3. O. L'impératif

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Impératif présent

Verbes réguliers: modèles - forme affirmative

CANTAR BÀTER DROMIR BASTIR
canta bat drom bastEISH
cantem batiam dromiam bastESCam
cantatz batetz dromitz bastitz

La 1ère pp de l'impératif présent est empruntée au subjonctif présent.


Verbes réguliers: modèles - forme négative

L'impératif n'existe pas en tant que tel à la forme négative; c'est le subjonctif qu'on emploie à la place:

Le présent de l'indicatif
CANTAR BÀTER DROMIR BASTIR
ne cantes pas ne bàtias pas ne drómias pas ne bastescas pas
ne cantem pas ne batiam pas ne dromiam pas ne bastescam pas
ne cantetz pas ne batiatz pas ne dromiatz pas ne bastescatz pas


Verbes du deuxième groupe: sous-groupes

Les sous-groupes de verbes en -er sont les mêmes qu'au présent de l'indicatif; l'irrégularité constatée à la 3ème ps du présent de l'indicatif se retrouve à l'identique à la 2ème ps de l'impératif présent:

  • RECÉBER: recep / receu - recebiam - recebetz

La forme receu est propre au Béarn et à une partie de la Bigorre. Pour CÀBER, on n'a que la forme en -p: cap -

cabiam - cabetz.

À la forme négative, on a: ne recébias pas - ne recebiam pas - ne recebiatz pas; ne càpias pas - ne capiam pas

- ne capiatz pas.

  • TÒRCER: tòrç - torciam - torcetz

À la forme négative, on a: ne tòrcias pas - ne torciam pas - ne torciatz pas.

  • PÚDER: put - pudiam - pudetz

À la forme négative, on a: ne púdias pas - ne pudiam pas - ne pudiatz pas.

  • HUÉGER: huei - huejam - huegetz; LÉGER: lei - lejam - legetz

À la forme négative, on a: ne huejas pas - ne huejam pas - ne huejatz pas; ne lejas pas - ne lejam pas - ne lejatz pas.

  • VALER: vau - valham - valetz

À la forme négative, on a: ne valhas pas - ne valham pas - ne valhatz pas.

  • DÍSER: ditz - digam - disetz

Dans certains régions on dit digas à la 2ème ps.

À la forme négative, on a: ne digas pas - ne digam pas - ne digatz pas.

  • ESCRÍVER: escriu - escriviam - escrivetz

À la forme négative; on a: n'escrívias pas - n'escriviam pas - n'escrívian pas.


Verbes du troisième groupe: conjugaison inchoative et non-inchoative

Les verbes en -ir qui ne se conjuguent pas selon le modèle inchoatif sont bien entendu les mêmes qu'au présent de l'indicatif: enseguí's, gessir, sortir, et, au fur et à mesure que l'on va vers l'ouest de la Gascogne, d'autres tels qu'escopir, morir, obrir, partir, sentir, servir, avec la plus forte concentration dans les Landes.


Verbes irréguliers

  • Verbes en -AR:

ANAR: / vèn - anem - anatz

et vèn sont des formes équivalentes, mais leur emploi diffère. On emploie vèn devant un infinitif et un pronom personnel; devant un groupe de pronoms personnels, on emploie plut$ot :

Vèn-te véder...

Vèn-ac véder.

Vèn cuelhe’us ende’n júnher un par! / Gaha’t l’aret e vè-te’n bojar. (Tallez)

vè-t'i! (Palay)

vè-te-n'i (Sarrieu)

À la forme négative: n'anes pas - n'anem pas - n'anetz pas

DAR: da - dem - datz

À la forme négative: ne des pas - ne dem pas - ne detz pas

Se conjugue comme dar: redar.

ESTAR / ÈSTER: sias - siam - siatz

À la forme négative: ne sias pas - ne siam pas - ne siatz pas

ESTAR (2): està - estem - estatz

À la forme négative: n'estés pas - n'estem pas - n'estetz pas

HAR / HÈR: - hem/ hascam / haciam - hètz

À la forme négative: ne hàcias pas - ne haciam pas - ne haciatz pas

ou ne hascas pas - ne hascam pas - ne hascatz pas

Se conjuguent comme har: (ar)rehar, des·har, suberhar, et satisfar.

  • Verbes en -ER:

AVER: ajas - ajam - ajatz

À la forme négative: n'ajas pas - n'ajam pas - n'ajatz pas

CRÉDER: cred - crediam - credetz

On trouve aussi crédias à la 2ème ps.

À la forme négative: ne crédias pas - ne crediam pas - ne crediatz pas

Se conjuguent comme créder: acréder, descréder, encréder, mescréder.

DEVÈRSER: devèrs - deversiam - deversetz

À la forme négative: ne devèrsias pas - ne deversiam pas - ne deversiatz pas

DÒLER: dòl - doliam - doletz

À la forme négative: ne dòlias pas - ne doliam pas - ne doliatz pas

ENDÒLER: ce verbe semble inusité à l'impératif présent.

ENVÒVER: envòv - envoviam - envovetz

À la forme négative: n'envòvias pas - n'envoviam pas - n'envoviatz pas

HÈR: v. ci-dessus conjugaison de HAR

MÓLER: mol - moliam - moletz

À la forme négative: ne mólias pas - ne moliam pas - ne moliatz pas

PODER: poscas - poscam - poscatz

La forme négative ne semble pas employée.

