4. D. L'attribut du sujet

De Wikigram
(Redirigé depuis 2. D. L'attribut du sujet)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Généralités

Les verbes dits d'état (estar, paréisher, semblar, vàder, deviéner, demorar) sont ordinairement suivis d'un attribut du sujet, qui peut être un adjectif qualificatif ou un nom (ou un groupe nominal):

La maison qu'ei blanca.

Aquiu, tot que’m semblava intime. (Javaloyès)

Aqueth òmi qu'ei lo maire de Banhèras.

Tot çò qui’m condavas n’èran que badinerias. (Camélat)

Lo francés qu’ei d’esprit peressós. (Palay)

Çò de mei beròi, qu’ei çò qui sap de la Claqueta... (Palay)

Lorsque l'attribut est une proposition infinitive, celle-ci est introduite par de:

Que’s pensan bahida enqüèra que la patria sauvar qu’ei de s’apotjar tà Siròs un còp l’an entà cantar. (Subèr Albèrt)

V. aussi: La proposition infinitive

On trouve également l'attribut du sujet après les synonymes d'un des verbes signalés ci-dessus: tornà's, devirà's, està's, tiene's:

mèu qui's torna hèu (Camélat)

Eth se tien sauv. (Gassion)

Que volí, tant per tant, balhar mustras, ci’m disè, qu’un hilh de paisan non pòt devirà’s qu’un manòbra, un obrèr d’usina, quan parteish deu son vilatge e non a dongas grans quehars dens ua vila. (Camélat)


Cas particulier: l'attribut du sujet est un adjectif numéral ordinal

Lorsque l'attribut du sujet est un adjectif numéral ordinal (prumèr, segond, etc.), il ne prend jamais l'article défini, contrairement au français:

Quan los francés e partivan de Napòli e arribavan permèrs a Roma... (Camélat)

tà saludar prumèra au mèste Rei, au Só (Al-Cartéro)


La construction partitive de l'attribut du COD

Comme l'adjectif épithète à certaines conditions, l'adjectif attribut du sujet peut être construit selon la construction partitive:

Lo medecin tanben qu’ei deus bons. (Palay)

V. aussi La construction partitive de l'adjectif



Cas particuliers d'accord

  • Lorsque la phrase a une portée générale (avec le verbe caler, ou avec le pronom òm comme sujet), le verbe est au singulier, mais l'attribut peut se mettre au pluriel, sans que cette règle soit d'application systématique:

Que caleré poder tostemps demorar joens ! (Palay) (a contrario: Que caleré estar joen. (Yan dou Sabalot)

Per ua hemna non cau pas au mensh èster guaire avejats. (Camélat)

Be caleré estar hèra maishants. (Palay)

Òm b’ei plan forçats de i arribar. (Palay)


  • Lorsque le sujet, au singulier, a un sens collectif (lo monde, la joenessa, lo bestiar...), tant le verbe que l'attribut sont, le plus souvent, au pluriel:

Tota l’auseralha qu’estón amassats. (Lalanne)

Lo bestiar que son vòstes. (Lalanne)


  • Noter l'accord dans la phrase suivante:

Drin de confusion qu’ei viste passada. (Palay)

On aurait pu dire aussi viste passat.

V. aussi la fiche: 2. I. Les équivalents de IL Y A


Attribut du sujet marquant la possession

L'attribut du sujet exprimant la possession est introduit par de (jamais par a, contrairement au français):

La tèrra qu'ei de tots. (Palay): "La terre est à tout le monde."

Au lieu des pronoms personnels compléments toniques jo, tu, etc., on emploie les pronoms possessifs sans l'article:

La maison qu’ei mia. (Camélat): "La maison est à moi."

L’aulor be n’ei soa ? (Camélat): 'L'odeur est à elle, non ?"

Qu’ès noste com son nostas las estelas. (Camélat): "Tu es à nous comme sont à nous les étoiles." Autre traduction possible: "Tu nous appartiens comme nous appartiennent les étoiles."

Tà tu, çò de noste qu'ei ton. (Los de Nadau): "Pour toi, ce qui est à nous est à toi."


