3. N. Le passé du conditionnel

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paradigmes

Le prétérit du conditionnel (équivalent du conditionnel passé français) se forme à l'aide de l'auxiliaire conjugué au présent du conditionnel.

CANTAR BÀTER BASTIR
aurí cantat aurí batut aurí bastit
aurés cantat aurés batut aurés bastit
auré cantat auré batut auré bastit
aurem cantat aurem batut aurem bastit
auretz cantat auretz batut auretz bastit
aurén cantat aurén batut aurén bastit
ESTAR VIÉNER PARTIR
serí estat, -ada serí viengut, -uda serí partit, -ida
serés estat, -ada serés viengut, -uda serés partit, -ida
seré estat, -ada seré viengut, -uda seré partit, -ida
serem estats, -adas serem vienguts, -udas serem partits, -idas
seretz estats, -adas seretz vienguts, -udas seretz partits, -idas
serén estats, -adas serén vienguts, -udas serén partits, -idas


Emploi

  • Le prétérit du conditionnel s'emploie dans la proposition principale d'une phrase conditionnelle (apodose):

Si non l’ac aví pas demandat, autanplan non seré pas estada contenta! (Palay)

Avè falut méter au casau paishèths pus hauts, shens qué Cama d’Agaça n'auré pas vist un sol caulet. (Belloc)

Au cap de quauques mes, qu’auré plorat se l’avèn tirada de l’espitau. (L'estranh)

  • On l'emploie pour parler d'un événement situé dans le passé, futur par rapport à l'événement désigné par la principale et antérieur à un autre événement situé dans le passé:

Que m'avè assegurat qu'auré fenit tà l'aute còp qui ns'encontrèssem.

  • On l'emploie dans les subordonnées concessives après QUAN pour désigner une concession concernant un fait virtuel dans le passé:

Qu'èra tostemps plan coeifada e beròi atifada qu'ac calè véder, quan seré estada de Leberat capdèta a maridar!: "Elle était toujours admirablement bien coiffée et bien habillées, même si elle avait été une cadette de Lébérat à marier!"

  • On l'emploie pour parler d'un événement incertain situé dans le passé:

Lo missile, que l'auré lançat la Corèa deu Nòrd.

Los arrèrhilhs o arrèrnebots qui avem poduts consurtar que ns'an condat qu'a las prumèras annadas deu sègle darrèr, la loa tilha qu’avè a Pau de vielhas daunas, tatàs qui non s’èran maridadas, e qui guardavan la copia de l’oncó : que l'aurén dada a Vignancour. (Camélat)