Les interjections

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dans cette fiche, nous ne traiterons pas des onomatopées, qui sont des interjections traduisant des bruits divers ou des cris et bruits d'animaux, et sont traitées à part.

Nous mettons à part les ordres et les salutations, traitées dans la deuxième et la troisième parties. Par contre, nous mêlons interjections au sens strict et exclamations.

Par ailleurs, on trouvera dans l'inventaire suivant des formules composées de plusieurs mots ayant la valeur d'une interjection, c'est-à-dire, au sens strict, des locutions interjectives.


Interjections et exclamations traduisant une émotion

Ce sont des mots invariables (parfois des groupes de mots) exprimant un sentiment, une émotion, qu'on ne peut ranger dans aucune autre classe de mots.

Elles expriment:

  • la moquerie, le défi: na!: Plan hèit, na ! (Palay)
  • la douleur: ach! (cri d’une personne qui se brûle, qui a froid ou se mouille), achetas! (cri d’une personne qui a froid et arrive à l’abri ou près du feu), acho! (cri d'une personne qui s'est brûlée ou s'est fait mal), achos! (id.), ai! jè! jèi! jès! et malaja! qui traduit une douleur morale: Achos ! achos ! que m’escòtz ! Que’m brusla ! Que i as hicat tròp de mostarda ! (Palay); [lo] deu mèste de Massicamp, partit tot joen, malaja, tau pèis de las estelas! (Lalanne).
  • l'indifférence: rai! ("peu importe !", "ce n'est pas grave", "ce n'est pas un problème", "tant pis !", "à la rigueur", "passe encore") (harai! en Haut-Adour): Beròja, Matilda que n’èra, de las beròjas se n’i a avut (...) A’s maridar que pense, aquò rai ! (Casebonne): "ce n'est pas un problème".
  • l'embarras: hu... ("euh...").
  • l'étonnement, la surprise: aquera, hòu! ("ça alors !"); aquò hòu! (id.); jè! macanica! pet de pericle!: — Espia, ací qu’ei. Lo pòrtafulha de Casimir ! — Aquera, hòu ! ce he Bertran. (Peyroutet).
  • la satisfaction, le soulagement: of!, tan miélher! totun! ("enfin !", au terme d'une attente).
  • l'acclamation: viva! ("vive !"), mieux que visca.
  • l'encouragement: haut! ("allons !"); da'u! ("vas-y !", à une personne que l'on tutoie), datz-lo ("allez-y !", à plusieurs personnes ou à une personne que l'on vouvoie), hardit!: Qu’ei lo tribalh, haut ! qui comanda (Camélat)
  • la résignation: tampís (1) (emprunté au fr.)
  • l'ironie: òc hò! òc ben! òc be quiò! qui sont des adverbes d'affirmation renforcée utilisés ironiquement) ("tu parles!"); pensa! ("penses-tu!"); Òc hò ! bèras peguessas ! (Palay).
  • le dégoût, l'aversion: foè! ("pouah !"): ... , ath pè deth tablèu herau deth alcoolisme on son pintrats –òh potiu foè !– hitges querats coma bohigas de pòrc (Escoula).
  • la tristesse, le regret: ailàs! (souvent abrégé en las!), malaja!
  • le mécontentement, le rejet: diuvivant! doblevant! macarèu! mala hèrra!
  • l'impatience ou l'exaspération: perdiu! enfin! vejam! ("voyons !", souvent déformé en viam!, vam!, nham!, nhòm!); sangviu!: Qué lo diable as enfin ? (Yan Palay).
  • la protection: Diu que vs'ajude!. D'un sens proche est la locution Diu que l'aja! ("Dieu ait son âme!").
  • l'avertissement, la mise en garde: atencion!
  • l'appel à l'aide: viahòra! ajuda!
  • l'interpellation: hòu! (à une personne que l'on tutoie); hèi! hèp! (à plusieurs personnes ou à une personne que l'on vouvoie); chit! psit! (appels discrets: "psst"): E hèi, Pairin, ce hasè Filomèna... (Casebonne).
  • un refus: boha! ("flûte !"), sherlit! (id.), tuta! (même sens).
  • une sensation de froid: brr!; brro!
  • la soudaineté d'un procès: zoi!

On utilise en outre des interjections ou des locutions interjectives ou exclamatives dans les cas suivants:

  • pour attirer l'attention sur ce qu'on va dire: uèra (peut prendre un sens équivalent à celui du fr. "voilà").
  • pour sommer quelqu'un de cesser ce qu'il fait: He! la!
  • pour introduire un sujet nouveau dans la conversation: adara qui i pensi ("au fait"); quan i pensi (id.): Quan i pensi ! lo frair e seré ‘stenilhat tanben dens quauque galihòrça? (Camélat).
  • pour souligner ses propos: diuvivant! au gran diuvivant! fotre! (vulgaire), macanica! perdiu! per ma fe! Diu!: S'èra vin, ne t'escanaré perdiu pas! (Lapassade).
  • pour renforcer une interrogation: lo diable ("diable"): Qué lo diable as enfin ? (Yan Palay): "Que diable as-tu enfin ?"

