3. E. L'article partitif

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cas général

L'article partitif en gascon est un "article zéro" (noté ø en linguistique), ce qui veut dire qu'il n'est pas réalisé dans la prononciation:

sopa grassa, vetèth en saussa, rostit e pastisserias (Camélat)

Non s’i bevè que vin de casa d’ua vrenha a l’auta. (Sègues)

Hasèva borir mongetas. (Bladé)


Autres cas

Emploi de la préposition DE comme article partitif

  • Lorsque le nom est précédé d'un adjectif, on utilise la préposition de comme article partitif:

E trobàn de bon vin? (Sabalot)

de tan beròi prosei (Lalanne)

de beròja musica (Casebonne)

Cet usage est fréquent sans être systématique:

véder beròi pèis (Sègues)

On trouve aussi de lorsque le nom est précédé d'un déterminant indéfini, d'un possessif ou d'un démonstratif:

Que i a de tot monde en aquestes otèls. (Palay)

La dauna graciosa, qui 'nsenha los dents, / que'n pausa sus taula d'aqueth vin brusquet. (Camélat)

E vòs deu men plat?


Le partitif neutre

De partitif existe aussi avec un sens neutre, devant un adjectif substantivé:

Que n’entenerés de beròi. (Al-Cartéro)

Toutefois, on emploie le plus souvent la locution à valeur d'article neutre çò de (v. 3. C. L'article neutre), précédé de de partitif:

Que'n sabetz tostemps de çò de nau. (Palay)

Que n'i a de çò de navèth (...) Que n’i a, mes de çò de maishant. (Palay)

Qué'n hèi de çò de lèd? Tè! qu’ac estripi, / qu'ac hori com seré de quauque esgripi. (Camélat)

Ne't hèi pas har que de çò de rasonable. (Palay)

Que vatz véder si ei de çò de beròi. (Palay)


Le partitif défini

  • On emploie l'article défini précédé de de (deu, de la, deus, de las) lorsque le nom est suivi d'une relative; celle-ci peuvent d'ailleurs être sous-entendue:

Deu vin que torna la joenessa, ne demòra pas mès qu'ua botelha. (Bladé)

Beviam un aute còp deu medish vin. (Camélat)

N. B.: Nous avons écrit plus haut: "On trouve aussi de lorsque le nom est précédé d'un déterminant indéfini, d'un possessif ou d'un démonstratif". De fait, on peut dire deu medish vin ou de medish vin; mais le sens n'est pas le même: deu medish vin sous-entend "que celui que nous venons de boire" (relative sous-entendue); de medish vin veut dire "de la même qualité", ou "du même cépage".

  • On emploie fréquemment le partitif défini devant les noms ben, mau, tòrt:

Non haré pas deu mau en ua mosca. (Palay)

Que'n haram un mètge qui harà deu ben per aqueste parçan. (Casebonne)

Cet usage est exceptionnel en gascon, les locuteurs doivent les appréhender comme un seul mot et c'est peut-être pourquoi on peut substantiver deu ben, deu mau, deu tòrt: lo deuben, lo deumau, lo deutòrt.


Point de traduction

L'article partitif français peut prendre des sens particuliers:

  • "une personne prise comme symbole d'une qualité ou d'un caractère", ou encore "un nom d'artiste, d'écrivain, pour désigner une oeuvre caractéristique de tel auteur (TLF):

"Il y avait du Napoléon en lui."

Dans ce cas, on pourra traduire par quauquarren de:

Que i avè quauquarren de Napoleon en eth.

Que legè quauquarren de Palay.

On pourra aussi employer le partitif neutre:

Ne vòu pas léger que de çò de Javaloyès.

  • L'article partitif français peut aussi, en français familier, exprimer une grande valeur ou qualité:

"Ça, c'est du roman!"

On emploiera la locution çò qui s'apèra qui a le même sens en gascon:

Açò que s'apèra un roman!

Açò qu'ei çò qui s'apèra un bon roman!