4. F. Les constructions ergatives

De Wikigram
Révision datée du 17 juin 2020 à 11:25 par Eric G (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Définition

Dans certaines langues à déclinaisons, il existe un cas, l'ergatif, réservé au sujet du verbe transitif. Le sujet du verbe intransitif y prend la même cas que le complément d'objet du verbe transitif.

Par comparaison, on parle en gascon de constructions ergatives (Aitor Carrera, Gramatica aranesa) lorsque le sujet d'un verbe intransitif se place après le verbe. En effet, en gascon, l'ordre non-marqué des constituants de la phrase est SVO (sujet, verbe, objet): normalement, lorsque le sujet se place après le verbe, c'est parce que l'emphase est mise sur lui. Dans les constructions ergatives, le sujet se place après le verbe, à la place du complément d'objet, sans que cela marque une emphase:

S'arribava un malur, que’n seretz responsable ! (Palay)

Car hrairs, que m'a vienut un malur. (Yan Palay)

Le verbe est souvent accompagné du pronom personnel i, qui est alors explétif:

Que i arriba eleccions. (Larroque)

Que cantava "Ribaut companhon" en hant rampèu a l’auserumi de las caujòlas, quan l'i viencó per bèth dia un mossur... (Larroque)

Ce type de construction était déjà connu dans l'ancienne langue:

... a laquoau poblation bienco homes de diverses partides. (For d'Oloron)

Les constructions ergatives se caractérisent également par un comportement particulier du verbe.


Particularités des constructions ergatives

Accord du verbe avec le sujet

Dans les constructions ergatives, lorsque le sujet est au pluriel, le verbe reste d'ordinaire au singulier:

Au còr tanben que vai floretas. (Palay)

Qu’i passava enqüèra los Mens. (Manciet)

Tirem-ne un vintenat [de milions] "à long terme" prestats a quauquas cooparativas (sic), que’n demòra pros... . (Sanson)

Qu’i plavó dessús los imperialistas, favors, aunors e ribantons rois. (Larroque)

Non entrava pas aquiu nòras de pacotilha. (Palay)

De tot costat que'u plavó ralherias (Lalanne)

Qu’i vienè quauques vesins e quauques vesias. (Hustach)


Choix de l'auxiliaire

Dans les constructions ergatives, on emploie d'ordinaire l'auxiliaire aver, y compris avec les verbes qui prennent d'habitude l'auxiliaire estar; de ce fait, le participe passé ne s'accorde pas avec le sujet, y compris dans le cas des verbes pronominaux:

Quan l’auré cadut lo cèu dessús, non seré pas estat mei abladat. (Casebonne)

Que se vs’i aurà croishit un cabiron au ras de la cerimana. (Lalanne)

Que m’i a arribat... un nebot qui hasè lo servici a París. (Larroque)

Un còp que n’i avè arribat ua beròja hèita en un par de nòvis. (Larroque)

Que l’i avè vadut un gran peu a la man. (Lalanne)

Avetz jamei audit que n’i aja tornat un solet d’aqueth reiaume ? (Palay)

Que l’atendí en enténer Papà a díser que n’i avè cadut mei d’un mètre en Cabilia. (Javaloyès)


Attribut du sujet

L'attribut du sujet se construit avec de dans les mêmes cas que le fait l'attribut du complément d'objet:

Que me n’arriba ua de hòrta. (Pucheu)


Contre-exemples

Plus rarement, on fait l'accord du verbe avec le sujet et on emploie l'auxiliaire estar en faisant l'accord du participe passé; mais dans ce cas, on n'emploie pas i:

Si vse n’i datz a ganhar hòrt d’ardits atau, qu’ètz riche poirit, e aus soscriptors que’us demoran pèths de castanha. (Bastard)

Dans l'exemple suivant on trouve combinés accord et non-accord:

Se peu fèt de la Joenessa catolica, non demoravan un jorn deguens aqueste país que cent familhas catolics, se ne’n demorava que trenta, se ne’n demorava que dètz... (Sarran)

Que’u se son escadudas chanças tanben qui l’an permetut de comptar sus la renomada, a çò qui’s cred. (Palay)

On trouve aussi des constructions intermédiaires:

Jamei non n'èra aparit ua de tan hòrta. (Yan de Sègues): emploi de l'auxiliaire estar, mais pas d'accord du verbe avec le sujet.


À noter

On peut ne pas trouver le sujet après le verbe, soit que, exprimé ailleurs dans le contexte, il s'y trouve simplement repris par le pronom personnel ne, soit que la construction ergative se trouve dans une proposition relative, soit que l'on ait affaire à un pronom interogatif, qui se place devant le verbe:

E quant e vse n'i arriba, d’aganits de plaças ? (Lalanne)

los candidats, que’us calèva enténer ! Aqueths qu’èran pressats de saber lo fin mot de la causa ! E com n’avè sortit per dotzenas, ja’s compren que mei anava e mei qu’aumentava la brossida. (Palay)

Que conda çò que s’a passat. (Dasque)

Qué s’i avè donc passat ? (Lalanne)


Constructions assimilées

Par leur fonctionnement, on peut assimiler aux constructions ergatives les constructions où l'on trouve un verbe à l'origine transitif et le pronom personnel se, avec un sens de sujet indéfini:


  • emploi de i explétif:


Ne s'i devisava pas de loís d’aur que per las casas cossudas. (Yan dou Sabalot)

Tant qu’èra gran lo son renom de boentat que ne s’i trobà pas au pèis un sol temoenh tà hicar-l’i. (Lalanne)


  • le verbe reste au singulier:

Be s'i entenó sovent viahòrahòrças e anilhets. (Bordeu)

Non crei pas que s'i avè jamei bronit hens aquera crampa, a Ortès, d’autan bonas causas, d’autan bons conselhs. (Larroque)


  • l'auxiliaire est aver, avec l'accord du participe passé qui le caractérise:

Qu'avèn dançat amassa hèra de tornejadas, e despuish tanben, un còp que s'i avè hèit bal au vilatge. (Casebonne)

Jamèi ne s'i a vist sus la tèrra, / per un arrai de mèu tau guèrra, / qu’entre abelhas e ferelons. (Fablas causidas)


  • Dans les cas, beaucoup plus rares, où on fait l'accord du verbe et où l'on emploie l'auxiliaire estar, on n'emploie pas i:

Que non me'n sobran mei que de las estaridas. (Lop d'Estrem)

Un còp, lo Pèir se n’èra anat en ua bòrda on se hasèvan trabalhs navèths. (Sabathé)

Que's son vistas las aronglas permèr qu'augan passat. (Bouzet)


V. aussi: 4. G. Les équivalents de IL Y A