Nombre de ces interjections ou exclamations sont polysémiques, et leur valeur devra être déduite du contexte:

- ah! ou ha!;

- bò!: marque l'incrédulité, la surprise extrême ou l'indifférence;

- diable!': marque l'étonnement ou l'ironie;

- Diu me dau!: marque l'étonnement, la surprise ou l'impatience;

-eh! ou he!, he ben!, he donc!;

- hop: marque l'admiration ou l'ironie; sert aussi à souligner ses propos;

- hilh de puta!: peut traduire une large gamme d'émotions;

- ja (comme "dia" en fr. régional): peut marquer l'étonnement, l'admiration, le désaccord ou l'ironie (fr. "tu parles!"));

- mèrda!;

- mon Diu! [munˈdiw]: marque l'étonnement, la surprise, l'admiration ou l'accablement; est parfois suivi de de jo: mon Diu de jo!';

- òh! ou hò!, potiu! (comme mon Diu!);

- tè! (pluriel tietz!): marque le contact avec l'interlocuteur;

- vèn! (pl. anatz!): accompagne une constatation ou une prière formulée avec instance.


Modifications par euphémisme

Lorsqu'il est question de Dieu, du diable, de la religion ou de réalités sociales stigmatisées, des exclamations subissent des changements par souci d'euphémisme. Ainsi, diable peut passer à diastre, diuvivant! peut devenir diuvivòsta!, vivant! ou vivòsta!, mèrda! s'adoucir en mèu! ("mince!"), per ma fe! peut s'abréger en per ma! (parfois permat!), hilh de puta! s'adoucir en hilh de cuca!, hilh de pica! ou hilh de quauqua!. Potiu est d'ailleurs une réfection adoucie de bon Diu!, exclamation qui n'existe pas ou plus dans l'usage actuel.

Accumulation d'interjections

Les interjections peuvent être redoublées et même triplées, ou s'additionner entre elles:

Ha ha ha ha ! Be’m hès arríder. (Lalanne)

Diable hòu ! qu’ès matièr, ce digó a l’estudiant un baladin qui passava (Casebonne)

Òh Jè ! la sala de banh. (Lavit)

Òh bò, de tota faiçon dab los autes que’n parlaram (Arantxa)

Les salutations et autres formules de politesse

  • adiu ("salut", lorsque l'on s'adresse à une personne que l'on tutoie), adishatz ("salut", "bonjour", "bonsoir", lorsque l'on s'adresse à une personne que l'on vouvoie ou à plusieurs personnes.

- Ces salutations peuvent s'mployer à n'importe quel moment de la journée.

  • bon dia (formule de salutation employée lorsqu'on rencontre quelqu'un le matin), bon vrèspe (l'après-midi) , bon ser (le soir), bona nueit (après la tombée de la nuit).

Bon dia, mossu’u curè, ce’u digó, autanlèu com lo vi, la lebisienta mainada. (Lalanne)

Bon vrèspe, madamisèla. (Casebonne)

- Ces formules de salutations peuvent aussi s'employer lorsqu'on prend congé de quelqu'un, aux moments respectifs de la journée. Bon dia équivaut alors au fr. "bonne journée".

- Les deux premières sont quelque peu sortis de l'usage, mais rien n'empêche de les y réintroduire; ainsi, le gascon se réalignerait sur le catalan, le castillan, l'italien...

  • mercés, granmercés, mercés hèra.
  • tatèlas! (pour saluer quelqu'un qu'on surprend): "coucou !".
  • Diu t'assistesca! (se dit à quelqu'un qui éternue: "À tes souhaits !"). Coratge! peut avoir le même sens.

Les ordres

Ordres donnés à des personnes

  • sho! ("chut !", pour imposer le silence; ou "écoute !", pour inviter à écouter lorsqu'on a entendu un bruit).
  • tà delà! ("dégage !", s'adresse aussi aux chiens).


Ordres donnés à des animaux

Autrefois, et sans doute encore aujourd'hui dans certaines zones, les animaux obéissaient (/obéissent) à des ordres mono- ou bisyllabiques spécifiques à leur espèce. Ces mots variaient suivant les régions, mais on peut citer les suivants:

  • arrèr! (pour arrêter un boeuf).
  • a tu petit! (pour exciter des chiens (ou des enfants...) qui se battent).
  • brrrp (pour appeler les brebis).
  • fsst (pour chasser les brebis).
  • ft! ou fut! (pour chasser un chat).
  • guiro! (pour appeler les oies).
  • ha! hala! (pour les chasser).
  • hai! (pour faire avancer les bêtes de somme: "hue !").
  • harri! (id.).
  • hoi! (pour chasser les porcs et tout ce qui est immonde).
  • lhaishe! [ˈʎajʃe] (pour appeler les vaches).
  • mish-mish (pour appeler un chat).
  • nhè! (interjection pour faire patienter un animal).
  • ooo (pour faire arrêter une vache).
  • passa! (pour chasser un chien).
  • pi-pi! (pour appeler les poules).
  • pruchè! [pɾyˈt͡ʃɛ] (autre cri pour appeler les brebis).
  • quino-quino (pour appeler les porcs).
  • she! (pour chasser les poules).
  • shò! (pour arrêter les bêtes de somme).
  • tè-tè! (pour faire approcher un chien).
  • uïsh [ɥiʃ] (autre cri pour chasser les poules).

De ces ordres, ceux qui incitent un animal à approcher présentent une montée dans la voix entre la première et la seconde syllabe, tandis que ceux qui l'incitent à s'éloigner présentent une descente dans la voix entre ces mêmes syllabes.












(1) Le mot *pis n'existant pas en gascon, il nous est apparu préférable d'écrire tampís attaché.

Voir aussi: Les onomatopées