Pronominalisation de l'attribut du sujet

L'attribut du sujet se pronominalise différemment selon sa nature grammaticale: adjectif, groupe nominal, possessif.


  • Lorsque l'attribut du sujet est un adjectif qualificatif, un possessif ou un groupe nominal non introduit par un déterminant défini (1), il se pronominalise par ne (jamais par ac, contrairement au français qui utilise le pronom personnel "le"):

Qu'ei hardit. --> Que n'ei.

La tèrra qu'ei nosta. --> Que n'ei.

Qu'èra comte d'Armanhac. --> Que n'èra.


  • Lorsque l'attribut du sujet est un groupe nominal introduit par un déterminant défini (1), il se pronominalise par les pronoms personnels compléments lo, la, los, las:

— Ètz plan vos qu’ètz la damaiseleta ? — Nani, jo non la soi pas. (Bladé): "Est-ce bien vous qui êtes la petite demoiselle ? — Non, je ne suis pas la petite demoiselle / je ne suis pas elle."

Jo, se non sò ‘ra suá, non la serè d’arrés. (Sarrieu): "Moi, si je ne suis pas la sienne, je ne serai celle de personne."


  • Lorsque l'attribut du sujet est une proposition, il ne peut pas se pronominaliser. Cependant, la formule Qu'ac ei (ac étant exceptionnellement employé comme attribut du sujet) sert à reprendre une phrase entière avec le sens de "C'est vrai, c'est exact".

— B’ètz vosauts los mèstes, Carrèra e vos, de la bòrda aquera ? — Qu’ac ei. (Peyroutet)


Verbes à élargissement attributif

  • "Il s'agit de verbes transitifs ou intransitifs qui figurent occasionnellement dans des constructions où ils sont suivis d'un élément qui... s'accorde avec le sujet et caractérise ce dernier à la manière d'un attribut du sujet" (Grammaire méthodique du français):

Que me’n soi tornat gorpit. (Larroque)

La Republica (...) qu’ei sortida mei gualharda que jamei de ‘queste darrèr gran combat. (Larroque)

Que vivèn urós.


  • En français, l'attribut du sujet d'un verbe à élargissement attributif est parfois précédé de comme, ou d'en tant que; ce n'est jamais le cas en gascon. Comparer:

Aqueth vrèspe, Maria que se n’anè vaquèra en un prat qui avèn au ras deu gave. (Casebonne): "Cette après-midi-là, Marie s'en alla comme vachère..."

Lo hilh deu rei se loguèc donc porquèr . (Bladé): "Le fils du roi se fit donc engager comme porcher."

Que se n'anè en un convent mongeta blanca (Casebonne): "Elle partit dans un couvent comme soeur blanche"

Quan entrès ací nòra... (Palay): "Quand tu es entrée ici en tant que belle-fille..."

Que devó partir soldat. (Palay): "Il dut partir comme soldat."

Que devón partir presonèrs per quate ans. (Oéy en Bearn): "Ils durent partir comme prisonniers pour quatre ans."

Jo que m'estòi ací Maria-Brasoqueta. (Lavit): "Je reste ici comme une Cendrillon."


  • Parfois, alors qu'on aurait toute une proposition circonstancielle en français, le gascon a recours au simple attribut:

Que t’èi a har véder quin, ans davants, e ns’èram engontrats aulhèrs au bèth som de Sagetas. (Camélat): "Il faut que je te raconte comment, des années auparavant, nous nous étions rencontrés alors que nous étions bergers..."


La position de l'attribut du sujet

L'attribut du sujet se place normalement après le verbe:

Lo men amic qu'ei triste.

Lorsqu'on veut mettre l'emphase sur l'attribut du sujet, on le place avant le verbe:

Libre qu’èra de har çò qui l’agradava. (Yan dou Sabalot): "Il était bien libre de faire ce qui lui plaisait."

Units an viscut enti’adara. / Enfin, l'interès los separa. (Fablas causidas)




(1) les déterminants définis: l'article défini, les déterminants possessifs, les déterminants démonstratifs.