2. C. L'accord du participe passé

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le participe passé suit des règles d'accord différentes selon qu'il est employé avec l'auxiliaire estar ou avec l'auxiliaire aver.


Cas du participe passé employé avec estar

Le participe passé employé avec l'auxiliaire estar s'accorde en genre et nombre avec le sujet:

Tan valentas, las annadas / com jornadas qu’an corrut, / sauneis corts, aigas versadas, / non sèi quin se’n son anadas / shens brut. (Camélat)

Il s'accorde en genre, mais reste au singulier, dans le cas du "vous" de politesse et du "nous" de majesté:

Aquiu qu’èratz plan, perqué vse n’ètz anat ?(Pucheu)

Ne i a que quate pas, qu’ètz tornada d’abòrd. (Yan Palay)

Lo vilatge d'Espuei, on èm vadut... (Tucat)

Lorsque le sujet est un adverbe de quantité suivi d'un nom, le participe passé peut s'accorder avec ce nom:

Drin de confusion qu’ei viste passada. (Palay)


Cas du participe passé employé avec aver

Lorsque l'auxiliaire est aver, le participe passé ne s'accorde jamais avec le sujet, mais, dans certains cas, il s'accorde avec le complément d'objet direct si celui-ci est placé avant ler verbe.


Le cas de lo, la, los, las

Lorsque l'auxiliaire est aver, le participe passé s'accorde en genre et nombre avec le complément d'objet direct si celui-ci est un des pronoms personnels compléments lo, la, los, las:

Jo que credí que l’avèn desbrombada. (Javaloyès)

Ne se las a pas vistas totas au capceron ! (Lalanne)

Contrairement à ce qui se passe en français, l'accord a lieu, dans ce cas, même pour les verbes deishar et har suivis d'un infinitif et les modaux:

Qu’ac sèi, ja, que’s son escapats, *qu’ei tu qui’us a deishats escapar ! (Palay)

Uèra, mainada, qu’èi avut tres marits e tots tres (...) que’us èi hèits passar per on volí. (Palay)

Que’m sembla que las m’averí sabudas chausir, las ombras ! (Courriades)


Le cas de me, te, nse, vse

Lorsque le COD est un des pronoms personnels me, te, nse, vse, l'accord est fréquent, mais facultatif, y compris avec deishar et har suivis d'un infinitif et les modaux:

Que m’a ‘th sòn pes aucita. (Casebonne)

Que diseram que ns’avetz voluts crompar. (Casebonne)

Totara (...) que vs’èi vista... (Casebonne)

Que’ns meritarem aquò, nosautas, per çò qui ns’a hèitas enmalir. (Palay)


Mais:

Que m'as convençut. (Isabèu de la Valea): c'est une femme qui parle

Que m’an credut los insolents envejosa de companhia. (Fablas gasconas)

Richa valea, / gaimanda alea, / jòi paradís / tau que t’a vist! (Eyt)

Que i aurà vint ans, bèthlèu, qui ns’a quitat ! (Abadie)


Le cas de ac

Avec le pronom neutre ac, l'accord se fait au masculin singulier. Toutefois, lorsque ac, employé avec lo ou los, remplace un nom ( l'ac, los ac), l'accord en genre et en nombre avec ce nom se fait généralement:

Qu’èra mau cadut e que s’avè copat ua espatla. De segur, n’èra pas un çurgent qui l’ac avè alogada, mes quauque pregandaire. (Palay)

Qu’ei la letra d’aqueth Francisco. Lo Menica que l’a deishada tà papà ; que l’ac èi presa a la pòcha tant qui n’avè pas la vèsta. (Palay)

Lo mèste que s’èra avisat que la goja n’avè pas paur a la ploja ni... aus chivaus e que l’ac avè confiats. (Palay)


Le cas du complément d'objet direct repris par un pronom relatif

Lorsque le complément d'objet direct est repris par qui (ou que, dans d'autres parlers que ceux du Béarn et de la Bigorre), le participe passé ne s'accorde pas avec l'antécédent:

las plagas qui avè hèit un passat dolorós (Casebonne)

N’auratz pas arren a tornar, per totis los presents que vos an hèit. (Bladé)

Toutefois, lorsque le relatif est précédé de l'article défini ou d'un indéfini, l'accord est possible, sans être obligatoire:

ua part deus qui avè recebuts lo joen avocat (Palay)

... d’aqueths marins deu cap deu monde, deus qui s’avè gahats e qui n’a pas tornat (Nadau)

Quauqu'ua qui averàs vista (Bouzet)

Mais:

... qui deus qui a tuat, / plea en un jorn tot un segrat. (Fablas gaconas)


Localisme

L'accord avec l'antécédent du pronom relatif a lieu dans certains parlers:

Qu’èm auserons sense nada familha / que lo malur a caçats de son niu ! (Laclavère)


Autres cas

Dans les autres cas (le COD est un groupe nominal, ou un pronom autre que personnel), l'accord du participe passé avec le complément d'objet passé avant le verbe est possible sans être obligatoire:

Com drin de borider lèu la pasta a tornada. (Bordeu)

Senglas Suzas que ns’avem hèit petar. (Yan de Sègues)


Particularité de la langue de Camélat

Dans la langue de Camélat, l'accord du participe passé avec le COD placé avant le verbe a toujours lieu:

Que credetz lhèu que n’èi aimadas quandas e quandas ?

Mais lorsque le COD est placé après le verbe, l'accord se fait souvent, mais pas toujours:

Que m'averí tirat la vèsta.


Cas des temps surcomposés

Aux temps surcomposés, on fait l'accord du participe passé du verbe, lorsqu'il est prévu par les règles précédentes, mais aussi celui du participe passé de l'auxiliaire:

Aquera cançon, que l'èi avuda cantada.