, non m'èi jamei minjat lo pan sense que non m'agi ganhat dab las unglas. (Camélat)