3. M. Les quantificateurs et les équivalents de NOMBREUX

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les quantificateurs adverbiaux

  • Les quantificateurs sont généralement des adverbes (quantificateurs adverbiaux) de quantité employés comme déterminants, au sein d'un groupe nominal: autant, chic, dehèt, drin, fòrça, guaire, hèra, mens, mei, plan, pòc (pauc dans l'est du domaine), regde, quant, tant, tròp...
  • Quant, dans une phrase ni interrogative ni exclamative, est très employé au sens de hèra, fòrça, etc. C'est pourquoi nous le donnons dans cette liste.


Constructions possibles

Construction directe

  • Les quantificateurs adverbiaux peuvent précéder directement le nom; c'est le cas de fòrça; ce mot reste invariables:

Sus aqueste subjèct que i a fòrça cançons. (Lavit)

Autanlèu, envièc fòrça soldats entà prénguer lo maishant òme. (Bladé)

fòrça còps (Massartic)

On trouve aussi parfois dehèt et regde construits ainsi:

dehèt temps (Lalanne)

  • D'autres quantificateurs adverbiaux peuvent précéder directement le nom; dans ce cas, certains d'entre eux s'accordent avec lui; cet usage est devenu rare:

pòc tribalh (Camélat)

De pòca nautat que son tanben los cants. (Camélat)

Que m’a hèit dòu hèra temps de non pas m’estar trobat american en vàdent. (Peytoutet)

Los lors uelhs que son autandas honts. (Camélat)

Constructions avec de

La plupart des quantificateurs peuvent être reliés au nom par la préposition de; dans ce cas, le quantificateur reste invariable; autant, guaire, hèra, pòc, pro, quant, tant et tròp peuvent s'accorder, au pluriel, avec généralement une forme pour le masculin et une autre pour le féminin (l'accord est très rare au singulier); cette construction n'est pas un francisme, selon Ronjat.

Les formes plurielles sont autantes, autantas (autandes, autandas dans le sud du domaine); guaires, guairas; hèras pour les deux genres (hèrs au masc. dans certain parlers); pòcs, pòcas; pros (pour les deux genres); quantes, quantas (quandes, quandas dans le sud-ouest du domaine); tantes, tantas (tandes, tandas dans le sud-ouest du domaine); tròps, tròpas.

Car cèrta tots aqueths miracles / son tots autant de muts oracles. (Dastros)

Que comprencó qu'i avè hèra de causas a har en chic de temps. (Lalanne)

Que valè chic de dinèrs. (Lalanne)

Que sabè dehèt de causas. (Manciet)

Qu'avè hèit dehèt de calor. (Manciet)

Qu'ei deu men huec un drin d’aujor. (Labaig-Langlade)

N'i avè pas guaire de tribalh de 'queste matin. (Hustach)

Que se'n tira sense guaires de domaus. (Camélat)

Que crei que t'aimarà, qu'as hèra de qualitats entad aquò. (Sabalot)

Hèras de familhas que ploravan un parent. (Oéy en Bearn)

Qu'i auré podut léger drinon mensh de malícia e drinon mei de saumucs. (Lalanne)

Lhèu en vs'i gahant pacificament qu'auretz hèra mei de monde dab vosautes! (Arantxa)

Migueta, que hè plan de hred! (Palay)

Pòcs de gascons que hen audir de parièras planhenças. (Camélat)

Pòc de familhas i aurà que non sian estadas *frapadas per aquera luta *sanglanta. (Bardou)

pro de valents bordèrs (Al-Cartéro)

pros de viroladas e pros de tornadas (Camélat)

Quant de còps me n'èri anat assèder devath un espin-blanc saber quan tornèsse de la bòrda. (Camélat)

quantas de votz de mei (Palay)

A l'armada, que cau regde de temps ende har quaucomet. (Saint-Bézard)

tròp de bitsègas (Palay)

tròps de sentiments (Palay)

Hadè tant d'escurada e tant de hred, aquest jorn... (Manciet)

Tandes de sovenirs arrecaptats dens la memòria, be'us i guardam coma dens un escrin! (Camélat)

tandas de hèitas de broishas o de lops (de nau codas) o de mainats minjats (Caillavère)


Autre construction

Dans certains parlers, le quantificateur peut être postposé:

Aujamis hòrt que i a devath lo cèu. (Peyret)

Que i ganharàs pelats e pechics hèra. (Peyret)

pebe pro (Camélat)


