3. R. Les combinaisons de pronoms personnels faibles

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

À un même verbe peuvent se rapporter plusieurs pronoms faibles. Ceux-ci se combinent selon des règles strictes.


Ordre des pronoms faibles combinés

Ordre général

Les pronoms faibles se combinent entre eux selon un ordre strict, quelle que soit leur position, avant ou après le verbe; il y a sept positions possibles:

1: LO/LA/LOS/LAS - 2: SE - 3: TE/VSE - 4: ME/NSE - 5: NE - 6: AC - 7: I

Que se t'a desbrombat! (Javaloyès) 2 + 3

Que s'ac desbromban enqüèra mei viste. (Casebonne) 2 + 6

Las toes gentz te m'an liurat. (Récits d'Histoire sainte) 3 + 4

E jo non poish briga empachà'us-ne. (Javaloyès) 1 + 5


Autre ordre

  • Dans les Landes et le nord du Gers, se, te/vse et me/nse passent devant lo/la/los/las:

Se la voletz, que'vs la balhi. (Hustach)

Me'u trobavi, aqueth cap d'an, plan vielhit. (Manciet)

  • À Orthez et à Salies, l'ordre est complexe; on a: 1: SE - 2: NE - 3: TE/VSE - 4: ME/NSE - 5: LO/LA/LOS/LAS - 6: AC - 7: I

E lo briu que se'n lo halà tà l'auta part deu gave. (Lalanne)

tà se'n la miar entà l'in·hèrn (Larroque)

Mais lorsque LO/LA/LOS/LAS, pronoms COD, sont employés avec NE et sans présence d'autres pronoms faibles, Ne prend la forme en; on a alors: l'en, los en, las en. Lorsque LO ou LOS sont COS, on a à Orthez que'n lo, que'n los.


Formes prises par les combinaisons de pronoms faibles

Lorsqu'ils se combinent entre eux, les pronoms faibles peuvent présenter leur forme pleine, leur forme élidée ou leur forme enclitique. Voici les règles permettant de former les combinaisons:

- quand deux ou plus pronoms faibles peuvent prendre une forme élidée ou enclitique, c'est le dernier qui prend une de ces formes, lorsque c'est possible:

Que se te'n poderé emportar tà casa soa. (Javaloyès) 2 + 3 + 5

- la règle ci-dessus ne s'applique évidemment pas pour les pronoms qui n'ont pas de forme élidée ou enclitique:

B’èri content de l'ac fóter! (Javaloyès) 1 + 6

- avec lo et los, la règle précédente ne s'applique pas non plus; lo prend sa forme enclitique chaque fois que c'est possible et los la prend toujours:

Que'u ns'an tuat! (Camélat)

... mes que'u ne tiravan, vergonhosas. (Javaloyès)

Çuprean qu'èra dejà dab jo quan recebó lo vòste imatge, lavetz que'u m'amuishè. (Casebonne)

- placés après la, les pronoms se, me, te, nse, vse et ne se présentent généralement sous leur forme pleine au lieu de leur forme enclitique:

Que la me harèi tota sola, la propaganda! (Palay)

Qui la se bremba? (Javaloyès)

Qu'èra caduda tà hens d'un segassar, e que se'n vedón ua tà la ne tirar. (Peyroutet)

- la s'élide généralement devant i:

Qu'ei aquiu totun, presenta fisicament. Qui l'i a miada? (Lavit)

Qu'i ei aquiu, la hada de Massicamp, que l'i èi sentida, que l'i èi vista. (Lalanne)


Fréquence des combinaisons de pronoms faibles

Les combinaisons de pronoms faibles sont plus fréquentes qu'en français, à la fois dans la langue parlée et dans la langue écrite, et il n'est pas rare de voir des combinaisons de trois, voire quatre, pronoms faibles:

Pren-te'm a jo. (Camélat) 3 + 4

Que crei / que las gojas tau som que la se n'an portada. (Palay) 1 + 2 + 5

Que me n'i vau. (L2) 4 + 5 + 7

Que se me n'arrid. (Javaloyès) 2 + 4 + 5

Que vs'ac i poderí hicar. (Palay) 3 + 6 + 7

Ça-i-te-n'i. (Lalanne) 3 + 5 + 7

Que me n'i torni. (L2) 4 + 5 + 7

Be se n'i ei volut anar? (Palay) 2 + 5 + 7

L'aso que se m'escapa. (Badiolle) 2 + 4 [= Lo men aso que s'escapa]

