4. G. Les équivalents de IL Y A

De Wikigram
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Généralités

Comme dans les constructions ergatives, avec la locution verbale française IL Y A (IL Y AVAIT, IL Y AURA, IL Y A EU, etc.) le sujet se place après le verbe; il en va de même en gascon en gascon pour i a:

Hens aqueth castèth que i a un mossur qui s’apèra mos de O... (Larroque)

Cependant, i a n'est pas le seul équivalent de IL Y A.


Équivalents possibles

Le sujet est indéfini

Lorsque le sujet est indéfini, c'est-à-dire ni un nom propre ni un groupe nominal introduit par un déterminant défini (1), on emploie i a dans tous les cas:

I a ua vita e ua mòrt endeus mòts coma ende las causas. (Saint-Bézard)

Qu’èra dia de marcat, e que i avè monde capvath las arruas, a maugrat de l’òra tardiva. (Peyroutet)

Onqüèra se n’avè hèit d’autas holias, n'i auré avut que miei mau ! (Lalanne)


Le sujet est défini

Lorsque le sujet est défini (nom propre, groupe nominal introduit par un déterminant défini (1)), le gascon préfère employer le verbe estar:

Qu'i ei Mitterrand, bitara. (L2)

Au ras deu "bon", qui pòt tot entà vs’amiar escuts, que i ei lo "chèque". (Bastard)

Que i ei lo Marquet. (Palay)

Entà nosauts, que i ei enqüèra la question de la portada de la pèça. (Palay)

Que i ei lo plaser de’s revéder, mes que i ei tanben lo de har un bon repàs. (Palay)

E comprenes, que i ei l’estenuda, mes tanben que ns’èm avuts de har anar, aqueste estiu. (Casebonne): "Tu comprends, il y a l'étendue [de la propriété], mais aussi nous avons dû nous remuer, cet été."

Fina ! Que i ei lo huec au Domèc ! (Peyroutet)

Au ras d'eths, que i ei lo trop deus escolièrs. (Camélat)

Per darrèr qu'i ei lo vilatge, mes enlà. (Lavit)

Aciu delà, a capsús, qu'i son las montanhas. (Lavit)

On fait l'accord du verbe avec le sujet:

E puish que i son... los autes ! (Oéy en Bearn)

Que i son las bestiòtas de casa. (Camélat)

A Sòst que i son eths deth Òste, tà servir a minjar ; eths derà Hònt tà servir a béver ; eths dera Carrèra tà lotjar... (Solé-Ventura)

Qu'i son au segur las rasons qui a totòm de voler resistir tà poder víver dret. (Lavit)

Qu'i son las bombas, los plastics e las fusilhadas (Javaloyès)

Aciu delà, a capsús, qu’i son las montanhas. (Lavit)

E puish adara, qu'i ès tu. (Lavit)

Toutefois, il n'est pas impossible d'employer i a même dans ce cas, du moins quand le sujet n'est pas un pronom personnel; on en trouve des exemples chez les auteurs à la langue la plus sûre:

En casau que i a tostemps eth Còr. (Sarrieu)

Mes tots los corbashs ne son pas viatjadors. Que i a los qui's demoran sus l’endret. (Lapassade)

Que i a la casa / a suenhar. (Camélat)

(Cependant, on ne dirait pas *Que i a tu ou *Que i a era.)

En particulier, dans les propositions relatives et dans les équivalents de la formule il n'y a que, le gascon préfère employer i a que i ei / i son:

lo mei brave òmi qui i avosse sus tèrra (Palay)

Eh ! non vs’ètz donc pas jamei apercebut de la diferença qui i a quan parlatz e quan escrivetz ? (Palay)

E puish, ne i a pas que la musica. Qu'i son tanben los lampions e las lantèrnas de color tà que, de nueit, lo balèr que sia aluminat. (Palay)

Non i avè que lo taupatèr de maucontent. (Ricaud)

non i avè que Madama de Lagulhon, cargada, era tanben, de quate hilhas en quèsta de marits. (Palay)

Non i a sonque lo flaquèr per on èra lo repaus. (Camélat)

Mais cette règle ne s'applique pas systématiquement:

Dab tot lo monde qui i ei ! (L5): "Avec tous les gens qu'il y a !" (la locutrice parle des hypermarchés)

Non i estó que Loïset, eth adjudant, qui s’avisè que Tanassa qu’avè quauques ditadas en eth casca. (Escoula)


Autre équivalent possible

Le français fait un large emploi de "il y a"; parfois, le gascon préférera employer simplement estar seul:

Qu’aví entenut mentàver qu’a París, desempuish dus mes, qu'ei hèsta tot dia. (Larroque)

Dens la prumèra partida que son tres libes de fablas. (Camélat)

Au demeurant, ces phrases peuvent être traduites en français aussi bien avec "il y a" qu'en employant le verbe "être".


L'attribut du sujet

Lorsqu'on emploie i a, l'attribut du sujet se construit introduit par de:

Qu’estiman que i a causas de mei pressadas que de devertir la gent. (Palay) Que n'i a mei de" maridats a Carnaval que de contents a Pascas. (Daugé)

Sus las maishèras qu'i a de traçada tota la soa destressa. (Lavit)

Au lieu du sujet, on peut trouver par le pronom personnel ne:

... dont los hilhs avèn estudiat : que n'i avè de medecins, d'oficièrs, d'avocats... (Palay)

Le verbe peut être sous-entendu:

Ua causa de clara. (Camélat), pour Que i a ua causa de clara.


Équivalents de IL Y A... QUI

La formule française il y a... qui peut bien sûr se traduire selon les règles que nous venons de voir:

Que i ei l'Emila qui s’a pergut las vriuletas bèth temps a. (Oéy en Bearn)

Cependant, le français parlé fait un large usage de cette formulation, et il vaudra mieux, la plupart du temps, éviter que i a... qui ou que i ei / que i son... qui':

"Il y a le voisin qui m'appelle." --> Lo vesin que m'apèra.


Équivalent de IL Y A DE QUOI...

La formule françaie "il y a de quoi...", suivie d'un verbe, indiquant le motif, se rend en gascon par Que n'i a (en)tà... ou, moins fréquemment, Que i a de qué:

Que n'i a tà hèr *tramblar. (Solé-Ventura)

Que n'i avè tà har lo mus tota la senta jornada. (Camélat)

Que n'i avè entà embriagar un regiment. (Larroque)

Solide que ni avè tà plorar. (Javaloyès)

Que n'i a entà estonar. (l2): "Il y a de quoi être étonné."

Que i a de qué vàder pècs dab aqueth só maishant ! (Hustach)


Dans l'expression du temps

Dans l'expression du temps, IL Y A se rend par i a:

Que i a donc navanta ans batlèu, après mei de dotze sègles de sofrença, la còrda tan tenuda que’s copà. (Larroque)

Mon Diu, qu'i a pausa d’aquò... (Manciet)

Que i avè aputsprès un mes qui la mainada de Bartet avè dit adiu au son vilatge. (Casebonne)

Que demandè s'èram en dòu i avè pausa. (Manciet)

On trouve aussi a:

Qu'a tròp que dura ! (Palay)



(1) les déterminants définis: article défini, déterminant possessif, déterminant démonstratif.