Emploi pronominal

  • Les quantificateurs pronominaux sont susceptibles de s'employer comme pronom; dans ce cas, l'accord, au pluriel, est de règle pour autant, guaire, hèra, pòc, pro, quant, tant et tròp, mais aussi pour chic, fòrça et plan (qui prennent les formes chics, chicas; fòrces, fòrças; plans (pour les deux genres):

Non n’i a pas autandes. (Tucat)

Non n'avem pas guairas... (Palay)

Ne n'èi pas tuat hèras. (Javaloyès)

un dia franc e clar com non se n'i ved pas hèras peus prumèrs de julh (Casebonne)

Hèrs que'u volerén har! (Oéy en Bearn)

Be son pòcs los de qui's disen contents deu camin hèit! (Camélat)

Jamés non seram pros. (Philadelphe)

Que n'aví pros, totun, a enviar! (L2)

Quantes n'i a de medalhats e d'autes qu’aurén meritat de n'estar! (Saint-Bézard)

l'usina familhau, com lavetz se'n vedèn tandas (Camélat)

Lo comandant qu'a besonh de saber on son anidadas las mitralhusas qui tiran de cap a ací, tà las empechar de'n har càder tròps deus nostes. (Casebonne)

Tròpas son las gents / qui, aciu, ena Porteta an familha e parents! (Lavit)

Chics que'n son exempts. (Yan Palay)

... quan se'n vòn ganhar astant o mes que fòrces. (Sanson)

Plans qu'an avut a passar. (Lavit)

  • Palay donne dans son dictionnaire un exemple d'accord au pluriel de mei employé comme pronom: Qu'èram meis. Cet accord est rarissime et on peut s'en tenir à ce qui a été vu ci-dessus.


Les quantificateurs nominaux et les équivalents de NOMBREUX

  • Les quantificateurs nominaux sont des noms précédés d'un determinant et reliés au nom par la préposition de.
  • Certains sont des numéraux collectifs:

ua vintena de pèças de vèrs (Lalanne)

Que'm soi arrevirat e qu'èi vist lo vielh Pérez a un cinquantenat de mètres darrèr nosautes. (L'estranh)

  • En dehors des numéraux collectifs, les noms les plus fréquemment employés sont arramat, hardèu, hèish, sarròt, tropa; ils désignent un grand nombre:

un arramat de soldats (Badiolle)

un hardèu de pensadas esgarissadas (Casebonne)

Quin hèish de dolors cadun se'n mia! (labaig-Langlade)

un sarròt de damisèlas (Palay)

ua tropa de questions (Camélat)

  • Mais il en existe bien d'autres:

tot un ahoalh de pensaments (Palay)

un ahromiguèr de monde (Casebonne)

un cascaret d'amics e de coneguts (Casebonne)

Escabòt et ligòt désignent des groupements peu nombreux:

un escabòt de gojats de Gestars (Sabalot)

Ueit personatges sonque, e dab aqueth ligòt, Abadia que basteish ua hèita arridenta a pausas... (Camélat)

un palhat de cantas e de condes (Daugé)

Comme il s'agit de noms collectifs, l'accord du verbe se fait généralement au pluriel lorsqu'ils sont sujets:

Un arramat de personas que's trobavan de pès davant lo taulèr, a batalar dab un veire en la man. (Arantxa)

  • De par leur sens, ils équivalent au fr. "nombreux", "un bon nombre de", "un grand nombre de":

Com aqueth sarròt de pensadas e virolejavan hens lo son cap... (Casebonne): "Alors que ces nombreuses pensées tournaient dans sa tête..."

lo hèish de potingas qui’m deishètz (Sègues): "les nombreux médicaments que vous m'avez laissés"

  • Nombrós et numerós ne s'emploient pas comme déterminants; on peut dire ua familha nombrosa (adjectif qualificatif), mais pas *(de) nombrós mainatges; on recourra à l'un des quantificateurs numéraux.

"Il a écrit de nombreux livres.": Qu'escrivó un sarròt de libes.

S'il n'y a pas lieu d'employer un déterminant défini, on pourra aussi employer un des quantificateurs de même sens, dehèt, hèra, fòrça, regde, quant:

Qu'escrivó dehèt de libes.

Qu'escrivó hèra de libes.

Qu'escrivó fòrça libes.

Qu'escrivó regde de libes.

Qu'escrivó quandes de libes.

  • "Un certain nombre de" fait référence à une quantité moins importante; on pourra traduire ce quantificateur français par divèrs ou mei d'un.