Tira-te'm de davant. (Palay) 3 + 4

eth vent torrat qui se nse'n pòrta (Philadelphe) 2 + 4 + 5

Que se me n'i empòrta. 2 + 4 + 5 + 7


Cas particulier: deux pronoms faibles de la troisième personne

Règle générale

Lorsque se trouvent employés ensemble deux pronoms faibles de la troisième personne, un COD et un COS, le pronom COD se présente toujours sous la forme ac, quel que soit le genre et le nombre; le pronom COS conserve la forme lo ou los:

Mossur lo Maire que's hiquè las bajaulas entà léger aqueth paperòt, e quan l'avó passat tres o quate còps que partí de cap tà la botiga deu Prospèr... que l'ac amuishè en lo disent ... (Mounaix) [l': a Prospèr; ac: aqueth paperòt]

Que'm dictava peguerias e que l'ac escriví. (Palay) [lo: ad eth (celui qui dictait); ac: las peguerias]

Que l'aví hicat lo cataplasma com se deu, au clòt de l'estomac; eh donc, qu'a calut que'u n'ac tirèssi entà l'ac méter per dessús lo tricòt. (Palay) [lo: lo malaut; ac: lo cataplasma; ne dans la première combinaison: deu clòt de l'estomac]

Non saben pas on an los utís. — Que'us ac harèi trobar. (Palay): ['us: ad eths; ac: los utís]


Autre règle

  • Dans une partie du Béarn, les Landes et le nord du Gers, le pronom COS est représenté par i, tant au masculin qu'au féminin et au singulier qu'au pluriel, tandis que le pronom COD reste inchangé:

Un d'aqueths calhaus que'u cadó suu nas e que l'i esclachà un drinòt. (Hustach): [lo = lo nas; i = ad eth]

. Lo medecin que l'avè ordonat cachets, nau per dia, que crei. He donc, que soi segur que Paulà ne'us i dava pas. (Peyroutet): ['us: los cachets; i: ad eth]

  • Toutefois, le pronom COS conserve la forme lo ou los lorsque le COD est le pronom neutre ac:

Daunina ne volè pas que Rosin qu'anasse tà Sauvatèrra e que l'ac avè dit un dia en arrident. (Hustach)


Erreur à éviter

En fr. parlé, on dit couramment: "Je lui ai donné", "Je leur ai donné", pour "Je le lui ai donné", "Je le leur ai donné". En gascon, on exprime obligatoirement les deux pronoms:

Que l'ac èi balhat.

Que l'i èi balhat.

On ne peut dire Que l'èi balhat que lorsque un COD exprimé suit le verbe:

Que l'èi balhat lo CD.


Cas particulier: emploi allocutif de te, vse

Dans certains cas, on emploie les pronoms faibles de seconde personne, te ou vse, selon que l'on tutoie ou l'on vouvoie la personne à qui on s'adresse, dans le but d'impliquer cette personne dans ce qu'on lui dit, alors qu'elle ne l'est normalement pas:

Quin lo te mandarí drin entà's passejar, / si'm comandava atau! (Palay): "Comment je te l'enverrais promener..."

De tira qui'm vi, lo Pièrra de Sahoret que se te m'apèra. (Lalanne)

Au parion, d'aviada, que'us t'aví tirat lo portrèit. (Camélat): "Je te les avais analysés"

En dus sauts, Laròsa qu'estó sus lo gran, Lagisquet suu petit. Qu'estó mei viste hèit que ne cau entà'c díser. En un virat de man, que'us vse hasón sortir tau com èran rentrats. (Sabalot): "ils vous les firent sortir..."

La fréquence de cette forme augmente le nombre de cas de combinaisons de pronoms faibles et le nombre de pronoms impliqués:

E la halha / que'us ac te hèi baishar aus borgés, aus gendarmas. (Lavit): "Et l'arrogance, je te la leur fais baisser..."

(Dans cette phrase, on n'a pas l'ordre normal des pronoms, mais on pourrait dire aussi bien que'us t'ac èi baishar)