SABER: sàpias - sapiam - sapiatz

À la forme négative: ne sàpias pas - ne sapiam pas - ne sapiatz pas

RESÒLVER: resòlv - resolviam - resolvetz

À la forme négative: ne resòlvias pas - ne resolviam pas - ne resolviatz pas

SOLER: ce verbe n'est pas employé à l'impératif

SÒVER: sòv - soviam - sovetz

À la forme négative: ne sòvias pas - ne soviam pas - ne soviatz pas

TIÉNER: ce verbe est régulier, mais dans le sens de tiens, tenez, lorsqu'on donne quelque chose, ou comme exclamation, on emploie à la 2ème ps, tietz à la 2ème pp.

Tè! qu'ètz dus pendardòts amassas. (Hustach)

Tietz, n('ei pas la pena de’m tornar la moneda. (Hustach)

VÉDER: vejas - vejam - vejatz

À la forme négative: ne vejas pas - ne vejam pas - ne vejatz pas

Une forme abrégée de vejam très employée comme exclamation est vam (parfois viam, nham en gascon pyrénéen central).

VOLER: volhas - volham - volhan

La forme négative ne semble pas employée.

  • Note de prononciation:

resòlv se prononce [ɾɾeˈzɔl].


Place de l'accent tonique dans les verbes en -IAR et -OAR

On se reportera à ce qui en est dit dans la fiche 3. B. Le présent de l'indicatif.


Forme de l'infixe de la forme inchoative

L'infixe des verbes du troisième groupe inchoatifs (-eish dans notre tableau) a la forme -ish dans le centre du Gers et la forme -ís / -iss dans le nord des Landes, le nord du Gers et la plus grande partie du Comminges. Dans les Landes, le Gers et la plus grande partie du Comminges, il s'emploie à toutes les personnes. EX.: bastish - bastiscam - bastishetz.


Localismes

Dans la région d'Orthez et les Landes, la 1ère pp du pluriel est empruntée au présent de l'indicatif: canta - cantam - cantatz; bat - batem - batetz; drom - dromim - dromitz; basteish - bastim - bastitz.

Dans la plus grande partie du Béarn, on a un système mixte, avec une 1ère pp empruntée au présent du subjonctif au premier groupe et au présent de l'indicatif aux deuxième et troisième groupes: canta - cantem - cantatz; bat - batem - batetz; drom - dromim - dromitz; basteish - bastim - bastitz.

C'est cette forme qui est donnée généralement dans les grammaires. Néanmoins, comme elle est limitée à la plus grande partie du Béarn, nous avons choisi une solution (1ère pp empruntée au présent du subjonctif pour les trois groupes) plus orientale, conforme au languedocien et au catalan, et plus logique.


Aux autres personnes

Aux autres personnes que la 2ème ps, la 1ère pp et la 2ème pp, on emploie le subjonctif présent, précédé ou non de que:

Se n'ane tau diable lo tribalh! (Casebonne)

No’n sia pas mei parlat. (Palay)

S’ei atau era guèrra, ce ditz Tèna, tà diable qu’ane era patz! (Solé-Ventura)


Emploi de l'impératif présent

  • L'impératif présent s'emploie pour exprimer un ordre, un conseil, une instruction, etc., dans les mêmes cas que le français:

Crédias qu’ac vas trobar. (Yan Palay)

Hascam batalha. (Bladé)

E non m’eishòrdes mes dab aqueth maridatge. (Abadie)

Hem era guèrra aras mongetas. (Solé-Ventura)

Mes sàpias de que son / tròpes los qui pilhant ací... (Lavit)

Digas qu’ès tu. (Casebonne)

Non las escotetz pas. (Casebonne)

  • L'impératif accepte un pronom sujet:

Hè tu aquò! (celui qui parle insiste sur le fait que lui ne va pas faire cela)

  • Les expressions à la 2ème ps du type impératif + que + futur ont une valeur intensive ou concessive:

parla que parlaràs... : "à force de parler...", "il eut beau parler..."

  • Impératif présent "poli": l'équivalent de "veuillez", pour donner un ordre poli, n'est pas 'volhatz, mais la 2ème pp du subjonctif:

Atendiatz drin. (Yan Palay): "Veuillez attendre un peu."

Crediatz, mossur, que hòu non n’ei pas brica. (Palay): "Veuillez croire..."

Beviatz un còp e siatz mei tranquille. (Palay): "Buvez donc un coup..."

  • À la place de l'impératif, on emploie parfois le subjonctif précédé de que, notamment dans le cas d'un ordre sec ou d'un souhait:

Demora'm, tè, que las me pagaràs totas en un còp... E qu'arrecotescas anueit tà la cabana! (Camélat)

Ah! maladit que sias! (Palay)

Un chorrup de paciença, e qu’ajas hida / de troçà'us shens patir deu maubarrei. (Camélat)

  • On trouve, rarement, un impératif de narration qui décrit la vivacité d'un événement:

Que s'arrapan aus peus: cohats deçà, delà, / da-me'n e pren-te'n donc, compair e comaireta. (Yan Palay)


Impératif passé

Paradigmes

L'impératif présent se forme à l'aide de l'auxiliaire conjugué à l'impératif présent:

CANTAR BÀTER BASTIR
ajas cantat ajas batut ajas bastit
ajam cantat ajam batut ajam bastit
ajatz cantat ajatz batut ajatz bastit
ESTAR VIÉNER PARTIR
sias estat, -ada sias viengut, -uda sias partit, -ida
siam estats, -adas siam vienguts, -udas siam partits, -idas
siatz estats, -adas siatz vienguts, -udas siatz partits, -idas


Emploi

Comme en français, le participe passé, très peu employé, exprime l'antériorité d'une action ordonnée par rapport à une autre action pas encore réalisée:

Ajas fenit lo tribalh quan era arribe.